• Charles Johnen n’a plus donné signe de vie depuis ce vendredi

    Un avis de recherche a été lancé par la police dans la nuit de vendredi à samedi. Il vise à retrouver le Plombimontois Charles Johnen, âgé de 20 ans, qui a disparu à la suite d’une soirée à Liège dans la nuit de jeudi à vendredi. Ses proches ont lancé des battues ce samedi pour tenter de le retrouver, sans succès actuellement.

    Depuis ce vendredi matin, les proches de Charles Johnen sont des plus inquiets. En kot du côté de Liège avec plusieurs amis dans le cadre de ses études, le Plombimontois, originaire du petit village de Montzen, est introuvable. Si ses amis ont d’abord lancé eux-mêmes un avis de recherche sur les réseaux sociaux, la situation a été jugée suffisamment inquiétante pour que la police lance à son tour un avis officiel dans la nuit de vendredi à samedi.

    IL RENTRAIT DU CHAPI

    Tout s’est en fait joué dans la nuit de jeudi à vendredi. Alors que Charles Johnen était sorti du côté de Droixhe à un « chapi » (une soirée étudiante), il n’est jamais rentré à son kot. La dernière fois que le jeune homme de 20 ans a été aperçu, c’était vers 2 h du matin, du côté de la place Coronmeuse, alors qu’il sortait du bus. Depuis, plus personne n’a eu de nouvelles de lui et il ne répond ni aux appels, ni aux messages, d’où l’inquiétude de ses proches et de la police.Capture d’écran 2020-03-08 à 09.23.37.png

    Des proches qui s’organisent d’ailleurs pour tenter de le retrouver. Sa marraine a lancé un appel à la battue sur les réseaux sociaux dès le samedi matin 7 h 30. Le rendez-vous était donné au parking du Hall des Foires, près du lieu où il a été vu pour la dernière fois donc. Les recherches, qui se sont poursuivies jusque dans l’après-midi, n’ont malheureusement rien donné à l’heure actuelle mais la famille, effondrée par cette épreuve, ne désespère pas à l’idée de retrouver Charles Johnen.

    Charles mesure 1m90 et est de corpulence mince. Il a les cheveux châtains courts. Il porte un appareil auditif aux deux oreilles et des lunettes à monture ronde et noire. Au moment de sa disparition, il portait un pull bordeaux (comme sur la photo) et un pantalon bleu foncé.

    Si vous avez des informations pouvant aider à le retrouver, contactez le numéro 0800/30 300. 

    LOÏC MANGUETTE daNS 7DIMANCHE du 8 mars 2020

  • Les matchs de dimanche à 15 heures

    P2C

    Hombourg A - La Calamine B

    Stavelot A - Tr. Frontières

    P4F

    Hombourg B - Heusy B

  • Décès de Soeur Claire Overath du pauvre Enfant Jésus

    Soeur Claire Overath, née à Montzen le 1er juin 1937, ancienne enseignante et directrice de l'Ecole Capture d’écran 2020-03-06 à 10.57.00.pngMaria-Hilf à Gemmenich, est décédée à Anvers le mercredi 26 février 2020, des suites d’une pneumonie...

    Ses funérailles auront lieu ce samedi 7 mars 2020 à 10 h30 à Borsbeek.

    Une messe d’action de grâces sera célébrée en sa mémoire à Gemmenich le samedi 14 mars à 17h30.

     

    Lire la suite

  • Décès de Monsieur Léon PUTTERS

    Capture d’écran 2020-03-06 à 08.10.16.pngLa famille annonce le décès de Monsieur Léon PUTTERS, né à Henri-Chapelle le dimanche 4 août 1929 et décédé à Verviers le jeudi 5 mars 2020 à l'âge de 90 ans.

    Le défunt repose au Salon INDIGO de la clinique Saint-Joseph de Moresnet (Rue de la clinique 24) où les visites sont attendues les samedi 7 et dimanche 8 mars 2020 de 17 à 19 heures.

    La liturgie des funérailles avec eucharistie sera célébrée en l’église Saint-Brice de Hombourg le lundi 9 mars à 10 heures 30.

    putters.png

    putters.png

    Lire la suite

  • LA FUTURE ARCHIVOTHEQUE

    Livres, photos, cartes postales, journaux anciens et documents retraçant la vie passée de notre territoire sont souvent conservés dans de nombreux foyers, rangés par des associations dans des cartons, voire oubliés au fond d’un vieux grenier.

    Afin de préserver ce patrimoine, l’archivothèque conservera, organisera et numérisera ces archives personnelles de manière durable.  Ce patrimoine doit être sauvegardé, mais doit être également consultable par les citoyens.

    On peut y trouver des périodiques locaux, des revues publiées par les associations locales, des cartes postales, d’anciens plans de la région, des photographies et encore un tas d’autres choses...

    Un appel est lancé à tous ceux qui possèdent ce type de documents et qui désirent les partager ou les remettre à l’Administration pour les conserver.

    L’archivothèque s’installera très prochainement dans les bâtiments de l’ancienne maison communale, Place communale à Montzen.  

    Nous lançons également un appel aux personnes passionnées par l’histoire locale souhaitant accompagner et soutenir les membres de l’OTCP (Office du Tourisme de la Commune de Plombières) dans la prise en charge et la gestion de cette nouvelle archivothèque.

    Pour tous renseignements :

  • Pourquoi a-t-il choisi de rentrer au bercail ?

    Charly Meessen va quitter Walhorn et revenir à Hombourg trois ans après son départ. « Je pars en très bons termes Capture d’écran 2020-03-04 à 07.57.33.pngavec Walhorn. Un club qui, après deux saisons plus compliquées pour moi à Aubel, m’a rendu l’envie de m’amuser et de jouer au foot. C’est un club chaleureux et c’est important pour moi de bien finir la saison », indique le Plombimontois de 27 ans, qui navigue réellement entre deux sentiments suite à ce transfert. « D’un côté, je suis content de retrouver Hombourg, où j’ai déjà passé deux saisons, et de l’autre, je suis triste de quitter Walhorn, où je suis vraiment bien. Le club voulait me garder et j’ai eu beaucoup de mal à prendre ma décision. J’ai beaucoup réfléchi. Au final, je reviens à Hombourg, où je me sens comme chez moi et où je connais la plupart des joueurs. Je m’entends très bien avec eux et on est souvent en contact. Le départ de Stefano Francini, le coach de Walhorn que j’avais connu à Plombières, a joué aussi dans mon choix », dit encore Charly, qui restera à jamais le tout premier buteur de l’AC Hombourg en P1. C’était durant l’été 2016. « C’est l’un de mes meilleurs souvenirs ! »

    Le joueur offensif plombimontois, qui referme le mercato de Hombourg, espère en tout cas jouer le haut du classement la saison prochaine en P2. « On ne sait pas vraiment dire, mais on peut peut-être essayer d’aller chercher le tour final. Il y a certaines ambitions et l’équipe peut être assez compétitive pour y parvenir. » Et pourquoi pas connaître une deuxième montée en P1 avec Hombourg, comme lorsqu’il était arrivé de Plombières pour son premier séjour hombourgeois ? 

    D'un article d'OLIVIER DELFINO dans LA MEUSE VERVIERS du 4 mars 2020

  • Décès de Monsieur Guillaume RAMPEN, époux de Madame Marcelle ESMIOL

    Capture d’écran 2020-03-03 à 17.17.42.pngLa famille annonce le décès de Monsieur Guillaume RAMPEN,époux de Madame Marcelle ESMIOL, né à Gemmenich le mardi 14 décembre 1937 et décédé à Welkenraedt le mardi 3 mars 2020 à l'âge de 82 ans.

    Le défunt repose au Funérarium HAUSMAN ( Successeur RADERMECKER Fr. et fils) à Welkenraedt où la famille recevra les visites le jeudi 5 mars 2020 de 17 à 19 heures

    Un hommage lui sera rendu au Crématorium de Welkenraedt le vendredi 6 mars à 10 heures.

  • Portrait du Frère René HANSSEN sj de la COMMUNAUTÉ SAINT-MICHEL à BRUXELLES

    Relier, aimer et servir : voilà ce qu'il a tenté de faire, au cours d'une vie déjà bien accomplie.
    Capture d’écran 2020-03-03 à 12.03.12.pngRené Hanssen a l'habitude de dire qu'il n'a pas de vrai métier, si ce n'est celui de relier les livres. Ce métier, il l'a appris en entrant en 1948, à l'âge de 14 ans, à l'Institut missionnaire de Namur, dirigé par les jésuites. Personnes pieuses et courageuses, ses parents ont été heureux de l'entrée à l'internat de leur fils cadet. Agriculteurs en Province de Liège, ils ont été ruinés suite à la destruction de leur exploitation par les Allemands en 1939 ; René avait alors cinq ans.
    À 15 ans, il exprime déjà le désir de devenir religieux. Son parrain, missionnaire en Chine, l'aurait préféré Scheutiste (Congrégation du Cœur Immaculé de Marie) comme lui. L'épanouissement de ces années de jeunesse lui vient encore du scoutisme où, « Castor Diligent », il est reconnu pour son sens du service, rendu avec efficacité.
    Après le postulat, il entre au noviciat à Arlon en 1952 pour devenir Frère jésuite. Ses supérieurs lui reconnaissent le talent de s'occuper des autres ; aussi est-il engagé comme manuducteur - responsable des équipes, dirait-on aujourd'hui. Il a à peine 20 ans et de lourdes responsabilités humaines. Durant neuf ans, il est « au service » du matin au soir, week-ends inclus, et il en est heureux. Si ce sont surtout les aspects matériels de la vie communautaire qui l'occupent, de la porterie à l'entretien des bâtiments, et même
    de la ferme, il s'efforce d'accorder de l'attention à chacun, simplement et à la manière du Christ. Servir ne va pas sans aimer.
    En 1953, Frère René est envoyé au théologat d'Eegenhoven (Louvain) et poursuit son activité de manuducteur. La maison comptejusqu'à 215 jésuites... et seulement trois Frères ! Quinze nationalités s'y côtoient mais une même vie de jésuite, magnifique, s'y déploie. En 1980, après le déménagement de la bibliothèque d'Eegenhoven vers l'Université de Namur - un demi-million de livres à déplacer -, il est nommé ministre à Saint-Michel (Bruxelles). Cela fait 38 ans aujourd'hui et, chaque jour, entre les bâtiments, le parc et les jardins qu'il affectionne, il continue de servir. Il loue le Seigneur pour la beauté de la nature, celle d'ici, celle de la montagne qu'il a découverte, sac au dos, lors de cinq tours du Mont-Blanc.
    En six décennies de vie jésuite, il a pu assister à l'évolution de la Compagnie. Ces changements, il les a notamment observés en participant aux cinq dernières Congrégations provinciales de la Belgique méridionale et du Luxembourg où il représentait les Frères.
    Relier des personnes plutôt que des livres : telle est la vie de Frère René. Servir et aimer Dieu et les hommes le rend profondément heureux. Il conclut : « J'espère le faire jusqu'à mon dernier souffle. »


    Caroline Jeunechamps (dans "Echos Jésuites", 2018-3)

  • Décès du Frère René HANSSEN

    La Compagnie de Jésus et sa famille annoncent le décès du Frère René HANSSEN, né à Hombourg le 17 décembre Capture d’écran 2020-03-03 à 11.52.32.png1934 et décédé le 1er mars 2020 à Uccle.

    Ses funérailles seront célébrées dans l’action de grâces ce vendredi 6 mars à 13 heures en l’église st Jean Berchmans.

    Les visites auront lieu ces mercredi et jeudi de 10 à 17h au Parloir de la Communauté st Michel, 24, Boulevard st Michel.

    Lire la suite

  • Charly Meessen est de retour à Hombourg

    Ce lundi, Hombourg a clôturé de bien belle manière son recrutement en vue de la saison prochaine avec la finalisation du retour au bercail de Charly Meessen. Le médian offensif, passé également par Aubel, était actif à Walhorn (P2C) cette saison et a déjà porté le maillot hombourgeois durant deux saisons, dont l’historique campagne du club au plus haut échelon provincial. 

    LM ET O.D. dans LA MEUSE VERVIERS du 3 mars 2020