Après la Flèche Wallonne et L-B-L, Paris-Tours pour Kevin Van Melsen

Invité surprise au départ de la Flèche Wallonne mercredi dernier, le Hombourgeois Kevin Van Melsen (Circus - Wanty Gobert) a enchaîné quatre jours plus tard avec Liège-Bastogne-Liège, où il a accompli son travail d’équipier pour le Hervien Loïc Vliegen jusqu’aux environs de Mont-leSoie. Preuve que les sensations étaient bonnes et que sa blessure encourue à Isbergues appartient au passé, il fait aussi partie de la sélection pour Paris-Tours, qui aura lieu ce dimanche.

« Ça va mieux. J’ai participé à la Flèche Wallonne et à LiègeBastogne-Liège, ce qui n’était pas prévu à la base, et j’ai accompli ma part de boulot. Dimanche, sur Liège-Bastogne-Liège, j’ai bien bossé. Je savais que l’enchaînement Wanne – Stockeu – Haute-Levée serait compliqué. En outre, il y avait énormément de vent et il ne fallait pas que Loïc Vliegen y soit confronté. Lorsqu’il a connu son ennui mécanique avant Mont-le-Soie, j’ai travaillé pour le ramener dans le peloton », indique le Hombourgeois du team Circus Wanty Gobert, qui n’a pas rallié l’arrivée à Liège, mais se dit satisfait de ses bonnes sensations sur la bécane.

Le voilà donc prêt à enchaîner ce dimanche avec Paris-Tours, une ‘classique des feuilles mortes’ qui ne figurait initialement pas à son programme, contrairement à l’Amstel Gold Race, finalement annulée par les organisateurs néerlandais. « Les sélections ont été faites cette semaine et ont dû être remaniées, sachant aussi qu’il y a Gand-Wevelgem en même temps. Personnellement, je suis donc passé de l’Amstel à Paris-Tours, une épreuve à laquelle je n’ai pas encore participé depuis que c’est le nouveau parcours avec les chemins de terre. On verra bien… Mon rôle ? Je ne sais pas encore trop ce que l’équipe attendra de moi, qu’il s’agisse d’intégrer une échappée ou de travailler pour les leaders et les protéger, sachant aussi qu’on n’aura pas que la carte de Loïc Vliegen à jouer. On aura aussi Aimé De Gendt, qui avait fait un bon résultat en 2019. On verra aussi où en seront les sensations », reprend le sympathique cycliste hombourgeois.

CE DEVRAIT ÊTRE SA DER’ EN 2020

Quid de la suite, sachant qu’il y a encore quelques courses et non des moindres au calendrier ? « Je suis réserviste pour le Tour des Flandres et le Grand Prix de l’Escaut et je dois donc me tenir prêt, mais théoriquement, Paris-Tours sera ma dernière course de l’année », reprend Kevin Van Melsen, ravi de voir sa formation actuelle accéder, sauf retournement de situation, l’année prochaine au WorldTour, soit le plus haut niveau mondial, avec l’assurance de prendre part à toutes les plus grandes courses cyclistes du monde. « J’ai commencé dans cette structure en 2009 et quand je vois tout ce que Jean-François Bourlart a fait comme travail, c’est juste extraordinaire ! Sa force à lui, c’est qu’il y est allé étape par étape et cela lui permet d’atteindre le sommet mondial. C’est une juste récompense pour tout son travail. En tant que coureur, même si je ne suis pas encore fixé pour l’année prochaine, ce serait un niveau supérieur, avec beaucoup de grandes courses qui vont s’ajouter. Si j’en ai l’opportunité, je préfère rester dans cette structure, c’est ma première équipe pro et c’est là que j’ai fait toute ma carrière. Finir là serait d’ailleurs super, mais je ne me fixe pas de date sur ce plan-là. » 

OLIVIER DELFINO dans LA MEUSE VERVIERS du 9 octobre 2020

 

 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel