Olivier Remacle en pleine réflexion sur son avenir

Pour toute une série de raisons, dont la crise sanitaire qui a bousculé tout le calendrier bien entendu, Olivier Remacle (Montzen) s’est fait rare, très rare même, sur les compétitions de course à pied en cette année 2020. Le spécialiste du trail, trois fois champion de Belgique, est en réalité en pleine réflexion quant à l’orientation qu’il veut donner à sa carrière. «Dois-je m’arrêter ou alors continuer la compétition de haut niveau et du coup, m’y remettre à fond au Capture d’écran 2020-12-02 à 10.29.36.pngniveau de l’entraînement?» Car c’est bien là le nœud du problème: il s’entraîne nettement moins qu’avant. L’une des raisons, c’est son emploi du temps professionnel surchargé, avec une société florissante dans le domaine des parcs et jardins et un carnet de commandes qui ne désemplit pas. «J’ai beaucoup de boulot actuellement. Je suis parti de 6h30 à 18h et après, je m’occupe des papiers, mais je ne m’en plains pas du tout, car j’adore mon travail.»

LE DÉCÈS DE SON COACH

Un autre facteur de taille s’est ajouté récemment dans sa réflexion: le décès de Stéphane

Dmyterko, son emblématique coach hervien, à la fin du mois d’octobre. Une disparition qui a beaucoup affecté l’athlète montzenois. «J’ai vraiment du mal à m’y remettre. En réalité, je m’étais bien entraîné pour le semi-marathon de Herve, qui devait avoir lieu le 24 octobre, mais qui a été annulé juste avant. Or, j’étais vraiment bien à ce moment-là, j’étais en forme et ma motivation en a pris un coup.» Et l’ancien footballeur de poursuivre son raisonnement. «J’avais dit que j’arrêtais la compétition, que je n’allais plus courir pour la gagne, car cela va de pair avec les entraînements. Ce n’est pas encore sûr, je ne ferme pas la porte, mais en tout cas, j’ai levé le pied à fond. Qui plus est, j’ai déjà gagné pas mal de courses et je ne suis pas en manque de victoires.»

«MON CORPS A DÉJÀ BIEN TRINQUÉ»

Concrètement, la période fin décembre – début janvier sera cruciale pour son avenir en compétition. Soit il s’y remet à fond à l’entraînement pour mettre toutes les chances de revenir au top de son côté et la machine est relancée, soit il confirme ce pas de côté. «Mais je ferai toujours du sport! Je me fixe la fin du mois de décembre pour me réorienter. Il s’agira de prendre la bonne décision, en tenant compte aussi du fait que, depuis que je cours, mon corps a déjà bien trinqué. J’ai déjà eu pas mal de blessures. D’un autre côté, je n’ai plus mal nulle part actuellement. Tout va bien, si ce n’est que je cours moins. Mais est-ce bien raisonnable de s’entraîner comme un fou, avec le boulot en plus? J’ai du mal à me projeter.»

D'un article d'OLIVIER DELFINO à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 2 décembre 2020

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel