• Plombières lutte aussi contre la propagation du Coronavirus

    Durant cette journée du 13 mars 2020, le Collège communal de Plombières s’est penché sur les mesures à prendre pour contribuer à la lutte contre la propagation du Coronavirus.

    Cliquez sur lien suivant pour en connaître les détails : https://www.plombieres.be/fr/actualites/coronavirus

  • Son papa lance un appel pour que tous ceux qui l’ont vu, même sans lui parler, se manifestent

    Une semaine qu’on est sans nouvelle de Charles Johnen. L’étudiant plombimontois a disparu vendredi dernier à Liège après un chapi. Sa famille ne perd pas espoir. « Tant qu’il y a de la vie, il y a de l’espoir », nous a indiqué Jean-Claude, le père de Charles.

    Le temps passe et on ne semble pas plus avancé dans la recherche de Charles Johnen que le jour de sa disparition, Capture d’écran 2020-03-14 à 08.19.35.pngvendredi dernier. Pourtant, les bénévoles sont toujours autant au travail pour retrouver le Plombimontois. « Ils sont extraordinaires. On se sent vraiment soutenu », souligne Jean-Claude, le papa. « Il y a toutes sortes d’initiatives qui se lancent spontanément. Par exemple, en ce moment, on recherche des images de vidéo surveillance de Droixhe, car on se dit qu’il aurait pu retraverser le pont. Eh bien, les bénévoles vont faire le tour des magasins pour voir s’il y a a des caméras. Et ils font ça alors que nous ne leur avons rien demandé. » Cette nouvelle vague de recherches s’accompagne d’un autre appel que lancent la famille et les autorités. « Que toutes les personnes qui ont vu Charles à la soirée se manifestent. Pas juste ceux à qui il a parlé. On ne sait jamais. Parfois les gens croient qu’ils n’ont rien vu alors qu’ils ont en leur possession un petit indice. Et un petit indice plus un autre, ça peut donner un gros indice. On espère que les langues vont se délier, si elles doivent l’être. » Une donnée importante nous est donnée par le papa. Le GSM a été géolocalisé une dernière fois vers 5h du matin. Soit deux bonnes heures après sa disparition. Les données étant peu précises, on estime qu’il était encore dans le quartier Saint-Léonard. « Après 5h, soit il a été perdu, soit il n’avait plus de batterie », souffle Jean-Claude Johnen.

    Malgré les efforts de la police, qui a sondé la Meuse, analysé des heures de vidéos à la recherche du jeune homme, pour l’instant rien n’a permis de retrouver Charles. Ce qui n’empêche pas la famille de garder espoir. « On pense qu’il y a toujours une petite lumière au bout du tunnel. Même si le tunnel est plus long que prévu. Mais c’est vrai qu’à mesure que les jours passent, les chances de le retrouver vivant s’amenuisent. » Un dénouement malheureux qui est de plus en plus présent dans les têtes. Toutefois, les proches de Charles Johnen étant très occupés par les recherches, ils n’ont pas le temps de penser sans arrêt à cette hypothèse.

    « Tant qu’il y a de la vie, il y a de l’espoir », répète inlassablement Jean-Claude Johnen. 

    ADRIEN RENKIN

  • Coronavirus : Phase 2 maintenue, passage en phase fédérale et mesures additionnelles

    Communiqué de Madame la Première Ministre, Sophie Wilmès

    Comme annoncé le 10 mars dernier, l’évolution de la propagation du coronavirus est évaluée au jour le jour. En effet, la situation sanitaire d’hier n’est pas celle d’aujourd’hui ni celle de demain. Suite aux derniers développements, le Conseil National de Sécurité (CNS) s’est réuni le jeudi 12 mars à la demande de la Première ministre et en concertation avec les Ministres-présidents. Cette réunion  du CNS a eu lieu dans la foulée de réunions des groupes d’experts du Risk Assessment Group et du Risk Management Group. 

    Il a été décidé de renforcer le dispositif existant par des mesures additionnelles de distanciation sociale, dans le même objectif d’endiguer la propagation de l’épidémie. Ces mesures sont proportionnelles et orientées vers un maximum d’efficacité. D’un point de vue opérationnel, nous passons en phase fédérale de gestion de crise, ce qui veut dire que toutes les décisions seront prises dans la cadre d’une cellule de gestion composée notamment de la Première ministre, des ministres compétents et des ministres- présidents. Cette phase assure une meilleure coordination et information sur les mesures prises par les différentes entités. Les mesures annoncées sont d’application sur l’ensemble du territoire national.

    Tous les niveaux de pouvoir partagent la même volonté de mener une action, une communication et une application cohérentes des mesures décidées. Nous souhaitons qu’une même décision soit appliquée partout de la même manière. L’objectif prioritaire étant la préservation de la santé publique.

    Ces mesures seront d’application à partir de vendredi minuit jusqu’au 3 avril inclus. Comme précédemment, l’évolution de la situation continuera à être évaluée au jour le jour.

    Concernant les écoles :

    • Concernant les écoles, les leçons sont suspendues. Il sera organisé une garde d’enfant au moins pour les enfants du personnel médical et de soins de santé et des départements d’autorité (sécurité publique). Pour les enfants dont il n’est pas possible d’assurer une garde autre que par les personnes âgées, les parents pourront aussi trouver une solution dans les écoles.
    • Les crèches restent ouvertes.
    • Dans le cas des hautes écoles et universités, il est recommandé de développer des modules de cours à distance. Ces écoles ne sont donc pas fermées mais invitées à mettre en place des alternatives aux cours traditionnels en amphithéâtre ou en endroit confiné ; 

    Concernant les commerces et les activités dites récréatives (sportives, culturelles, folkloriques, etc) : 

    • Toutes ces activités sont annulées, peu importe leur taille et leur caractère public ou privé. 
    • Entre autres, les discothèques, cafés et restaurants sont fermés ;
    • Les hôtels restent ouverts sauf leur éventuel restaurant ;
    • La livraison à domicile et le drive-in sont permis ; 
    • Les commerces restent ouverts toute la semaine sauf le weekend ;
    • Les magasins d’alimentation et les pharmacies restent quant à eux ouverts normalement (weekend compris). Néanmoins, il leur est recommandé d’augmenter les mesures d’hygiène sur base des recommandations déjà formulées.

    Concernant le travail : 

    • Le travail doit se poursuivre dans la mesure du possible mais le télétravail doit être privilégié et, si nécessaire renforcé.

    Concernant les transports en commun : 

    • Les transports en commun circulent normalement mais il est demandé de se limiter aux déplacements indispensables. Les horaires décalés permettront de ne pas congestionner les transports en commun.

    A noter que ces mesures viennent s’ajouter à celles formulées précédemment. Nous restons en phase 2 renforcée.

    Lire la suite

  • La famille donne des nouvelles

    Bonjour,
    Voici les nouvelles informations de ce jeudi 12 mars.
    La famille a rencontré la police lors d’une réunion pour visionner des images et réfléchir à la suite de l’enquête.
    Les images (sur lesquelles la police se basait pour imaginer que Charles revenait sur son point de départ pour traverser le quai Coronmeuse en direction de l’eau) ne permettent pas aux parents de reconnaitre formellement Charles. Cela signifie donc que les recherches doivent repartir aussi dans le quartier Saint Léonard.
    La police visionne encore des caméras privées afin de déterminer le trajet que Charles a emprunté. Malheureusement, peu de caméras offrent une vue complète et de qualité de la rue. Il est donc difficile d’exclure le passage de Charles dans la rue, même s’il n’est pas vu sur les caméras.
    Nous relayons donc l’avis paru sur le site de la police fédérale :

    "La police demande à toute personne habitant les quartiers ST LÉONARD, DROIXHE et CORONMEUSE disposant de caméras de surveillance, de préserver les images filmées la nuit du 06 mars entre 02 heures et 06 heures du matin, et de se manifester auprès des enquêteurs.
    De même, il est demandé à toute personne qui a conversé avec Charles durant la soirée ‘Chapi’, et à ceux qui auraient pu le croiser après la soirée de se manifester auprès des enquêteurs.
    Avez-vous plus d'informations à propos de cette affaire?
    Laissez-nous vos témoignages via ce formulaire ou via le numéro gratuit 0800/30 300."

    Nous insistons sur le besoin impérieux d’avoir un nouvel élément pour orienter l’enquête.
    Relayez donc à la police toute information, même si vous n’avez pas de certitude, même si vous n’avez fait qu’apercevoir Charles dans le bus par exemple.
    Merci aux étudiants particulièrement de relayer cet avis auprès des écoles dont ils font partie.
    Ce sont en effet essentiellement des étudiants qui pouvaient se trouver dans les rues à ce moment-là, vu qu’ils revenaient de soirée.

     

     

  • Hombourg-Trois-Frontières pour une place en demi

    Place à la demi-finale de la coupe de la Province ce jeudi soir (20h) entre Hombourg et Trois-Frontières. Un derby déséquilibré sur le papier mais la coupe et les derbys sont toujours des matchs spéciaux. Alors que les Frontaliers Capture d’écran 2020-03-12 à 08.10.15.pngpeuvent sauver leur saison, Hombourg tentera, lui, d’aller chercher un autre derby face à Aubel. Hombourg-Trois-Frontières. Le quatrième contre le quatorzième en championnat. Sur papier, le derby qui nous attend ce jeudi soir, en quart de final de la coupe de la Province, parait déséquilibré. « Mais il n’y a pas de favori dans un derby, estime Xavier Stassen, le coach des Hombourgeois. Je connais Fabrice, je sais que c’est le roi de l’intox et qu’il ne viendra pas en victime consentante. Honnêtement, je pense que c’est du 50/50 ».

    Même si Fabrice Burdziak ne compte évidemment pas venir en « victime consentante », pour reprendre les mots de Xavier Stassen, son discours est plus nuancé. « Hombourg, c’est l’équipe au top, nous, on enchaîne plutôt les flops actuellement même si on vient de casser cette dynamique en prenant un point ce weekend. Malgré ça, si les bookmakers devaient faire des pronostics, ce serait certainement Hombourg qui serait favori », estime le coach des Frontaliers.

    « Mais on ne sait jamais », lance-til. Et il a des raisons de croire que tout n’est pas joué d’avance. D’abord, il alignera, pour la première fois depuis longtemps, le même onze deux semaines d’affilée. De l’autre côté, Xavier Stassen nous apprend qu’il devra conjuguer avec quelques bobos. Hick, Monié, Schnackers et Dehon ne devraient en effet pas être de la partie.

    Xavier Stassen estime par ailleurs que dans ce type de derby, il y a toujours une part de chance.

    « On en avait eu lors du match aller. J’espère qu’elle restera dans notre camp mais ça peut vite tourner. On verra », lance celui qui rêve déjà de jouer la demi-finale face à Aubel, un autre voisin. « Honnêtement, ce serait le scénario idéal. Dans l’équipe, on a cinq Aubelois plus Arnaud (Dehon, ndlr) et moi-même qui avons joué là-bas l’an dernier. Jouer Aubel, un samedi de Pâques, ce serait vraiment chouette, un beau retour aux sources. Mais il ne faut pas oublier qu’on doit d’abord faire face à un adversaire coriace », rapporte-t-il.

    De l’autre côté Trois-Frontières a une chance de sauver sa saison en remportant cette coupe.

    « Si on est là, ce n’est quand même pas par hasard. L’effectif a de la qualité, à nous de le prouver » conclut Fabrice Burdziak.

    LOÏC MANGUETTE dans LA MEUSE VERVIERS du 12 mars 2020

    Lire la suite

  • Un bateau avec sonar pour retrouver Charles, disparu

    Branle-bas de combat ce mercredi du côté de Coronmeuse (Liège), pour tenter de retrouver Charles Johnen, disparu depuis la nuit de jeudi à vendredi. Après les battues organisées par la famille et les proches ce week-end, la police a entrepris des fouilles spécifiques du côté de la darse de Coronmeuse. Un bateau avec sonar était de la partie pour tenter de retrouver le corps si celui-ci était tombé à l’eau.

    Le temps passe et l’angoisse continue de grandir concernant la disparition du Charles Johnen, 20 ans. Ce jeudi, cela fait près d’une semaine que le Plombimontois, étudiant à Liège, a disparu.

    LA DARSE, LIEU DANGEREUXCapture d’écran 2020-03-12 à 08.07.47.png

    Dès lors, dans l’optique où cette disparition se terminerait de manière tragique, la police a décidé de sonder la darse de Coronmeuse. Il s’agit d’un endroit assez dangereux, avec des bateaux abandonnés. L’hypothèse que Charles Johnnen soit tombé à l’eau de manière accidentelle est bel et bien une piste jugée plausible par les enquêteurs. C’est pourquoi un bateau de la police fédérale équipé d’un puissant sonar a été dépêché sur place. Après une journée complète de recherches, il n’y avait toutefois pas de trace du corps du Plombimontois. La prudence reste toutefois de mise dans cette affaire, car au vu du courant important de ces derniers jours et du débit de la Meuse, la dépouille pourrait se trouver plus loin.

    En attendant, du côté des proches du disparu, on veut continuer à y croire et la mobilisation générale se poursuit. « La famille tient encore une fois à remercier l’énorme mobilisation qui ne faiblit pas et qui est source de réconfort pour eux. (…) Par ailleurs, un moment d’union et d’espoir est organisé demain jeudi à 20h dans l’église de Montzen. » 

    D'un article de G.G. & A.B.  dans LA MEUSE du 12 mars 2020

  • Changement de cap brusque à Welkenraedt

    Ce mercredi midi, le bourgmestre, Jean-Luc Nix, gardait le cap et disait que le cortège du laetare était maintenu, à Welkenraedt.

    Finalement, c’est le comité organisateur de Wehelo qui a décidé d’annuler les festivités, non sans en avoir causé avec le bourgmestre. Le mayeur de Welkenraedt commentait : « Même si je dis qu’il ne faut pas tomber dans la psychose, il est important de ne pas prendre de risques non plus. » Évidemment, à Welkenraedt, Herbesthal et Lontzen, cette décision fait des déçus. Dont Bruno Lautermann, le président du comité carnavalesque, qui souligne : « On s’alignera avec tout le monde. Nous ne pouvons pas faire autrement. » Mais cela pourrait être reporté. Car pour certains groupes, le cortège, c’est l’activitéphare de l’année. Notamment pour les Gais lurons. La solution pourrait être de programmer un cortège réduit, à une date ultérieure, non précisée, quand l’épidémie aura régressé. « Un petit cortège familial et amical », nuance Bruno Lautermann. « Mais ce ne serait plus la même chose. On lancera un appel et viendra qui voudra. »

    « COMIQUES » POINTÉS DU DOIGT

    Le président estime que les carnavalistes welkenraedtois sont victimes de l’insouciance de ceux qui se sont rendus en Italie, alors que les cas s’y multipliaient déjà. « Au début, on a dit : ce n’est pas grave. Ils sont allés faire les comiques et aujourd’hui, c’est nous, qui travaillons toute l’année pour notre laetare, qui payons les pots cassés. » Il conclut : « Si un cas s’était déclaré après notre laetare, on m’aurait dit : « Tu as vu, tu as sali toute la commune avec ton carnaval » ».

    D'un article d'YVES BASTIN dans LA MEUSE VERVIERS du 12 mars 2020

  • Participation citoyenne : réunion reportée !!!

    Conformément aux différentes mesures prises jusqu'à présent par le Gouvernement pour contrer la propagation du coronavirus et afin de lancer la démarche citoyenne de la CLDR dans des conditions optimales, le Collège communal de Plombières a décidé de reporter la réunion du 16 mars 2020, prévue dans la salle du Vieux Couvent à Plombières.
     
    Vous serez bien évidemment informés au plus vite de la date de cette première réunion citoyenne dès que la situation sera normalisée et que le risque de contamination possible sera réduit au maximum.
     
    Le Collège communal regrette le report de cette séance, mais se soucie tant du bien-être de ses citoyens que de son plein engagement pour une participation citoyenne forte et efficace dans des projets qui bénéficient à l'avenir de la société plombimontoise.

    Lire la suite

  • Le montzenois Damien Ernst chiffre les deux scénarios coronavirus pour la Belgique: avec ou sans confinement

    Le professeur Damien Ernst, que l’on entend régulièrement sur beaucoup de sujets de société, a récemment publié sur sa page Facebook un graphique élaboré par Nicolas Vandewalle, un de ses collègues physicien statisticien de l’université de Liège, et qui a pour but d’illustrer le fait que l’on peut couper la croissance exponentielle de l’épidémie à condition que la population reste confinée.

    Ce graphe est en fait un modèle mathématique complexe (SEIR) utilisé, dit le professeur, par l’OMS pour calculer la propagation de l’infection du coronavirus en Belgique. Et est à prendre avec des pincettes, précise Nicolas Vandewalle.

    Les résultats sont préliminaires et il manque de données pour calibrer son modèle parfaitement. Néanmoins ils devraient donner quelques grandes tendances“, explique Damien Ernst.

    “1. Dans le pire des scénarios (courbe rouge), on arriverait dans 60-70 jours à plus de 1 million de personnes infectées en même temps. Ce scénario conduirait à une saturation complète de notre système de santé.
    2. En prenant des mesures de confinement drastiques dès ce lundi, à la chinoise, on pourrait limiter le nombre de personnes infectées en même temps à moins de 1.000, avec un maximum atteint dans 15-20 jours (courbe mauve).”

    (Source: TodayinLiege.be)

  • Très peu d’indices sur la disparition de Charles Johnen

    Capture d’écran 2020-03-11 à 08.04.45.pngAlors que le Plombimontois Charles Johnen a disparu vendredi matin à Liège, on est toujours sans nouvelle de lui. La police travaille pour l’instant avec très peu d’indices.

    Ce mardi soir, la famille annonçait que la police se concentrait sur l’analyse des caméras de surveillance pour essayer de retracer le chemin emprunté par Charles. Elle essayait aussi de dresser le profil de Charles en interrogeant la famille et des connaissances.

    « Une quarantaine de policiers étaient sur le terrain pour poursuivre les recherches. La cellule informatique travaille toujours pour pouvoir localiser le GSM de Charles. Nous avons trouvé des codes qui devraient leur permettre d’avancer », racontaient des proches du jeune Plombimontois de 20 ans, disparu après une guindaille, sur la page Facebook « Help Charles ».

    Un bateau devait en principe sonder La Meuse ce mardi. Mais même si l’hypothèse de la noyade dans le fleuve se vérifiait, rien ne dit que le sonar donnera quelque chose. Au vu du courant important de ces derniers jours, la dépouille de Charles Johnen pourrait se trouver loin.

    « Mais la police tient à garder tous les bénévoles motivés. Si le moindre indice est découvert, on est nombreux à pouvoir se rendre sur place et fouiller. Forcément, la police n’a pas 200 hommes à déployer comme ça », nous précise un proche qui ne perd pas espoir.