• La crise vue par un Belge de Korean Airlines

    Joël Gans est pilote de ligne. Il était l’une des figures marquantes lors de la faillite de la Sabena en 2001. Depuis, l’homme a volé vers d’autres cieux. D’abord à Taïwan où il a rencontré celle qui lui a « donné » ses jumeaux de neuf ans. Depuis un peu plus de douze ans, il travaille pour la compagnie Korean Airlines.

    « Travaille », enfin pas pour l’instant. « On m’a gentiment demandé de prendre un congé sans solde de trois mois », explique ce pilote d’Airbus A330 revenu vivre à Gemmenich en 2017. Il n’est pas le seul pilote belge à vivre pareille mésaventure. « On doit encore être 500 environ à voler pour des compagnies aériennes dans le monde. Quelques dizaines sont chez Air France et sont sous le régime de la loi sociale française. D’autres, entre 40 et 50, sont chez Emirates où ils paient pour l’instant la moitié des salaires ».

    Lire la suite

  • Ce virologue a une solution pour que les gens respectent le confinement "à la lettre"

    Benoît Muylkens, virologue à l'Université de Namur (UNamur), a expliqué sa solution pour que les gens respectent le confinement "à la lettre" sur le plateau de l'émission C'est pas tous les jours dimanche (RTL-TVI).

    Les mesures de confinement, entrées en vigueur le 18 mars dernier à la suite d'une réunion du Conseil national de sécurité, ont été prolongées jusqu'au 19 avril, soit le dimanche de fin des vacances de Pâques, ont confirmé vendredi soir plusieurs participants à la réunion.

     

    Malgré tout, ce confinement n'est pas souvent respecté par de nombreux Belges qui sortent encore de chez eux ou reçoivent des proches à dîner. Benoît Muylkens, virologue à l'Université de Namur (UNamur), a une solution "pour que les gens prennent conscience de l'importance du confinement": "Si on étend la capacité de diagnostic, les gens vont respecter le confinement à la lettre. Dire à quelqu'un qu'il doit rester confiné alors qu'il est porteur asymptomatique (qui ne présente aucun symptôme clinique, ndlr) et qu'il ne reçoit aucune preuve que le virus est dans sa commune, dans son village ou dans sa famille, il va faire un confinement avec un certain compromis, il ne le respectera pas à la lettre. Mais lorsqu'on étend le diagnostic de manière plus générale, les gens vont respecter de manière beaucoup plus stricte. Et ce confinement beaucoup plus strict fera que les porteurs notamment asymptomatiques cesseront les chaînes de transmission. Donc, je crois que le renforcement de la capacité de diagnostic renforcera les effets du confinement".

  • COVID-19 aussi à Plombières

    1702 nouveaux cas confirmés ont été rapportés au cours des dernières 24h ; 906 (53%) en Flandre, 691 (41%) en Wallonie, et 85 (5%) à Bruxelles (données non disponibles ou résidence à l’étranger pour 20 cas (1%)).

  • Bouli Lanners a chopé le virus

    L’acteur et réalisateur liégeois Bouli Lanners est sur la voie de la guérison après une dizaine de jours de Covid-19. Mais il avoue : « J’ai très peur, car on peut se le choper deux fois. » Pourtant, il avait pris mille précautions, mais le dernier jour de tournage de son prochain film semble avoir été celui de la contamination.

    « Ma femme et moi, on est malade : on a chopé le virus. On en est à la onzième journée » : l’acteur et réalisateur Bouli Lanners est aussi une des victimes de ce satané virus. « Mais le pic de dangerosité est passé », en ce qui le concerne, rassure-t-il. « Tout a été fait par téléphone », explique le Liégeois d’origine calaminoise, mais tout concourt à dire qu’il a bien été victime du Covid-19.

    Dun article d'YVES BASTIN à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 28 mars 2020

  • Décès Monsieur Joseph CRUTZEN, époux de Madame Marguerite ERNST

    Capture d’écran 2020-03-29 à 11.19.28.pngLa famille annonce le décès Monsieur Joseph CRUTZEN, époux de Madame Marguerite ERNST, né à Montzen le jeudi 2 novembre 1933 et décédé à Hombourg le samedi 28 mars 2020 à l'âge de 86 ans.

    Par mesure de confinement les visites sont strictement réservées à la famille.

    Lire la suite

  • Une nouvelle école primaire à Hombourg

    En dépit des événements actuels et du confinement en vigueur depuis 2 semaines, une bonne nouvelle est arrivée ce vendredi 27 mars 2020 à l’Administration communale de Plombières, preuve que le service public continue à fonctionner dans l’intérêt des citoyens.  En effet, le permis d’urbanisme a été octroyé pour la construction d’une nouvelle école primaire à Hombourg.

    Les plans de ce nouveau bâtiment ont été réalisés en fonction d’un large terrain, acquis l’année dernière, situé dans une zone assez proche du centre et en même temps à l’écart des principales voies de communication trop fréquentées, ce qui est d’ailleurs le cas de l’école actuelle.  Encore fallait-il que les avantages liés à la situation centrale de cette dernière soient transposables à la nouvelle infrastructure.  C’est ce qui a orienté la Commune de Plombières vers ce terrain proche des voies lentes, tel que le RAVeL, d’un arrêt de bus et du centre en même temps.  Par ailleurs, une vaste zone de stationnement est prévue pour faciliter le dépôt et la reprise des enfants de manière sécurisée, et ce dans les 2 sens de la circulation.

    Le bâtiment à la fois moderne et intégré à son environnement permettra, outre l’accueil de tous les enfants de maternelle et de primaire à Hombourg dans un avenir maintenant plus proche, la tenue de séances de sport, de gymnastique ou de danse organisés par des clubs tels que la Flèche Bleue.

  • Plombières toujours en blanc

    Alors qu'un premier cas de COVID-19 a été détecté aux Fourons, les communes voisines d'Aubel et de Plombières sont toujours vierges.

  • Projet Ecole Zéro Watt

    En octobre dernier, l’Ecole libre Maria-Hilf de Gemmenich répond à l’appel à projet « Ecole Zéro Watt ».

    Notre candidature étant retenue, nous avons la chance de bénéficier d’un appui humain et technique qui va nous permettre de prendre conscience de ce qu’est l’électricité, de constater quelle est notre consommation à l’école et de tout faire pour en utiliser moins. Avec le soutien du Directeur et du Pouvoir organisateur, un partenariat est donc mis en place avec l’ASBL Besace, et M. Pierre Crutzen (conseiller en énergie à la commune de Plombières) qui nous accompagne également.

    Très vite, les élèves de P6 sont envoyés dans les classes pour mesurer, à l’aide de matériel spécifique, les différentes consommations. L’école est prise d’assaut par des petits chasseurs de « pertes d’énergie » et le constat nous interpelle… Du bureau à la salle de gym, en passant par toutes les classes et les réfectoires, mais aussi la salle des profs : tout est analysé et mesuré par notre équipe de jeunes experts…

    Franchement, savez-vous qu’une radio branchée (sous tension) consomme presque autant, qu’elle soit allumée ou éteinte ? Il est temps d’agir, non ?

    Etape suivante, nos élèves de la classe pilote passent dans toutes les autres classes, pour expliquer avec leurs mots la démarche en cours et pour faire contagion, dans le but de développer une dynamique collective au sein de notre établissement. Pour espérer obtenir du résultat, on doit TOUS participer…

    La phase d’après consistera à placer des minuteries, des programmateurs ou des interrupteurs afin de réduire notre consommation : un petit investissement pour de grandes économies…

    Le top départ a été lancé début novembre et les premières analyses sont encourageantes. A la Mi-février 2020, soit trois mois plus tard, nous constatons, avec surprise, une économie de 36% !

    Bravo à tous les élèves et à l’équipe pour cette attitude presque « Zéro Watt » qui prouve qu’ensemble, on peut le faire ! Continuons dans ce sens…

    G Ecole Zero Watt (3) - copie.jpg

  • Hommage à Charles

    Les amis de Charles et de la famille ont décoré l'église de leur présence.

    CH2  90162119_116697679964795_8615928425565126656_n.jpg

    CH3 91028665_116697763298120_8211803403517427712_n.jpg

  • Message d’amour et de paix…

    Jeudi 20 février dernier, c’était un Jeudi des femmes un peu particulier à Gemmenich…

    Capture d’écran 2020-03-25 à 11.07.51.pngProfitant de son passage en Belgique, l’école Maria-Hilf a eu le privilège d’accueillir en ses murs une dame hors du commun.

    De renommée internationale et fervente militante pour la paix, nommée Docteur honoris causa à plusieurs reprises et ayant reçu de nombreux prix pour son engagement sans limite, Maggy Barankitse (qui allait donner le soir une conférence en l’église de Hombourg au sujet des conflits au Burundi) a pu faire un détour par cette école de la commune.

    Accompagnée par une membre de REMA Burundi, elle fut accueillie au son des djembés, avec des chants aux sonorités africaines entonnés par près de 200 élèves.

    Avec ceux-ci, elle aura pu partager sa vie, sa lutte et son combat pour la paix dans son pays natal, le Burundi.

    Comme le disait Nelson Mandela : « L’éducation est l’arme la plus puissante pour changer le monde ». Par cette visite à l’école Maria-Hilf, Maggy aura transformé cette citation en actes !

    Les échanges riches, touchants, poignants avec les petits comme les grands resteront certainement dans les mémoires de chacun.

    Un témoignage exceptionnel, dans un respect immense !

    Elle aura pu partager avec eux sa force et son énergie qui lui ont permis de pardonner ses ennemis…

    Comment trouver les ressources qui permettent de pardonner celui qui a fait du mal ? Comment dépasser ce sentiment de haine, de rage, de rancune pour vivre ensemble, dans la paix ?

    A une bien moindre échelle, ce genre de situations conflictuelles se vit au quotidien dans nos écoles, dans les classes, dans les cours de récréation, nous sommes régulièrement confrontés à de la violence, qu’elle soit verbale ou même physique… Son témoignage rempli d’humanité a montré aux enfants qu’il est possible, en parlant, en s’écoutant, d’envisager des pistes pour rétablir la paix…

    Merci Maggy pour cette leçon de vie !

    Capture d’écran 2020-03-25 à 11.07.37.png

    Lire la suite