Jusque 4 ans de prison pour des plantations

Les faits remontent à 2017. L’enquête a débuté sur base d’une dénonciation anonyme. Après plusieurs mois d’observations et d’investigation, une perquisition a été menée à La Calamine et 2.360 plants de cannabis y ont été découverts. Dans la foulée, une seconde perquisition était menée, dans un hangar à Seraing. Là, ce sont 1.998 plants qui ont été découverts.

Dans son réquisitoire, le parquet s’était montré sévère à l’encontre des trois prévenus qu’il estimait être à la tête de l’organisation. L’un d’eux, le seul prévenu présent lors de l’audience, avait contesté avoir joué un tel rôle. La défense avait d’ailleurs plaidé le fait qu’il était complice et pas auteur. Une ligne de défense suivie par le tribunal qui le condamne à 2 ans prison avec sursis pour la moitié de la peine, pour une durée de 3 ans. Les deux autres écopent de peines de 4 ans de prison. Trois autres individus, plutôt des hommes de main, sont, eux condamnés à des peines de 18 mois de prison avec un sursis d’une durée de 3 ans pour la moitié de la peine. Les trois prévenus doivent s’acquitter d’amendes de 24.000 euros tandis que pour les autres, elle est de 8.000 euros.

Les deux hommes condamnés à 4 ans de prison sont aussi contraints de rembourser le montant des gains illégaux estimé à 136.929 euros tandis que ce montant est de 9.600 euros pour celui qui niait avoir occupé une fonction à la tête de l’organisation.

Les prévenus sont aussi condamnés à payer, solidairement, les frais de la procédure soit près de 15.000 euros. Le parquet a demandé l’arrestation des deux hommes condamnés à 4 ans de prison mais le tribunal n’a pas fait droit à cette demande. 

BELGA dans LA MEUSE VERVIERS du 8 juillet 2020

Commentaires

  • Icvi, nous voyons la différence entre la région germanophone et les autres régions en matière d'fficacité.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel