La crise vue par un Belge de Korean Airlines

Joël Gans est pilote de ligne. Il était l’une des figures marquantes lors de la faillite de la Sabena en 2001. Depuis, l’homme a volé vers d’autres cieux. D’abord à Taïwan où il a rencontré celle qui lui a « donné » ses jumeaux de neuf ans. Depuis un peu plus de douze ans, il travaille pour la compagnie Korean Airlines.

« Travaille », enfin pas pour l’instant. « On m’a gentiment demandé de prendre un congé sans solde de trois mois », explique ce pilote d’Airbus A330 revenu vivre à Gemmenich en 2017. Il n’est pas le seul pilote belge à vivre pareille mésaventure. « On doit encore être 500 environ à voler pour des compagnies aériennes dans le monde. Quelques dizaines sont chez Air France et sont sous le régime de la loi sociale française. D’autres, entre 40 et 50, sont chez Emirates où ils paient pour l’instant la moitié des salaires ».

CLOUÉS AU SOL !

Tous les avions de la Korean Airline sont cloués au sol, ou presque. « Il n’y a plus que 5 % des vols qui sont opérés, principalement le cargo ». Et il sait déjà qu’à son retour en Corée, il y aura la règle de la quarantaine. « Si vous êtes infectés, vous êtes directement emmené à l’hôpital. Mais si vous n’avez rien, on vous impose d’aller à l’hôtel. » La Corée du Sud compte peu de cas mortels au Covid-19. À peine 158 pour un peu moins de dix mille infectés. « Et encore, c’est principalement de la faute d’une secte qui a été contaminée à Daegu. Ils gèrent très bien le problème, au même titre que Taïwan où je vivais à l’époque du SRAS. À Daegu, ils ont vite tout confiné pour traquer les porteurs du virus. Ils font énormément de tests, portent tous des masques car cela fait partie de leur discipline. Et ils n’en manquent pas ! Quant au système médical, il est très avancé ».

Voilà pourquoi ce pays de 50 millions d’habitants s’en sort beaucoup mieux que les Européens. « Quand il y avait un passager infecté dans l’avion, l’équipage était immédiatement mis en quarantaine. Y compris le pilote ». Un autre exemple ? « Une amie taïwanaise est revenue de Francfort il y a deux semaines. Quand elle est arrivée à la maison, il y avait deux masques devant sa porte et elle n’a pu sortir que pour aller faire ses courses dans le coin. »

D'un article de PIERRE NIZET à lire dans LA MEUSE du 31 mars 2020

Commentaires

  • Courage mon bon Joel et merci pour tes infos instructives.
    Ici à la campagne tout se passe relativement bien; dans les villes ... bof.
    J'espère juste que le monde en retiendra quelques leçons utiles pour l'avenir.
    A bientôt.

  • excellent Joël et bravo pour ton engagement avec tes tigres super les vidéos musicales testo mec zes te souhaite pour TOUTE ta famille santé bonheur

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel