Commerce - Page 8

  • Moins de pets, moins de pollution

    Réchauffement climatique

    Comme on vous en parlait dans La Meuse Verviers du 11 décembre 2015, l’entreprise Dumoulin, spécialisée dans la nutrition animale et disposant d’un site de production à Hombourg, a décidé de lancer une gamme d’aliments composés pour bovins à partir de matières premières d’origine européenne. Cette nouvelle gamme diminue la production de méthane dans l’atmosphère. En se fournissant eu Europe et en acheminant plus de 50 % de ses matières premières par voie navigable, l’entreprise est parvenue à réaliser une économie de 3.000 tonnes de C02 par an auxquelles s’ajoute une réduction de 500 tonnes de C02 par an grâce à un investissement dans une unité de cogénération au gaz couvrant 45 % des besoins énergétiques de l’entreprise. L’entreprise belge propose sur le marché une nouvelle gamme d’aliments qui permet de diminuer de 30 % la production de méthane rejeté dans l’atmosphère par les bovins. Dumoulin a introduit dans cette nouvelle gamme de la graine de lin extrudé.

    Les performances mesurées sont identiques à celles obtenues avec les autres gammes sans augmentation du coût de production pour l’éleveur. « La qualité de la viande et de la carcasse est équivalente comme en attestent les tests réalisés dans les fermes expérimentales par le département recherche et développement », explique-t-on chez Dumoulin.

  • Une huitième bière pour Grain d’Orge

    On connaissait la Brice, la Joup, la Canaille, la Grelotte, l’Aubel Double et Triple et la petite dernière, « The Pom », mais Benoît Johnen, de la brasserie Grain d’Orge, en voulait encore plus, c’est ainsi qu’une nouvelle bière sortira des cuves d’ici 6 semaines mais pour le moment, ce futur nouveau-né n’a pas encore de petit nom. « J’en cauchemarde toutes les nuits, rigole le brasseur. Pour le moment, on n’arrive pas à lui trouver un nom qui nous convient... » Le gérant espère tout de même trouver ça rapidement pour la lancer avant l’été. Au niveau du goût, elle devrait s’inscrire dans la continuité de sa gamme. « J’ai une bonne idée de ce que je veux comme bière, ce sera une blonde car pour le moment, on n’a principalement que des brunes. »

    TOUJOURS PLUS DE DEMANDES

    Ce nouveau breuvage s’inscrit d’ailleurs dans la volonté qu’à la brasserie Grain d’Orge de se recentrer sur sa production personnelle. Car oui, pour ceux qui ne le sauraient pas, en plus de ses propres bières, Benoît Johnen brasse également quantité de bières dites « à façon ». Il s’agit de commandes faites par des particuliers voulant acquérir leur propre bière. L’an passé, le brasseur en dénombrait 65 et depuis cette année, 10 nouvelles sont venues s’ajouter, ça devient un peu trop malgré l’arrivée de nouvelles cuves il y a de ça 2 mois. « À la base, elles devaient me servir à faire mes bières, mais comme nous avons eu de nouvelles commandes, ça a surtout servi à faire les bières à façon. Si je continue à accepter de nouveaux clients, je n’aurai plus le temps de brasser ma propre bière et ce n’est pas ce dont j’ai envie. Bien sûr, je vais continuer à m’occuper de mes clients actuels, mais je n’accepterai plus de grosses commandes. »

    GARDER L’ESPRIT FAMILIAL

    La volonté de Benoît Johnen est claire : garder l’esprit familial de sa brasserie inaugurée il y a 14 ans déjà. « Il y a 6 ans, quand nous nous sommes installés à Plombières, on brassait 1.500 hectolitres par an, cette année, on arrivera à 4.000. On arrive au seuil maximal et je ne cherche pas forcément à agrandir mais plutôt à améliorer mes techniques de brassage ». 

    LM dans "LA MEUSE VERVIERS" du 1er avril 2016

  • Faillite

    Par jugement prononcé le 3 février 2016, le tribunal de commerce de Liège, division Verviers, a prononcé, sur aveu, la faillite de la S.P.R.L. PK Construction, rue du Rodbusch, 6 à Plombières,

  • Un Montzenois 2e au concours des bouchers

    Kilian Schnackers de Montzen a remporté la 2e place au concours « Le couteau d'or » lors du salon saveurs et métiers de Namur.

  • Des cuves deux fois plus grosses au Grain d’orge

    Gros arrivage, au Grain d’orge, hier matin ! La brasserie artisa- nale a pris livraison de deux cuves de 4.000 litres, qui viennent s’ajouter aux 8 de 2.000 et aux 4 de 1.000. De quoi doper la production, alors que la demande est souvent plus importante que l’offre. Entre 2002 et 2008, le Grain d’Orge brassait 70.000 litres l’an. L’an dernier, on Capture d’écran 2016-01-26 à 08.41.43.pngen était à 300.000. Et désormais, la capacité des cuves est encore dopée de 40%, ce qui va permettre de prospecter davantage pour trouver de nouveaux points de vente... Désormais, six personnes travaillent à la brasserie, explique Benoît Johnen, le patron. Le Grain d’orge produit sept marques propres (la Brice, la Joup, double et triple d’Aubel, la Canaille, la Grelotte et The Pom). Certaines se vendent parfois avec d’autres étiquettes, selon la demande de groupements. S’y ajoutent 65 bières à façon, brassées chacune selon une recette propre, à la de- mande d’associations.

    Y.B. dans LA MEUSE VERVIERS du 26 janvier 2016

  • Un aliment pour limiter la pollution des vaches

    RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE

    La société Dumoulin adapte l’alimentation bovine pour réduire la teneur en méthane des flatulences

    Alors que nous arrivons au terme de la COP21, l’entreprise agroalimentaire Dumoulin, spécialisée dans la fabrication de nourriture pour animaux, veut montrer l’exemple et apporter sa contribution à l’effort climatique. La société, qui possède un site de production à Hombourg a adapté sa production en y incorporant de la graine de lin extrudée afin que les pets de nos vaches soient moins nocifs pour l’environnement. Le résultat ? 30 % de production de méthane en moins.

    Lire la suite

  • Le lait, la glace et le fromage Fairebel en pointe

    Christian Lenoir, éleveur laitier à Hombourg (Plombières), est responsable marketing et administrateur chez Fairebel. Une coopérative dont le but est de rétribuer équitable- ment les producteurs de lait. De son côté, l’acheteur des produits accepte de payer plus, en ayant la garantie qu’il apporte son soutien aux quelque 500 agriculteurs affiliés à Fairebel dont une bonne part habite notre région.

    Le public est désormais associé à la démarche avec du crowdfunding, chaque participant pouvant investir 500 euros maximum. Ce qui lui donne droit de participer aux grandes décisions, d’autant qu’au conseil d’administration de Fairebel, un ou deux sièges seront réservés à ces non-agriculteurs. Par ailleurs, leurs dividendes consisteront en produits à acquérir en grande surface, où Fairebel espère être davantage présent, avec son lait, son lait chocolaté et ses fromages, produits chez Herve-Société. Dans sa gamme, on compte aussi de la glace produite chez Gilfi, à Francorchamps. Le créneau Fairebel est si porteur qu’on commence à envisager de l’ouvrir à la viande et aux produits maraîchers. « Nous avons une grosse marge de progression », estime Christian Lenoir. 

    Extrait d'un article d'Yves BASTIN dans LA MEUSE VERVIERS du 30 novembre 2015 intitulé "LE BOOM DU MADE IN TERROIR"

  • La « Glezia » médaillée

    Cette bière conçue à La Gleize décroche un prix important

    Une bière de la région verviétoise, la « Glezia », vient d’être primée au concours international « Brussels Beer Challenge », édition 2015. Créée à Stoumont, cette bière spéciale est produite par la Brasserie « Grain d’Orge », à Hombourg. C’est donc une double distinction pour la région verviétoise.

    Conçue en février 2014 par deux épicuriens du village de La Gleize, Christophe Lejeune et Thierry Flamand, la bière spéciale « Glezia » vient de recevoir une médaille de bronze au prestigieux concours « Brussels Beer Challenge 2015 » qui avait lieu du 5 au 8 novembre dernier. Un concours coté qui a at- tiré pas moins de 1.100 bières provenant des quatre coins de la pla- nète. « La Belgique a décroché 34 médailles lors de cette édition », commente Christophe Lejeune. « La Glezia peut dès lors être fière d’en faire partie ».

    Lire la suite

  • LA TAVERNE DU SOLEIL devrait être dans le TOP 20.

    20150806_277.JPG

    Dans son édition d’hier, La MEUSE VERVIERS  présentait le top 20 des bistrots les moins chers en Wallonie et à Bruxelles. Avec sur la première marche du podium : Le « Café Bertrand » à Ster-Francorchamps et son inénarrable tenancier, Gaston Bertrand, qui sert la bière à 1 euro seulement.

    Aujourd'hui, LA MEUSE VERVIERS ajoutait le Café du Centre à Thimister,

    qui ratait de peu son entrée dans le classement, avec une bière à 1,70 euro (contre 1,60 euro pour le café arrivé en dernière position du top 20). Le Café du

    Centre à Thimister, c’est 117 ans d’existence, quatre générations à sa tête et des anecdotes à la pelle. La tenancière, Madame Renée Ernst, vous y racontera l’histoire

    de ce lieu ô combien convivial et chaleureux. À commencer par la venue de 32 Américains à l’étage de l’établissement…

    Mais LA MEUSE VERVIERS semble ne pas avoir repéré la TAVERNE DU SOLEIL à Plombières où la Jupiler était servie ces derniers jours encore à 1,50 €, mais on raconte que le patron augmenterait le prix de sa pils à l'occasion de la kermesse annuelle de Plombières.

  • Stock épuisé

    LA PETITE MEUSE 

    Capture d’écran 2015-05-08 à 08.16.57.png 

    Les jeudis des artisans inauguraient leur nouveau concept hier soir, place du Marché à Verviers, au pied de l’hôtel de ville. Une réussite, avec pas mal de monde et, surtout, des gens ravis de passer un bon moment ensemble. La meilleure preuve : deux heures après le début de l’événement, le bar tenu par la brasserie de Hombourg n’avait plus de bière blonde à vendre... Comme son nom l’indique, plusieurs artisans ont exposé leurs créations : bijoux, luminaires, guitares, charcuteries, macarons, tartes au riz, glaces... Avec en plus des activités grimage ou création de marionnettes pour enfants, le panel était large. « On est content, on a fait sortir les gens, se réjouissaient les organisateurs Cemal Bostan et Frédéric Lecoq. Comme chaque fois que quelque chose est orga- nisé à Verviers, on est donné perdant. Mais on n’a pas eu peur d’essayer. Et on sait que certains artisans ont changé d’avis et sont prêts à venir à Verviers maintenant. » Prochain rendez-vous le 21 mai.