• Le corps de Charles Johnen retrouvé: la famille soulagée

     

    Ce dimanche, aux alentours de 11 heures, les pompiers ont repêché un corps à l’île Monsin, avertis par une péniche ayant signalé la présence d’une dépouille. Un médecin légiste est descendu sur place pour identifier la victime, nous a confirmé le parquet début d’après-midi.

    L’hypothèse qu’il pouvait s’agir du corps de l’étudiant de Plombières disparu dans le quartier St-Léonard, Charles Johnen, était envisagée. Ses proches étaient en effet sans nouvelle du jeune homme depuis sa disparition, le 6 mars dernier.

    C’est sur Facebook, sur le coup de 14 heures, que les proches du jeune étudiant ont confirmé qu’il s’agissait malheureusement bien de lui.

    Lire la suite

  • Les frontières fermées ?

    Depuis vendredi 15 heures, les frontières belges sont fermées pour contrer la propagation du coronavirus. Nous avons voulu voir comment ces barrages aux frontières se passaient pratiquement en région verviétoise. Direction le poste frontière de Lichtenbusch, sur l’autoroute E40 entre la Belgique et l’Allemagne.

    Ce samedi midi, pas de trace du moindre barrage routier là-bas. Le poste frontière semble désert.

    Mais si la Belgique a décidé de fermer ses frontières, c’est notamment (surtout) à cause des Pays-Bas qui ont une autre approche dans le cadre de la lutte contre la pandémie. On met le cap sur une autre frontière emblématique de la région : le site des Trois Frontières à Plombières. Ici non plus, pas la moindre trace de policier ni de fermeture de frontière. Et la grosse majorité des touristes présents sont néerlandais.

    B.B. dans 7DIMANCHE du 22 mars 2020

  • HELP CHARLES

    Bonjour,
    Voici les informations de ce 20 mars
    La police poursuit ses recherches et ses investigations.
    Ils ont terminé de visionner les images caméras du quartier st Léonard, sans résultat. Ils visionnent maintenant celles des quartiers de Droixhe et du centre-ville.
    L’audition des personnes qui se sont manifestées via Child Focus ou la police, se termine également.
    Les recherches via son ordinateur, notamment pour essayer de localiser son gsm, n’ont rien donné. Ils ont également contacté les personnes qui ont téléphoné à Charles juste avant ou après sa disparition.
    Le fait que son gsm fasse une mise à jour à 4h16 signifie que le gsm n’était, à priori, pas dans l’eau à cette heure-là.
    Le débit de la Meuse continue de baisser. Nous imaginons que des recherches pourraient se faire début de la semaine prochaine.

    Les jours passent, les explications logiques diminuent, au contraire de l’intérêt des proches et moins proches de la famille. Nous ressentons beaucoup de frustrations de ne pouvoir entreprendre d’action concrètes auprès de nos bénévoles.

    Nous avons encore eu des contacts ce jour avec Védia et RTC qui tiennent à suivre l’affaire au quotidien.

    Sa maman, son papa et son frère lancent encore un message : Charles nous n’attendons pour te serrer dans nos bras, nous t’aimons et nous avons encore pleins de choses à vivre ensemble : cuisiner, bricoler, rire, balader avec Nesquik, …

  • Arrêté du gouverneur de la province de Liège

    Rassurant, car la gestion de la crise chez les voisins Hollandais fait peur...

    L'arrêté de police complet est à lire sur le site internet http://gouverneur.provincedeliege.be/fr/evenement/80?nid=7707&from=actu

  • Trois gros projets RAVeL se profilent

    Objectif : terminer à l’été 2021

    Le ministre Ecolo Philippe Henry veut booster la mobilité douce. Et cela devrait se traduire par la concrétisation de trois projets dans les mois qui viennent, explique François Leruth, coordinateur du RAVeL au SPW. Des dossiers étudiés par les ingénieurs de la Direction des routes de Verviers du Service Public de Wallonie.

    Capture d’écran 2020-03-20 à 08.50.31.pngPremier volet : la prolongation du réseau de la Ligne 38 en direction des Trois Bornes.

    La volonté est de poursuivre l’aménagement du RAVeL, avec asphaltage sur une bande et maintien d’une piste souple sur une autre partie, entre Aubel, Hombourg et Plombières. Ici, les travaux devraient débuter cette année encore, probablement après l’été.

    Dans la foulée, au plus tard au printemps 2021, il est prévu d’enchaîner avec la ligne 39, de Plombières à Gemmenich et enfin aux Trois bornes, dans le cadre d’un projet où sont aussi associés la commune de Plombières et les fonds Interreg européens.

    Pour les vacances d’été 2021, on devrait ainsi pouvoir gaiement pédaler sur un RAVeL complet entre Liège et Aix, grâce à une douzaine de kilomètres supplémentaires rendus facilement accessibles. Ces travaux seraient mis à profit par la Province de Liège pour étendre son réseau points nœuds.

    D'un article d'YVES BASTIN dans LA MEUSE VERVIERS du 20 mars 2020.

  • L’atout belge de la course contre le virus !

    Depuis l’annonce de la découverte d’une nouvelle méthode de dépistage, le téléphone du virologue Benoît Muylkens ne cesse de sonner. Canada, Allemagne, France : tous sont intéressés par sa technique qui permet de répondre à la pénurie de réactifs à laquelle le monde entier est confronté.

    C’est un peu fatigué mais plein d’optimisme que Benoît Muylkens nous accueille à l’Université de Namur. Ce professeur expert en virologie et directeur de l’unité de recherche vétérinaire intégrée est à l’origine de la mise sur pied d’une nouvelle méthode de diagnostic du Covid-19. Grâce à elle, les laboratoires pourront répondre à la pénurie de réactifs qui limite actuellement le nombre de dépistages pourtant essentiels à la lutte contre la propagation du virus.

    Depuis une dizaine de jours, le virologue de 41 ans originaire de Plombières ne compte plus ses heures. « C’est la Capture d’écran 2020-03-20 à 08.41.55.pngcourse », confirme-t-il. « La semaine dernière, c’était la partie amusante. J’ai pu faire des manipulations et je rédigeais la nuit pour valider la méthode mise au point. » Depuis cette semaine, les diagnostics ont officiellement commencé. « Maintenant c’est : coordination, coordination, coordination ! »

    SON TÉLÉPHONE CHAUFFE

    Cette course, Benoît Muylkens ne la subit pas. Loin de là. « Il faut qu’on accélère. La maladie va très vite et il y a une course entre elle et notre capacité de diagnostic. Le but aujourd’hui, c’est d’être très fort ensemble. » Une chose est sûre : depuis qu’il a dévoilé sa trouvaille, son téléphone ne cesse de sonner. « Suite à l’homologation de la méthode, j’ai eu des contacts avec le Canada, l’Algérie, l’Allemagne, de nombreuses universités belges. Ça se dissémine et c’était notre objectif », sourit-il.

    Son idée n’était en effet pas qu’un seul laboratoire réalise des milliers de tests par sa méthode. Mais plutôt que la technique développée à l’UNamur fasse des petits un peu partout, en Belgique, mais aussi au-delà.

    À Namur, 24 personnes réalisent les tests chaque jour. Mettre davantage de monde sur le coup au sein d’un même laboratoire n’est, selon

    le virologue, pas une bonne idée, surtout d’un point de vue qualitatif. Et mieux vaut éviter de remplacer une pénurie de réactifs par une pénurie d’humains que l’on aurait poussés à bout. « Il y a au moins 20 laboratoires sur le territoire belge qui pourraient mettre sur pied le même dispositif qu’à l’UNamur. » Faites alors le calcul : 480 tests multipliés par 20, cela représente quelque 9.600 diagnostics par jour ! Un beau potentiel quand on sait que, selon les autorités, seuls 20.000 ont jusqu’à présent été réalisés en Belgique.

    La méthode, à condition que les échantillons arrivent rapidement et en nombre dans les laboratoires, pourrait donc permettre à la lutte contre la propagation du virus de faire un énorme bond en avant. Une excellente nouvelle qui n’empêche pas le virologue de rester très modeste. À l’entendre, il n’a « pas fait grand-chose, si ce n’est reprendre trois petites idées très simples ».

    « COMME À LA FERME »

    Alors que la découverte est saluée à l’international, Benoît Muylkens la compare, très humblement, à son travail de jeunesse à la ferme. « Hier j’ai téléphoné à mes parents qui m’ont demandé ce que j’avais fait », sourit-il. « Je leur ai dit que je m’étais rappelé ce que l’on faisait quand on avait 2.000 ballots de foin à ranger. Ces ballots, vous avez beau avoir un monte-charge, si vous n’avez pas des amis et des voisins qui viennent vous aider, ça n’ira jamais. Par contre, si vous positionnez les gens à leur poste, en quelques heures, ils seront rangés. » Cette comparaison peut sem-bler réductrice face à l’importance de la technique mise sur pied. Et pourtant, selon Benoît Muylkens, tout est, là aussi, une question de coordination. « Ici, les diagnostics positifs et négatifs vont pouvoir être triés de manière fiable, parce que nous avons coordonné des humains dans leur travail. » 

    SABRINA BERHIN dans LA MEUSE du 20 mars 2020

  • GEMMENICH | LIMITATION SUITE AUX MESURES COVID-19 | LIGNE 396

    A partir du 20/03/2020 pour une durée indéterminée

    En raison des mesures prises par le Gouvernement Belge, les autobus seront limités au territoire Belge et le terminus s’effectuera à l’arrêt “GEMMENICH Place Peckham“, à partir de ce vendredi 20 mars et ce, pour une durée indéterminée.

    Les arrêts aux Pays-Bas ne seront plus desservis jusqu'à nouvel ordre.

    Les arrêts “GEMMENICH Aux Trois Bornes“, “GEMMENICH Ancienne gare“, “GEMMENICH Chemin du Duc“ et “GEMMENICH Frontière“ seront reportés à l’arrêt “ GEMMENICH Place Peckham“ vers Eupen.

  • HELP CHARLES

    Bonjour,
    Voici les infos de ce 19 mars.

    Vous aurez peut-être pu regarder le reportage, hier au JT RTBF, sur la disparition de Charles. Nous sommes plutôt déçu de ce qu’on a pu y voir. Il a surtout été question du coronavirus : pas de demande de témoignages, pas de numéro d’appel diffusé et surtout, pas une seule image de Charles, alors que deux séquences avaient été filmées avec les affiches.
    La police recherche le gsm de Charles, c’est un Iphone SE Space Gray 32 GB.
    Les bénévoles ont également fait des recherches sur d’autres objets que Charles aurait pu perdre, mais visiblement la police avait déjà fait ce même travail.

    Pour le reste, la journée a été bien calme, ce qui est désolant car cela amplifie le sentiment que l’on patauge

  • La stratégie néerlandaise dangereuse pour nous ?

    Du côté de Plombières, on n’est pas rassuré par cette volonté néerlandaise d’arriver à l’immunité collective : « Pour le moment, on ne constate pas de grand incivisme de la part des Néerlandais qui viennent chez nous », nous explique la bourgmestre Marie Stassen. « Ce qui pose plutôt souci, c’est la stratégie utilisée chez eux qui est différente de la nôtre. Car au final, il y aura un problème s’ils sont immunisés alors que nous, non. Je suis également en contact avec la bourgmestre de Gulpen qui m’explique ce qu’il se passe chez eux. On sait que les écoles et les restaurants sont fermés donc, au final, il y a aussi des règles là-bas. La grosse différence, c’est surtout le confinement. J’espère que les Hollandais auront le bon sens de prendre quand même certaines mesures de précaution pour ne pas propager le virus mais je pense qu’ils le font aussi. J’ai vu des images de la télévision locale de la plaine des jeux des trois bornes, qui est à la limite des deux territoires, et elle était vide malgré l’absence des écoles. Cela prouve que les jeunes restent aussi chez eux. »

    D'une page de LA MEUSE du 19 mars 2020

  • Help Charles

    Bonjour,
    Voici les infos de ce 18 mars.

    Nous avons rencontré la police, accompagnés d’une personne du service d’aide aux victimes.
    Nous devons préciser directement que nous n’avons strictement rien appris de neuf. La police multiplie pourtant les recherches. La cellule est constituée de 13 personnes qui travaillent en moyenne 12h par jour. Ils ont été choisi sur base volontaire afin de s’entourer de personnes motivées pour ce genre d’enquête.
    Depuis notre rencontre de jeudi passé, la voie ferrée entre l’esplanade et les Guillemins a été vérifiée la nuit, quand il était possible de stopper le trafic ferroviaire. Des bâtiments abandonnés ont été fouillé.

    Plus de 200 caméras ont été renseignées et des milliers d’heures d’images ont été visionnées. Charles n’est aperçu nulle part dans le quartier st Léonard, ce qui ne signifie pas qu’il n’y est pas passé, trop de zones n’étant pas couvertes par des caméras. Certaines vidéos arrivent encore et doivent être visionnées. La zone de recherche s’étend pour le moment vers les Guillemins et Droixhe.
    Une partie de la cellule se concentre sur les témoignages et autres appels passant par le 0800 30 300, Child focus ou la page Help Charles. Il n’y a actuellement aucun témoignage ou recoupement qui débouche sur une piste sérieuse.
    La police est par ailleurs confrontée à des détails qui compliquent leurs recherches. Par exemple, les étudiants d’une école avaient des pulls bordeaux à capuche. Ainsi, sur la vidéo filmée dans le bus de retour de Charles, 3 autres étudiants portaient un pull bordeaux.

    La police a interrogé les chauffeurs de bus qui ont assuré les navettes de retour de cette soirée. Aucun ne se rappelle de Charles.
    La police recherche aussi son gsm via les sites ou commerces de ventes de seconde main.
    Il est envisagé de sonder la Meuse et une partie du canal Albert quand le débit aura encore un peu diminué. Il est impossible de déterminer quand à l’heure actuelle, mais les parents seront prévenus.

    Un reportage a été diffusé dans le JT de la RTBF ce soir. Un lien est fait avec les difficultés de continuer les recherches vu le confinement dû au coronavirus