• Cédric Lanckohr (Richelle) est de retour aux affaires

    Révélation richelloise la saison dernière, Cédric Lanckohr a marqué le pas en ce début de campagne. En cause, une préparation foirée et de fâcheuses absences, avec comme conséquence un petit passage par la P2, voici trois semaines. Fort d’un superbe but contre Aische, le polyvalent médian a montré qu’il est de retour. Tout profit pour Richelle, qui aura aussi besoin de sa « pépite » pour jouer la tête du classement.
    À l’image de son équipe, Cédric Lanckohr a vécu un début d’exercice pour le moins difficile. Après une 1re année très convaincante à Richelle, celui qui était arrivé à l’été 2018, en provenance de La Calamine, a connu ses 1res difficultés. « Je sais que j’ai eu un début de saison compliqué, je n’ai pas fait à fond la préparation, notamment à cause du travail, puis je suis parti en vacances en septembre. Je n’ai pas bien fait certaines choses et j’en suis conscient. Je n’étais pas content de moi-même. En début de saison, je n’étais pas prêt physiquement, je ne savais tenir qu’une mi-temps ou 60 minutes », commente l’élément créatif de 20 ans qui a été prié par son coach, Benoît Waucomont, de jouer avec la P2 voici deux semaines. « J’avais ressenti une gêne à l’entraînement, j’étais allé chez le kiné et je n’avais pas prévenu le coach comme il l’aurait voulu. Il avait ses raisons, il y a d’autres joueurs pour me remplacer et je l’ai accepté. J’ai fait mon autocritique, il faut chaque semaine se remettre en question et prouver qu’on a sa place dans l’équipe. Nous avons un gros groupe, je pense que c’est ce qui fait notre force cette année. »
    Lors de sa dernière prestation contre Aische, Richelle a retrouvé le Cédric Lanckohr de la saison dernière. Généreux dans les courses, capable de conserver un ballon sous pression et d’éliminer
    plusieurs hommes d’une accélération, le jeune Plombimontois s’est aussi montré décisif en claquant un très joli but. Aussi étonnant que cela puisse paraître, il s’agissait de sa 1re réalisation au stade de la Cité de l’Oie. «Je n’avais pas marqué la saison dernière, mais j’avais délivré entre 8 et 10 assists. J’ai inscrit mon 1er but avec Richelle lors de notre victoire à Jodoigne. Le coach m’avait encore dit, avant Aische, de ne pas hésiter à prendre mes responsabilités et d’essayer de frapper, même si c’est du pointu (sourire). Je tire au but seulement quand je vois qu’il y a une possibilité de marquer. Ça peut paraître bizarre, mais je préfère donner des assists que d’inscrire des buts. L’année dernière, j’avais effectué une grosse saison, on attendait de moi que je refasse la même chose mais ce n’était pas évident. »
    Avec parfois des petits airs de Mehdi Carcela dans sa conduite de balle, l’ancien Calaminois fait parler sa polyvalence dès que son coach en a besoin. Ayant commencé la dernière rencontre sur le flanc droit, il a été replacé dans le cœur du jeu suite à la sortie sur blessure de Nicolas Hansen. « Ça ne me dérange pas de jouer sur le flanc, à La Calamine c’est là que j’évoluais, tandis que l’année dernière je jouais dans le milieu du jeu,en 10,en 8,voire en 6.Le coach me demande de partir en profondeur, de provoquer des penalties et des coups francs. J’ai parfois tendance à rester trop debout, il faudrait peut-être que je sois un peu plus vicieux quand on me touche, car je reçois quand même beaucoup de fautes. »
    Désormais sur le podium avec Rochefort et Raeren, Richelle veut poursuivre sa bonne spirale à Oppagne, ce samedi soir, qui ne compte que deux unités de moins. « C’est important de ne pas se faire dépasser, même si le terrain ne sera pas évident. Ce match se jouera à la combativité. À un moment nous étions 13es, ce n’est pas notre place au vu de notre noyau. Je pense que cette 3e place, c’est le minimum pour nous. La série était plus relevée l’année dernière, si nous pouvons terminer 1ers nous ne nous en priverons pas...»


    MAXIME HENDRICK dans LA MEUSE VERVIERS du 16 novembre 2019

  • « Un derby, cela se gagne »

    Ce dimanche, Hombourg et Trois-Frontières vont s'affronter dans un derby qui va valoir le détour. Alors que les deux équipes font un excellent début de saison, elles veulent profiter de ce match pour prendre le dessus sur leur adversaire, que ce soit sur le terrain, mais aussi au classement.
    Alors que l'année dernière, Hombourg trustait les dernières places, ce n'est plus le cas cette saison. En effet, les hommes de Dorian Meunier sont actuellement quatrièmes, tandis que leurs rivaux sont 7es. C'est donc un derby au sommet qui va avoir lieu: « On peut dire ça. Autant l'année passée ce n'était pas le cas, autant ici les deux équipes sont en forme, on le sent » affirme Thomas Schnackers, le capitaine des locaux. « C'est une rencontre que l'on entoure évidemment lorsque le calendrier sort. Au vu de l'état de forme des deux équipes, je pense que ça va être une belle bataille ». Une analyse partagée par Jonathan Gatez, le gardien et capi' de Trois- Frontières, qui s'attend aussi à une bataille physique: « J'espère que ça va être un beau match et non pas un match haché. Cela reste un derby, ça va se jouer physiquement et sur l'engagement. L'important va être de prendre les trois points, donc je pense que la manière ne sera que secondaire. »
    Le gardien des visiteurs est en tout cas déterminé en vue de cette rencontre, et n'a pas hésité à réaffirmer l'importance de celle-ci auprès des plus jeunes: « C'est un match que tout le club attend, il faut donc que les jeunes se rendent compte de l'importance de cet événement. Un derby, cela ne se joue pas, cela se gagne. Je pense qu'ils ont bien compris le message et tout le monde est prêt pour attaquer le match. Si on gagne, on peut repasser devant eux, ce qui est aussi important. »

    D’un article de NICOLAS EVRARD dans LA MEUSE du 16 novembre 2019

  • Le restaurant du triple meurtre est en vente

    84EBA649-9A4B-4825-B0E6-A467752E2F60.jpegUn an et demi après le triple meurtre commis par Michel Gijsens au Ramier à Moresnet, le bâtiment est mis en vente.
    C’était le 22 août 2018 : Michel Gijsens ôtait la vie à Valérie Leisten et à sa maman, Lucie Brandt, à l’arme blanche. Il a aussi mortellement blessé Marcel, un client de l’établissement, avant de perdre, lui aussi, la vie. Ce triple meurtre avait ému toute la région. La rue de la Clinique n’aura plus jamais le même visage. Aujourd’hui, le bâtiment est mis en vente, comme le rapporte L’Avenir. C’est l’Immobilière des Trois Frontières qui est chargée de cette vente. Le prix de vente est de 265.000 euros.
    José Leisten, le mari de Lucie et le père de Valérie, a quitté cette maison où il lui était de- venu impossible de vivre après la tragique disparition de son épouse et de sa fille.

  • Prévention à la sécurité routière

    VENDREDI 22/11 dès 14h

    Maison de Village de Sippenaeken (Place St. Lambert)

    Par Jean-Philippe Docquier, Inspecteur principal.

    Depuis la 6e réforme de l’Etat, la sécurité routière est devenue une compétence régionale et les missions des gouverneurs ont été renforcées en la matière, notamment en termes de prévention.
    L’objectif de la Cellule Education et Prévention de la province de Liège est de sensibiliser à la sécurité routière et aux dangers quotidiens sur la route. Cette séance, animée par l'Inspecteur principal Jean-Philippe Docquier sera spécialement consacrée au seniors et visera, entre autres, à aborder les modifications récentes du code de la route.

    Infos et inscriptions : Liliane Herzet 087/789140

  • Projet d’espace contre toutes les dépendances

    On tentera d’y soigner des problèmes liés à l’alcool, aux drogues, aux paris et au jeu.

    Le Rassaef, c’est quoi ?

    Rassaef. Le nom n’est pas très sexy de prime abord, mais qu’est ce qui se cache exactement derrière cet acronyme ? Il ne s’agit pas d’une abréviation russe comme on aurait pu le croire de prime abord. Non, le Rassaef, c’est donc le Réseau d’Aide et de Soins Spécialisés en Assuétudes de l’Est Francophone. Le Rassaef est donc un réseau de partenaires qui tentent d’aider les personnes atteintes de dépendances à s’en sortir. « L’ASBL a été créée en 2012 », rapporte Maurice Vandervelden, président du Rassaef et directeur général de la clinique des Frères Alexiens, l’un des partenaires.
    DES COMMUNES PARTENAIRES
    Parmi les autres partenaires de L’ASBL on retrouve quelques communes (Verviers, Malmedy, Plombières notamment) ainsi que des privés. Le Service de Santé Mentale de Verviers, le plan de prévention de Verviers, la clinique des Frères Alexiens ainsi que le centre hospitalier de Lierneux, le centre de cure des Hautes-Fagnes, le CHR Verviers, le relais social urbain de Verviers et enfin l’AGEF, l’association des médecins généralistes de l’Est Francophone. Actuellement, les moyens de l’ASBL sont malheureusement assez limités et la création de l’espace conVERgences, s’il se concrétise, permettrait, grâce aux subsides de la Région, l’engagement d’un nouveau coordinateur de projet.
    Il s’agirait d’une excellente nouvelle pour le secteur de l’aide et des soins spécialisés.

    D’une page de LOÏC MANGUETTE dans LA MEUSE VERVIERS du 14 novembre 2019

  • Lex présidera la Fédération des pompiers

    Ce mardi, l’assemblée générale de la Fédération royale des corps de sapeurs-pompiers belges a élu son nouveau président. C’est le lieutenant Frédéric Lex, issu de la zone de secours Vesdre, Hoëgne & Plateau qui remplacera le président sortant, le major Quentin Grégoire, lui aussi issu de notre zone de secours.38E3728E-1E16-46C4-A77C-04E9A9D0FF58.jpeg
    APRÈS QUENTIN GRÉGOIRE
    « L’assemblée générale de la Fédération royale des corps de sapeurs-pompiers belges (aile francophone et germanophone) a élu son nouveau président. La zone VHP est particulièrement fière et reconnaissante du travail accompli par le président sortant, son commandant de zone, le major Quentin Grégoire, qui a défendu les intérêts des pompiers depuis des années. Son successeur, le lieutenant Frédéric Lex, issu de notre zone de secours également a été démocratiquement élu ce mardi matin. Bravo et merci pour tout le travail accompli et qui sera accompli par le nouveau Président et son équipe », explique la zone de secours sur Facebook.
    « Ça fait quelques jours que je m’y attendais. Tout d’abord parce que ma candidature a été soutenue par l’Union provinciale liégeoise mais aussi, parce que j’étais le seul candidat », explique Frédéric Lex, que nous avont contacté ce mercredi. Avant d’ajouter, « c’est ce mardi que nous avons appris que les autres provinces n’avaient pas de candidat, donc au final que j’étais le seul en lice. Mais bon, personne ne s’est opposé à ma candidature donc c’est une bonne chose, c’est rassurant (rires) ».
    Le lieutenant Frédéric Lex prendra
    ses fonctions au mois de janvier 2020 et il a déjà hâte de s’y atteler ! « J’ai hâte d’attaquer le travail au sein d’une équipe qui existe et qui a déjà fait preuve de bonne volonté ces dernières années. Pour moi, ce poste est l’un des postes les plus importants pour l’avenir des pompiers au sein de notre pays car nous sommes consultés par la SPF Intérieur dans tous les dossiers relatifs à la sécurité civile ».
    POMPIER DEPUIS 15 ANS
    Présent chez les pompiers depuis une quinzaine d’années, le Plombimontois voit ce nouveau poste comme l’occasion idéale d’enrichir ses connaissances.
    « Ce poste va impliquer des déplacements jusqu’à Bruxelles, il va falloir m’y habituer (rires). Et puis, le fait de découvrir de nouvelles régions, de nouvelles zones, ça va me permettre d’encore augmenter mon champ de vision de l’esprit des pompiers. Je vais découvrir de nouvelles problématiques rencontrées ailleurs que chez nous », conclut-il. Plus que quelques semaines à patienter.

    OCÉANE GASPAR dans LA MEUSE VERVIERS du 14 novembre 2019

  • Jean-Marie Houben donnera le coup d’envoi dimanche du derby Liège-Seraing

    Défenseur international (2 caps) passé par Liège (1985-1991) et par Seraing (1993-1995), Jean-Marie Houben sera mis à l’honneur ce dimanche, à l’occasion du derby Liège-Seraing dont il donnera le coup d’envoi. « Cela fait toujours257B22F6-BD4C-414A-8667-9F366AB9B535.jpeg plaisir d’être invité par le président, d’autant qu’avec mes activités chez les jeunes d’Aubel, qu’il faut concilier avec la vie de famille, ce n’est pas toujours évident de se rendre à des matches », explique celui qui fêtera ses 53 ans le 24 novembre.
    « J’ESPÈRE UN SUCCÈS 1-0 »
    Des derbies entre les « Sang et Marine » et les Métallos, il en a vécu beaucoup de l’intérieur. « Car il y avait déjà de la rivalité chez les équipes de jeunes. Même si ce n’était pas comparable, en termes d’animosité, aux confrontations avec le Standard. Je me souviens, par exemple, avoir apporté des bas rouge et blanc un jour à l’entraînement, mon coach m’a laissé le choix : les retirer ou quitter la pelouse. Il y avait bien moins d’animosité envers les Sérésiens. »
    Arrivé dans le noyau professionnel liégeois en 1985, sous la pro- tection de Robert Waseige, le Julémontois a vécu des superbes moments sportifs à Rocourt, remportant notamment la Coupe de la Ligue (1986) et la Coupe de Belgique (1990), mais il continue également de jeter un œil nostalgique et pétillant sur son expérience au Pairay : « Je suis fier d’avoir connu des belles époques dans les deux clubs ; j’ai accompli la plus grande partie de ma carrière avec la tunique liégeoise sur le dos et nous avons terminé sur le podium en 1994 avec Seraing, grâce à des super talents. » Si les deux matricules courent après leur lustre d’antan, Jean-Marie Houben assure que leurs duels, même en D1 Amateurs, demeurent empreints d’une certaine intensité. « Enfin, surtout pour les supporters », précise-t-il. « Car, désormais, les joueurs vont et viennent, il n’y a plus vraiment de notion de fidélité comme avant... » Au moment de fouler le synthétique de Rocourt ce dimanche, il espère que cette ferveur sera bien perceptible. Et entrevoit un succès local. « Je suis assez nul au jeu des pronostics, mais je vais dire et j’espère 1-0. Car Liège a besoin de prendre les 3 points, au contraire de Seraing qui pourra les récupérer plus tard. »


    YOUNG KRUYTS dans LA MEUSE VERVIERS du 14 novembre 2019.

  • Nosbau : en retard, les francophones

    Capture d’écran 2019-11-13 à 08.13.16.pngLa députée régionale Christine Mauel (MR-PFF) a interrogé au Parlement wallon ce mardi le Ministre wallon du Logement Pierre-Yves Demargne sur la mise en œuvre de la scission de la société de logement Nosbau. Beaucoup d’inconnues subsistent quant au remembrement de cette société de logements publics basée sur cinq communes francophones et quatre germanophones. La Société wallonne du logement (SWL) a arrêté une proposition de remembrement le 23 septembre. Cette proposition consiste en une scission entre communes francophones et germanophones pour le 1er janvier avant que les francophones rejoignent le Foyer Malmédien d’ici le 30 juin avec maintien d’une antenne à Welkenraedt.

    Pour Christine Mauel, il vaut mieux privilégier l’efficacité que la précipitation. La Raerenoise a également fait part des difficultés des communes francophones de suivre le calendrier imposé par les germanophones. Pour elle, ce calendrier ne sera pas réalisable dans les délais impartis. « À la base, un projet de scission devait être déposé au tribunal de commerce vendredi dernier avec la tenue d’une Assemblée générale en décembre. D’une source interne bien placée, je sais que l’Assemblée générale n’aura lieu qu’en février. » « J’ai pris ce dossier en charge dès mon entrée en fonction », reconnaît le Ministre Pierre-Yves Dermagne. Il est toutefois incapable de garantir une scission effective pour le 1 er janvier : « J’ai donc demandé à la SWL d’analyser les conséquences financières et administratives en termes de tutelle d’un report de quelques semaines, c’est du moins ce que j’espère. » Il reconnaît qu’un accord de coopération semble être impossible à signer d’ici fin 2019. Une scission la plus rapide possible de Nosbau comprenant les garanties juridiques et financières requises est donc la piste privilégiée par le gouvernement wallon. En ce qui concerne la tutelle, la SWL remplira cette mission à titre transitoire pour le début 2020 sur le territoire de langue allemande pour le compte de la Communauté germanophone, jusqu’à une date à déterminer.

    J.D. dans LA MEUSE VERVIERS du 13 novembre 2019

  • Atelier de Danses intuitives et Câlinothérapie

    Animé par Salvatore Rindone

    Remettre en évidence l’importance du toucher et sortir du virtuel pour retrouver le véritable bien-être intérieur.

    Venez vivre une belle expérience dans une ambiance chaleureuse, respectueuse et bienveillante

    Vous souvenez vous de votre dernier vrai câlin ? Peut-être venait il de votre maman, d’un ami, de votre conjoint, de votre enfant…Avez-vous vraiment pris le temps de l’apprécier à sa juste valeur ?

    “Les études scientifiques prouvent que le toucher peut vraiment avoir un effet thérapeutique sur la personne”. Il diminue considérablement le stress. On a, en conséquence, davantage accès à notre propre énergie vitale. À partir du moment où deux personnes se prennent dans les bras pendant minimum 20 secondes, notre cerveau produit de l’ocytocine, une hormone qui régule l’humeur, favorise les relations harmonieuses avec les autres et produit en nous un sentiment de sécurité. La communication par le toucher augmente l’estime de soi, renforce notre système immunitaire, nous permet de montrer notre amour et notre soutien à l’autre.
    Osez le pas pour partager 20 secondes de câlins… parce que se déposer dans les bras de quelqu’un de précieux, ça répare tous les bobos et ça fait du bien !

    Salvatore est un passionné de la vie et des relations humaines. Il est coach, conférencier, animateur d'ateliers. C’est grâce à son cheminement intérieur tourné vers l'épanouissement, le mieux-être et l’importance d’une bonne santé, qu’il se propose de partager le fruit de ses expériences avec simplicité et authenticité.
    Salvatore est thérapeute et formateur certifié aux Méthodes de rééquilibrage énergétique Enelph et Reiki Usui.
    C’est en 2013 qu’il a créé et mis en place l’atelier de Danses intuitives et Câlinothérapie.
    Ses aptitudes pédagogiques naturelles et ses qualités d’animateur ont permis à cet atelier de devenir un moment de rencontres, de partages, de découvertes.
    Écoute, bienveillance et non jugement ont permis de faciliter la démarche des nombreux participants à cet atelier. Favoriser le contact avec soi et l’autre par le toucher bienveillant et réparateur tel est l’objectif de cet atelier. Depuis sa création, il est devenu le moteur de nombreuses animations en Belgique, en France et au Québec.
    www.espace-arcenciel.com

    Infos-réservations conseillées 0485/366 350 Salvatore
    ISS(investissement sur soi): 17€
    32€ si vous venez en couple

     

  • Résultats de dimanche

    P2C

    SART - HOMBOURG 1-1

    Buts: 47e D. Meunier (0-1) et 80e E. Evrard (1-1) 2

    Sart: R. Schyns, M. Hermant, S. Michel, V. Depresseux, Q. Siffert (58e R. Custinne), Q. Balhan (58e M. Campione), S. Vandeberg (41e L. Heindrichs), R. Denis, E. Evrard, L. Lukoki, F. Vandermeulen

    Hombourg: X. Stassen, A. Martin (8e T. Duthoo), T. Schnackers, D. Meunier, T. Bauwens (78e C. Vanderheyden), A. Baltus, L. Potoms, B. Hick, F. Dorthu, L. Bayard (67e M. Degueldre), B. Monie

    Cartes jaunes : 22e Duthoo, 36e Bayard, 55e Siffert, 69e Balhan, 80e Michel, 83e Monie, 86e Dorthu

    Arbitre: M. Vitiello

    Assistance: 140 entrées payantes

    TROIS-FRONTIERES - EUPEN : 0-3

    Buts: 25e et 52e Z. Benlahbib (0-2), 76e N. Lefranc (0-3)

    Trois-Frontières: J. Gatez, B. Hagelstein, J. Collinet, A. Sangiovanni, (60e Y. Hansen), J. Masset, M. Pirnay, J. Braeken (76e L. Dorr), T. Amata, L. Delaire, C. Nicolaije, E. Rampen (46e R. Gouem)

    Eupen : A. Pelzer, B. Hungs, N. Lefranc (80e B. Neumann), R. Vazquez Carmona, A. Krafft, D. Musovic (90e D. Salimou), L. Palm, B. Colle, E. Dreessen, Z. Mennicken, Z. Benlahbib (83e A. Valkenberg)

    Cartes jaunes: 20e Nicolaije, 34e Hungs, 48e Sangiovanni, 57e Palm, 67e Musovic

    Arbitre: D. Touré

    Assistance: NC

    P4F

    S.R.U Verviers-Hombourg B : 4 - 3