« Je suis coach, pas magicien »

La situation est compliquée à Trois-Frontières

Quatre défaites depuis le début de l’année et même sept matchs sans victoire : c’est le triste bilan de Trois-Capture d’écran 2020-02-19 à 09.40.41.pngFrontières actuellement. La dernière victoire remonte à près de trois mois désormais, c’était face à Recht. Une situation que Fabrice Burdziak, le coach du club jusqu’à la fin de la saison, observe de façon impuissante. « J’ai envie de finir le travail commencé avec ce club, mais j’ai parfois l’impression que je suis le seul à y croire. Je sais qu’on a les capacités pour se sauver mais moi, je suis seulement coach, pas magicien », rapporte-t-il.

Ce triste bilan pousse désormais Trois-Frontières vers le bas du classement. Ils sont certes 13 points devant Andrimont (premier relégable), mais il est temps de prendre des points. Le problème, c’est que Fabrice Burdziak a du mal à faire émerger un seul problème. Il y en a plutôt plusieurs petits. Il y a tout d’abord l’absence de José Masset, suspendu pour une longue période. « C’est notre buteur et alors que l’an dernier, quand ça n’allait pas, certains assumaient derrière, on a ici l’impression que quand il n’est pas là, personne ne sait prendre la relève », note le coach de Trois-Frontières. Il fait également part de la mauvaise décision qu’il a prise lors du mercato, lorsqu’il a décidé de faire monter quelques jeunes au lieu d’amener de la concurrence dans le groupe. « Je n’ai rien contre ces jeunes, ils donnent le

maximum, ils prennent de l’expérience. Mais je me retrouve souvent avec des problèmes d’effectifs, des gars qui sont absents et je manque de profondeur dans le noyau. Ça manque de joueurs capables d’amener une saine concurrence dans le groupe. J’ai parfois l’impression que mes joueurs se reposent sur leurs lauriers », regrette le coach.

Il attend désormais des victoires, car il connaît les qualités de son groupe et qu’il a promis de finir sur la plus belle des notes avant de quitter le club. « Même si je sais que ce n’est jamais évident de se motiver quand on est dans le bas du classement, mais on doit retrouver notre grinta, notre force en tant que groupe qui faisait la différence la saison passée. » -

L.M. dans LA MEUSE VERVIERS du 19 février 2020.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel