Hombourg-Trois-Frontières pour une place en demi

Place à la demi-finale de la coupe de la Province ce jeudi soir (20h) entre Hombourg et Trois-Frontières. Un derby déséquilibré sur le papier mais la coupe et les derbys sont toujours des matchs spéciaux. Alors que les Frontaliers Capture d’écran 2020-03-12 à 08.10.15.pngpeuvent sauver leur saison, Hombourg tentera, lui, d’aller chercher un autre derby face à Aubel. Hombourg-Trois-Frontières. Le quatrième contre le quatorzième en championnat. Sur papier, le derby qui nous attend ce jeudi soir, en quart de final de la coupe de la Province, parait déséquilibré. « Mais il n’y a pas de favori dans un derby, estime Xavier Stassen, le coach des Hombourgeois. Je connais Fabrice, je sais que c’est le roi de l’intox et qu’il ne viendra pas en victime consentante. Honnêtement, je pense que c’est du 50/50 ».

Même si Fabrice Burdziak ne compte évidemment pas venir en « victime consentante », pour reprendre les mots de Xavier Stassen, son discours est plus nuancé. « Hombourg, c’est l’équipe au top, nous, on enchaîne plutôt les flops actuellement même si on vient de casser cette dynamique en prenant un point ce weekend. Malgré ça, si les bookmakers devaient faire des pronostics, ce serait certainement Hombourg qui serait favori », estime le coach des Frontaliers.

« Mais on ne sait jamais », lance-til. Et il a des raisons de croire que tout n’est pas joué d’avance. D’abord, il alignera, pour la première fois depuis longtemps, le même onze deux semaines d’affilée. De l’autre côté, Xavier Stassen nous apprend qu’il devra conjuguer avec quelques bobos. Hick, Monié, Schnackers et Dehon ne devraient en effet pas être de la partie.

Xavier Stassen estime par ailleurs que dans ce type de derby, il y a toujours une part de chance.

« On en avait eu lors du match aller. J’espère qu’elle restera dans notre camp mais ça peut vite tourner. On verra », lance celui qui rêve déjà de jouer la demi-finale face à Aubel, un autre voisin. « Honnêtement, ce serait le scénario idéal. Dans l’équipe, on a cinq Aubelois plus Arnaud (Dehon, ndlr) et moi-même qui avons joué là-bas l’an dernier. Jouer Aubel, un samedi de Pâques, ce serait vraiment chouette, un beau retour aux sources. Mais il ne faut pas oublier qu’on doit d’abord faire face à un adversaire coriace », rapporte-t-il.

De l’autre côté Trois-Frontières a une chance de sauver sa saison en remportant cette coupe.

« Si on est là, ce n’est quand même pas par hasard. L’effectif a de la qualité, à nous de le prouver » conclut Fabrice Burdziak.

LOÏC MANGUETTE dans LA MEUSE VERVIERS du 12 mars 2020

LA 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel