Commerce - Page 5

  • Une nouvelle bière 100 % belge au Grain d’orge

    Et une bière de plus dans le paysage verviétois, une ! Le Grain d’orge ajoute une huitième à son tableau de Capture d’écran 2016-06-28 à 07.58.50.pngbreuvages houblonnés en marque propre. Il s’agit de l’Aubel pure, une bière refermentée avec un surcroît de houblon et tirant à environ 5 degrés. Une boisson qui joue un peu dans la même cour que la cuvée du 800e anniversaire que vient de sortir l’abbaye du Val-Dieu, à Aubel, et qui allie saveurs naturelles et taux d’alcool raisonnable.

    LA TROISIÈME AUBELOISE

    « On avait déjà une double et une triple Aubel », explique Benoît Johnen, le brasseur de Hombourg. Voici la troisième aubeloise. Elle s’ajoute à la Joup, à la Brice, à la Canaille (estivale, plus légère), à la Grelotte (hivernale, plus lourde) et à la The Pom (une fruitée). La particularité de la Pure, c’est qu’elle est davantage houblonnée, mais surtout que ses ingrédients sont cette fois 100 % made in Belgium. Ainsi, le houblon provient de Poperinge, localité flandrienne célèbre pour ce type de culture. Le malt, lui, vient de la Malterie de Beloeil, qui a racheté le site BHA et sa tour de séchage, route de Rémersdael, à Hombourg. L’eau est celle du barrage d’Eupen. Enfin, la levure est gantoise. Bref, un savant dosage d’ingrédients provenant des trois communautés linguis- tiques du pays et qui donne une boisson « purement » belge, d’où son nom.

    Capture d’écran 2016-06-28 à 07.58.59.pngCette fois, pas de sucre ni d’épice dans le breuvage. Comme dans les bières allemandes respectant le Reinheitsgebot allemand, dont l’origine remonte au duc de Bavière Guillaume IV en 1516. Le goût se rapproche fort de celui d’une bière de saison, comme nos faneurs en buvaient durant les longues et souvent torrides journées où l’on fauchait, jadis. Outre ces huit bières de marque propre, le Grain d’orge continue à produire 80 bières à façon pour des clients. « Mais on n’en accepte plus d’autres », souffle Benoît Johnen. La coupe est pleine à ce niveau. Le Grain d’orge produit 4.000 hectolitres l’an et emploie cinq personnes, y compris Benoît Johnen et son épouse. 

    Y.B.(dans LA MEUSE VERVIERS du 28 juin 2016)

  • Égide Sebastian, une vie belle comme un camion

    « Égide Sebastian – Une vie belle comme un camion », voilà un titre rutilant pour un livre qui re- trace la carrière professionnelle d’Égide Sebastian, passionné par les camions et à la tête de Truck Service Sebastian. Une véritable success story qui a débuté alors qu’Égide Sebastian n’avait que 14 ans. Le moins que l’on puisse dire c’est que le travail, dans la fa- mille Sebastian, on connaît. Alors qu’il n’a que 18 ans, il ouvre son premier garage dans la cour de ses parents. Un petit garage de 4 mètres sur 9.

    D'UN article à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 30 mai 2016

  • La boucherie à la ferme à Montzen

    Leur engagement:

    Nous proposons toute l'année 6 colis de viande à des prix attractifs. http://porcs-amarelles.be/index.php?page=produits

    Nous préparons les colis suivant la demande. La viande est alors emballée sous vide par nos soins et peut évidemment être congelée.

    Toute la viande (porcs & boeuf aubrac) provient de notre exploitation de Montzen.

    Infos sur notre site www.porcs-amarelles.be / Commandes par téléphone au 473/56.65.19

  • UNE GAMME D'ALIMENTS POUR BOVINS 100% EUROPÉENNES

    Une nouvelle gamme d'aliments pour bovins vient d'être lancée par l'entreprise Dumoulin, dont l'un des sièges d'exploitation se trouve à Hombourg. Une nouveauté qui présente plusieurs avantages, notamment en terme d'impact sur l'environnement.

  • Moins de pets, moins de pollution

    Réchauffement climatique

    Comme on vous en parlait dans La Meuse Verviers du 11 décembre 2015, l’entreprise Dumoulin, spécialisée dans la nutrition animale et disposant d’un site de production à Hombourg, a décidé de lancer une gamme d’aliments composés pour bovins à partir de matières premières d’origine européenne. Cette nouvelle gamme diminue la production de méthane dans l’atmosphère. En se fournissant eu Europe et en acheminant plus de 50 % de ses matières premières par voie navigable, l’entreprise est parvenue à réaliser une économie de 3.000 tonnes de C02 par an auxquelles s’ajoute une réduction de 500 tonnes de C02 par an grâce à un investissement dans une unité de cogénération au gaz couvrant 45 % des besoins énergétiques de l’entreprise. L’entreprise belge propose sur le marché une nouvelle gamme d’aliments qui permet de diminuer de 30 % la production de méthane rejeté dans l’atmosphère par les bovins. Dumoulin a introduit dans cette nouvelle gamme de la graine de lin extrudé.

    Les performances mesurées sont identiques à celles obtenues avec les autres gammes sans augmentation du coût de production pour l’éleveur. « La qualité de la viande et de la carcasse est équivalente comme en attestent les tests réalisés dans les fermes expérimentales par le département recherche et développement », explique-t-on chez Dumoulin.

  • Une huitième bière pour Grain d’Orge

    On connaissait la Brice, la Joup, la Canaille, la Grelotte, l’Aubel Double et Triple et la petite dernière, « The Pom », mais Benoît Johnen, de la brasserie Grain d’Orge, en voulait encore plus, c’est ainsi qu’une nouvelle bière sortira des cuves d’ici 6 semaines mais pour le moment, ce futur nouveau-né n’a pas encore de petit nom. « J’en cauchemarde toutes les nuits, rigole le brasseur. Pour le moment, on n’arrive pas à lui trouver un nom qui nous convient... » Le gérant espère tout de même trouver ça rapidement pour la lancer avant l’été. Au niveau du goût, elle devrait s’inscrire dans la continuité de sa gamme. « J’ai une bonne idée de ce que je veux comme bière, ce sera une blonde car pour le moment, on n’a principalement que des brunes. »

    TOUJOURS PLUS DE DEMANDES

    Ce nouveau breuvage s’inscrit d’ailleurs dans la volonté qu’à la brasserie Grain d’Orge de se recentrer sur sa production personnelle. Car oui, pour ceux qui ne le sauraient pas, en plus de ses propres bières, Benoît Johnen brasse également quantité de bières dites « à façon ». Il s’agit de commandes faites par des particuliers voulant acquérir leur propre bière. L’an passé, le brasseur en dénombrait 65 et depuis cette année, 10 nouvelles sont venues s’ajouter, ça devient un peu trop malgré l’arrivée de nouvelles cuves il y a de ça 2 mois. « À la base, elles devaient me servir à faire mes bières, mais comme nous avons eu de nouvelles commandes, ça a surtout servi à faire les bières à façon. Si je continue à accepter de nouveaux clients, je n’aurai plus le temps de brasser ma propre bière et ce n’est pas ce dont j’ai envie. Bien sûr, je vais continuer à m’occuper de mes clients actuels, mais je n’accepterai plus de grosses commandes. »

    GARDER L’ESPRIT FAMILIAL

    La volonté de Benoît Johnen est claire : garder l’esprit familial de sa brasserie inaugurée il y a 14 ans déjà. « Il y a 6 ans, quand nous nous sommes installés à Plombières, on brassait 1.500 hectolitres par an, cette année, on arrivera à 4.000. On arrive au seuil maximal et je ne cherche pas forcément à agrandir mais plutôt à améliorer mes techniques de brassage ». 

    LM dans "LA MEUSE VERVIERS" du 1er avril 2016

  • Faillite

    Par jugement prononcé le 3 février 2016, le tribunal de commerce de Liège, division Verviers, a prononcé, sur aveu, la faillite de la S.P.R.L. PK Construction, rue du Rodbusch, 6 à Plombières,

  • Un Montzenois 2e au concours des bouchers

    Kilian Schnackers de Montzen a remporté la 2e place au concours « Le couteau d'or » lors du salon saveurs et métiers de Namur.

  • Des cuves deux fois plus grosses au Grain d’orge

    Gros arrivage, au Grain d’orge, hier matin ! La brasserie artisa- nale a pris livraison de deux cuves de 4.000 litres, qui viennent s’ajouter aux 8 de 2.000 et aux 4 de 1.000. De quoi doper la production, alors que la demande est souvent plus importante que l’offre. Entre 2002 et 2008, le Grain d’Orge brassait 70.000 litres l’an. L’an dernier, on Capture d’écran 2016-01-26 à 08.41.43.pngen était à 300.000. Et désormais, la capacité des cuves est encore dopée de 40%, ce qui va permettre de prospecter davantage pour trouver de nouveaux points de vente... Désormais, six personnes travaillent à la brasserie, explique Benoît Johnen, le patron. Le Grain d’orge produit sept marques propres (la Brice, la Joup, double et triple d’Aubel, la Canaille, la Grelotte et The Pom). Certaines se vendent parfois avec d’autres étiquettes, selon la demande de groupements. S’y ajoutent 65 bières à façon, brassées chacune selon une recette propre, à la de- mande d’associations.

    Y.B. dans LA MEUSE VERVIERS du 26 janvier 2016

  • Un aliment pour limiter la pollution des vaches

    RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE

    La société Dumoulin adapte l’alimentation bovine pour réduire la teneur en méthane des flatulences

    Alors que nous arrivons au terme de la COP21, l’entreprise agroalimentaire Dumoulin, spécialisée dans la fabrication de nourriture pour animaux, veut montrer l’exemple et apporter sa contribution à l’effort climatique. La société, qui possède un site de production à Hombourg a adapté sa production en y incorporant de la graine de lin extrudée afin que les pets de nos vaches soient moins nocifs pour l’environnement. Le résultat ? 30 % de production de méthane en moins.

    Lire la suite