Hombourg - Page 3

  • Le Vélo Club Hombourg dépasse son objectif initial !

    Le Vélo Club de Hombourg (VCH), un club de cyclistes amateurs qui a vu le jour dans les années 80 et compte actuellement 65 membres, s’était lancé un défi hors du commun ce dimanche sur le site de la montée des 3 Bornes, à Gemmenich : le but était de grimper 1.111 fois cette côte longue de 1,5 kilomètre, qui fait 85 mètres (et 90 comme initialement estimé) de dénivelé positif avec un pourcentage de 5,5 %. Le tout, pour atteindre le chiffre fou de 100.000 mètres de dénivelé positif (D+).

    Le défi a été lancé dès 7h15 du matin ce dimanche avec près de 50 participants, sachant que seuls les membres du Vélo Club de Hombourg étaient autorisés à participer. Et l’objectif initial a été dépassé, comme nous l’a expliqué ce dimanche après-midi Luc Hardy, membre du club et organisateur de l’événement. « Finalement, on a fait 1.235 montées. On est donc au-dessus des 100.000 mètres de dénivelé positif visés », se réjouit notre interlocuteur.

    Le chiffre a de quoi donner le tournis : les cyclistes hombourgeois ont atteint 105.000 mètres de D+, soit 105 kilomètres. « Le tout, avec une moyenne de 15 à 45 montées par personne. Chacun était équipé d’un dossard pucé, démarrait quand il voulait et s’arrêtait quand il le souhaitait. Chacun y allait à son rythme et selon ses capacités. On doit citer Paul Mannen, un habitant de Hombourg de 70 ans qui est notre doyen et a accompli 25 montées ce dimanche, soit 37,5 kilomètres d’ascension ! »

    DÉFI BOUCLÉ À 14H30 

    Le défi a été bouclé dès 14h30. Mais pourquoi s’arrêter à ce chiffre de 1.235, au fond ? « Il ne restait que 7 cyclistes qui roulaient encore et il fallait bien arrêter à un moment donné. On aurait peut-être encore pu faire quelques montées supplémentaires, mais ce n’était pas grave de stopper », reprend Luc Hardy, très satisfait de la manière dont l’événement s’est déroulé. « Le cadre était très agréable et une centaine de personnes sont venues nous encourager. Il n’y aaucun incident à déplorer, malgré la chaleur.

    Je tiens aussi à souligner le soutien très efficace de la commune de Plombières et à mentionner la participation de Kevin Van Melsen, qui est venu soutenir les troupes. Il a fait quelques montées en notre compagnie, sachant aussi que c’est au Vélo Club de Hombourg qu’il a commencé le cyclisme. »

    UN APPEL LANCÉ AUX AUTRES CLUBS

    Une suite est-elle prévue à ce défi un peu fou ? « On a proposé d’organiser la prochaine édition pour les dames. Quant à nous, nous ferons d’abord le bilan avant d’envisager un prochain défi. On attend aussi que d’autres clubs le relèvent. C’est une première qui doit évoluer. Il y a assez de sites dans la région et on n’a pas la prétention d’être invincibles… On veut titiller l’esprit sportif des autres », termine Luc Hardy, qui lance donc un appel aux autres clubs de cyclistes amateurs pour donner une suite à ces 105.000 mètres de D+ et améliorer le score… -

    OLIVIER DELFINO dans LA MEUSE VERVIERS du 3 juin 2019.

  • Ils vont grimper 1.111 fois la montée des 3 Bornes dimanche

    Le Vélo Club de Hombourg (VCH), qui a vu le jour dans les années 80 et compte actuellement 65 membres, s’est fixé un nouveau défi : celui d’accumuler 100.000 mètres de dénivelé positif (D+) ce dimanche dès 7 heures du matin dans la montée des 3 Bornes, à Gemmenich. Pour y parvenir, les membres du club devront escalader 1.111 fois la montée des 3 Bornes en un seul jour ! Un sacré défi qui motive les membres du club. « Jamais un club cycliste n’est monté aussi haut » est d’ailleurs le leitmotiv de l’opération. C’est « une activité originale, un défi de taille et un rêve pour tous les membres », dit-on encore du côté du Vélo Club de Hombourg, bien décidé à mettre les petits plats dans les grands pour faire de cette activité, qui est « une première mondiale », une totale réussite. « À notre connaissance, cela n’a jamais été organisé par un club de cyclistes amateurs. »

    D’une longueur de 1,5 kilomètre, la montée des 3 Bornes fait 90 mètres de dénivelé, avec un pourcentage de 5,5 %. D’où la nécessité de l’escalader à 1.111 reprises pour atteindre le chiffre de 100.000 mètres de D+.

    L’idée émane de Luc Hardy, qui s’est basé sur d’autres performances récentes du même style. « En octobre 2018, un Spadois ambitionnait de monter la fameuse côte de la Redoute à Remouchamps autant de fois que nécessaire pour accumuler un dénivelé positif de 8.808m, soit l’altitude de l’Everest. Il y est parvenu. Trois jours plus tard, un autre cycliste régional se lançait pour un nouveau record : 10.000m de dénivelé positif en un seul jour. Il a choisi la côte du Rosier à Moulin du Ruy. À 23h40’, il a réussi son pari. Mais alors, pourquoi en rester à cette barre des 10.000 m D+ ? Je propose 100.000 m de dénivelé positif. Évidemment, il va falloir faire appel aux copains. Aussitôt dit, reste à le faire », résume-t-il.

    Ce sera ce dimanche, de 7 heures du matin « jusqu’à ce que le défi soit réussi ». « Seuls les membres du VCH sont autorisés à participer », ajoute le club. Le public est le bienvenu pour encourager les cyclos, l’entrée étant gratuite. À noter enfin que le Hombourgeois Kevin Van Melsen (team Wanty-Gobert) apportera son soutien aux participants. 

    O.D. dans LA MEUSE VERVIERS du 28 mai 2019.

  • « C’est le seul point commun avec Kompany »

    Capture d’écran 2019-05-28 à 08.28.20.pngComme Vincent Kompany, Xavier Stassen, qui était keeper à Aubel cette saison en P1, endossera lui aussi la fonction de joueur-entraîneur la saison prochaine. Et lui aussi rentre dans son club de cœur.

    « On revient tous les deux à nos sources et on va essayer de relancer quelque chose de bien, mais c’est le seul point de comparaison. Par contre, là où ce sera son travail à temps plein, pour moi, ça viendra en plus de mes journées de travail sur chantier (sourire). C’est un loisir pour moi. Le rôle sera le même au final, mais ils ont évidemment d’autres moyens à Anderlecht », rigole Xavier Stassen, qui sera en poste à Hombourg (P2), à propos de la nomination de Vincent Kompany à Anderlecht. « Si un Belge pouvait faire cela, c’était bien lui. Il a un palmarès exceptionnel et est plus qu’un joueur de foot. Il a une aura et est charismatique. »

    Lire la suite

  • Memorial Day à Hombourg

    Ce samedi, dès 11h, le cimetière Américain d’Henri-Chapelle (rue du Memorial Américain à… Hombourg) ouvrira ses portes pour la cérémonie du Memorial Day. Durant la journée, les soldats morts pour la liberté lors de la Deuxième guerre mondiale seront mis à l’honneur. Le lieu, qui accueillera des vétérans ainsi que des officiels belges et américains, sera également ouvert au public ce samedi.

  • Kevin Van Melsen au Tour de l'Ain

    Kévin Van Melsen et Boris Vallée disputent, dès ce vendredi, le Tour de l’Ain qui proposera notamment une arrivée finale au sommet du Grand Colombier. Le VC Ardennes participe à l’épreuve dans sa version Cadets U17.

  • Hombourg joue à Aubel

    Dans le Challenge Raway (U13), Franchimont sera opposé à Elsaute (vendredi à 18h30) et Hombourg rencontrera le CS Verviers (vendredi à 18h45). Finale samedi à 18h45.

  • Voici où on flashe le plus

    Côté P.-V., le Pays de Herve n’a rien à envier à ses voisins de la région verviétoise. En 2018, ce sont 14.724 P.-V. pour excès de vitesse qui ont été dressés dans les 8 communes que compte la zone de police. Un chiffre énorme, comparé à nos autres zones de police, qui s’explique par la présence des autoroutes E40 et E42 qui traversent le territoire. Plus de la moitié des automobilistes flashés en 2018 dans la zone du Pays de Herve l’ont été sur l’autoroute.

    À Plombières (911 P.-V.), on flashe surtout sur la N608, d’abord dans la rue d’Aubel (140 P.-V.), puis dans la rue du Cheval Blanc (121 P.-V.) et à Volkerich (124 P.-V.).

    Une page de VICTORIA MARCHE à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 17 mai 2019

  • Inquiétant : les rats pullulent

    Depuis quelques années, la population de rats d’égout tend à croître, dans nombre de communes de l’arrondissement. Certes, on n’en est pas à une prolifération de même ampleur que dans certains quartiers de grandes villes ou dans des régions où l’on compte de grosses porcheries, surtout en Flandre. N’empêche, l’évolution a de quoi faire réfléchir en région verviétoise.

    Les rats apprécient certains aménagements de la vie moderne. Selon le Hervien Philippe Wegnez, un indépendant spécialiste de leur traque, « on les trouve souvent dans les talus. Ils font aussi des galeries sous les maisons, autour des mares ou dans les tas de compost ». Pourquoi ici ? Parce que l’on y trouve des aliments dont ces rongeurs se nourrissent volontiers (restes de viande et de poisson, mais aussi épluchures de carottes, de pommes de terre…) mais aussi parce que la décomposition dégage de la chaleur, plutôt agréable pour l’animal à la mauvaise saison, observe Philippe Wegnez.

    Capture d’écran 2019-05-11 à 10.00.01.png« À Plombières, pas de gros soucis cette année », estime l’échevin Joseph Austen, en charge de l’Environnement.

     

    « Mais les deux années précédentes, on avait constaté de gros problèmes et on avait mené de grosses campagnes de dératisation en lançant des marchés publics en 2017 et 2018. À l’époque, on avait connu des soucis à Hombourg. Dans certains égouts, à Moresnet et Moresnet Chapelle, les ouvriers communaux ont ajouté des composants biologiques pour améliorer la décomposition, ce qui a limité la multiplication des rats. La présence de rats suscite une certaine crainte chez certains habitants quand ils voient déambuler ces animaux dans les rues. »

    D'une page d'YVES BASTIN dans LA MEUSE VERVIERS du 11 mai 2019.

  • Trois pils produites à Hombourg

    Grain d’orge, à Hombourg, produit désormais aussi trois bières du type lager, mais à façon, pour des clients. Toutes avec une variété de levure bien précise et une fermentation à basse température. Deux vont sortir, tandis que la troisième est produite depuis un mois.

    Les clients qui achètent chez Grain d’orge sont une Allemande, qui met au point ses propres recettes avant de commander une fabrication à une certaine échelle à Hombourg, une firme néerlandaise qui veut offrir un bac avant les congés aux membres de son personnel et un cafetier belge germanophone, qui n’opte que pour les fûts.

    Avec celle de Bellevaux, les pils de Hombourg sont les premières de ce type dans notre région, depuis le grand retour des brasseries artisanales sur le marché. À la différence d’une pils industrielle, nos régionales sont moins claires. Elles sont un zeste troubles.

    D'une page d'YVES BASTIN à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 9 mai 2019.

  • Décès de Madame Julia THISSEN, veuve de Monsieur Henri NIBUS

    Capture d’écran 2019-05-08 à 08.28.08.pngLa famille annonce le décès de Madame Julia THISSEN, veuve de Monsieur Henri NIBUS, née à Hombourg le 9 septembre 1928 et décédée à Verviers le 6 mai 2019s.
    La défunte repose au funérarium Cornet-Mockel, 35, Place Sommeleville à Verviers, où les visites ont lieu jeudi et vendredi de 17 à 19 heures.
    La célébration des funérailles, avec Eucharistie, aura lieu le samedi 11 mai 2019 à 14 heures 30 en l’église de Petit-Rechain.
    La crémation au centre funéraire Neomansio, suivie de la dispersion des cendres au cimetière de Hombourg aura lieu dans l’intimité familiale.

    Faire-part.