• Un repas offert aux moins nantis

    Le restaurant la Véranda a fait plaisir à 17 famillesCapture d’écran 2020-12-26 à 11.37.26.png

    Dix-sept familles plombimontoises ont reçu un beau cadeau de Noël en ce jour de réveillon. Elles se sont vues offrir un menu de fête. Les repas suspendus, proposés par la brasserie La Véranda, ont tous été financés via des dons.

    Fabrice Lejar et Cynthia Roggemans se sont transformés en père Noël ce jeudi. Grâce à la générosité de nombreux donateurs, le couple de restaurateurs plombimontois a pu offrir 48 menus de fête à 17 familles dans le besoin. Une belle action de solidarité qui a rencontré un franc succès auprès de la population. « Quand Fabrice a lancé l’idée voici quelques semaines, je n’y croyais pas trop. Mais aujourd’hui, c’est fantastique de se dire que l’on a pu offrir un peu de bonheur à toutes les familles qui s’étaient manifestées auprès du centre alimentaire », explique Cynthia Roggemans.

    D'un article de FRANÇOISE PEIFFER à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 26 décembre 2020

  • Les évêques font sonner les cloches pour Noël

    En ce temps béni de Noël, les Évêques de Belgique demandent aux paroisses de faire sonner les cloches dans toutes les églises du pays, le jour de Noël à midi.

    En signe de consolation et d’espérance pour tous ceux qui ont été touchés par le coronavirus et leurs proches. Pour encourager ceux qui luttent contre le coronavirus, en particulier les nombreux soignants. En signe de solidarité entre nous.

    « Le message de Noël résonne même en temps de pandémie : Dieu nous est proche dans son humanité, Jésus vient partager notre condition humaine, l’Esprit nous tire de la peur et de l’insécurité et nous pousse à être solidaires des plus pauvres »  (Les évêques de Belgique).

  • +140 % pour la prime pour les langes lavables

    Les langes non lavables sont une plaie pour l’environnement et Intradel refuse qu’on les glisse encore dans le container vert. Du coup, à Plombières, la majorité a décidé d’augmenter la prime dévolue au premier enfant dont les parents choisiraient le lange lavable. On passerait de 300 à 125 € (+140 %). C’est dans l’air du temps, a confirmé l’opposition URP. Mais Marc Simons aurait préféré qu’on glisse deux ou trois langes lavables dans le kit de bienvenue à l’enfant lors de l’octroi de la prime de naissance, qui comme les autres primes communales (anniversaires de mariage, départs à la pension...) sera désormais versée en val’heureux, la monnaie de la région, pour favoriser les circuits courts. L’idée de ces langes dans le kit avait déjà effleuré la majorité, a répondu la bourgmestre, Marie Stassen. Du coup, tous les élus, y compris Luc Dejalle, qui venait de prêter serment pour remplacer Christine Vandeberg, ont approuvé la suggestion, qui sera bientôt concrétisée par un vote au conseil. Et dans ce bel élan enthousiasme, tous ont voté pour la prime revue à la hausse. 

    YVES BASTIN dans LA MEUSE VERVIERS du 21 décembre 2020

  • Au Pays de Herve, on a vieilli de 6 ans en 28 ans

    Notre population prend de l’âge. Mais cette évolution varie selon les entités. Elle est la plus forte au Pays de Herve ainsi qu’à Theux et Jalhay, où on a pris un sacré coup de vieux en une génération.

    En 28 ans, soit une génération, le visage de notre population a pris quelques rides. En témoignent les chiffres de nos communes en rapport avec la moyenne d’âge de leurs habitants, entre 1992 et 2020. Ce constat peut être fait surtout sur le Plateau de Herve, où une bonne part des communes ont vu l’âge moyen de leurs citoyens croître de 7 (à ThimisterClermont et Aubel), 6 (Herve et Olne) ou 5 ans (Welkenraedt), soit grosso modo une demi-douzaine de pour cent pour le plateau. Deux communes vertes proches de Verviers ont aussi vu leur âge moyen augmenter de manière spectaculaire en 28 ans : Theux (+6 ans) et Jalhay (+7).

    Les chiffres des des maisons de repos font gonfler la moyenneCapture d’écran 2020-12-21 à 09.42.09.png

    À Plombières, la bourgmestre, Marie Stassen, estime que l’augmentation de plus de 5 ans de la moyenne d’âge a un petit côté artificiel. En effet, l’entité compte trois maisons de repos. Or, les autorités communales ont incité, ces dernières années, leurs pensionnaires à s’inscrire à la commune de Plombières, en renonçant à leur ancienne adresse.

    Pour le reste, elle analyse que le chiffre global de la population scolaire ne varie guère. Mais ça fluctue selon les implantations, avec des difficultés à maintenir le nombre dans les implantations les plus modernes… Ainsi, Plombières a diminué et Sippenaeken éprouve des difficultés à conserver le chiffre évitant une fermeture.

    D'une page d'YVES BASTIN à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 21 décembre 2020