Deux prix pour l’Ecole MARIA-HILF de Gemmenich

Madame Carmen HERZET, vous êtes titulaire en 6ème primaire à l'école Maria-Hilf de Gemmenich.

Dans sa dernière édition, "Plombières Magazine" présentait le projet Ecole Zéro Watt, initié en octobre et visiblement porteur de résultats.

Comment avez-vous accueilli ce projet dans votre classe et dans votre école ?

Avec ma collègue Myriam Simons, c’est évidemment avec beaucoup d’enthousiasme que nous avons répondu à cet appel à projet ! Nous partons du principe que pour apprendre, il est bien plus facile pour des enfants de vivre des situations concrètes.  Par exemple, pour obtenir son permis de conduire, il faut certes connaître et étudier le code de la route, mais rouler est essentiel !  Le projet « Ecole Zéro Watt » a permis aux enfants d’être sensibilisés à cette énergie qu’est l’électricité, mais aussi à la surconsommation de celle-ci et cela, grâce à la possibilité de réaliser de  chouettes expériences et  de manipuler des outils dont on ne dispose pas à l’école (wattmètres, luxmètres…).   Finalement, ce projet était pour nous  une occasion supplémentaire d’éveiller la conscience environnementale de nos élèves, citoyens de demain.

Depuis, vous avez obtenu les Prix de la pédagogie et de la Sobriété.

Sur le plan pédagogique, pourriez-vous nous dire quelles sont les compétences que les enfants ont vécues lors de ce projet ?

Les élèves ont présenté le projet aux autres classes et ont sensibilisé leurs camarades à la problématique énergétique et à notre consommation d’électricité dans l’école.  Ils ont ensuite réécrit une histoire d’un ours polaire et l’ont racontée aux maternelles avec un diaporama qu’ils ont dû imaginer de A à Z.  Finalement, par groupe de deux ou trois, ils ont réalisé une capsule vidéo grâce aux tablettes (visibles sur www.ecolemariahilf.be) reprenant toutes les activités liées au projet.  Les compétences sollicitées ont été nombreuses, ce projet étant interdisciplinaire : savoir parler, savoir écrire, savoir lire, savoir calculer, savoir établir des liens logiques,  éducation aux médias sans oublier la découverte de l’électricité.  Des compétences transversales telles que le dialogue, l’échange, le travail en équipe, la coopération … ont eu une grande importance dans toutes les étapes du projet.

Lorsqu'on parle de Prix de la sobriété, que veut dire ce terme exactement ?

Comme son nom l'indique, on parle ici d'une consommation sobre, c'est à dire extrêmement faible.

En effet, il faut savoir que le chiffre de consommation moyenne d'électricité dans les écoles en Wallonie est de 200kWh/élève/an.

A l'école Maria-Hilf, après expérience sur plusieurs mois, nous obtenons une consommation de 68kWh/élève/an, ce qui est une consommation tout à fait exceptionnelle.

Ce chiffre est certainement induit par la présence de panneaux photovoltaïques sur la toiture de nos bâtiments, mais s'explique également par les attitudes de nos élèves et de notre équipe.

Dans le dernier "Plombières magazine", nous avancions une économie de 36%, qui après expérience est corrigée à 20%.

Ce résultat nous prouve que la vigilance permet de consommer moins.

Quels sont les principaux aménagements qui ont permis d'atteindre de tels résultats ?

La pose de multiprises à interrupteur et des minuteries a beaucoup pesé dans la balance.  Les enfants ont été responsabilisés pour vérifier si toutes les lampes, tous les tableaux… étaient éteints lors des récréations, en fin de journée.

Pensez-vous que les enfants ont été marqués par cette expérience ?

Je l’espère ! J’aimerais qu’ils deviennent des adultes responsables et avertis, soucieux de préserver notre planète !  J’ai lu  dernièrement une jolie phrase à ce sujet : « On ne doit jamais sous-estimer le pouvoir d’avoir semé une graine… » .

Imaginez-vous une suite à ce projet ?

Bien entendu, les élèves qui viendront en 6ème l’an prochain seront sensibilisés et responsabilisés en ce qui concerne le « gaspillage électrique ».  Il serait peut-être judicieux de refaire des relevés mensuels et de les comparer à ceux de cette année. 

Sur le plan matériel, les découvertes ayant émergé du projet pourraient avoir des conséquences sur les futurs aménagements de l’école.  En effet, nous avons investigué d’autres pistes qui influencent le rendement énergétique, comme la couleur des murs, ce qui permettrait d’optimiser la luminosité. 

Madame Carmen HERZET, merci pour vos réponses et bonnes vacances...

Article LIEN.jpg

Commentaires

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel