Moresnet-Chapelle - Page 4

  • La maison de repos Regina cambriolée

    C'est un vol crapuleux auquel doivent faire face les résidents de la maison de repos Regina, située à Moresnet. Capture d’écran 2016-11-22 à 08.24.15.pngDurant la nuit de samedi à dimanche, une fenêtre en façade de l'établissement de repos et de soins a été fracturée et des malfrats ont littéralement dévalisé la réception. Si la zone de police du Pays de Herve n'est pas en mesure de chiffrer le butin emporté lors de ce cambriolage, elle confirme les faits. « Durant la nuit de samedi à dimanche, vers 3h30, des membres du personnel qui étaient occupés à l'étage, ont entendu un boucan suspect en provenance du rez-de-chaussée, là où se situe la réception ». Immédiatement le personnel soignant a fait appel aux forces de l'ordre. « Lorsque les agents sont arrivés sur place, une voiture avec deux ou trois occupants à bord quittait les lieux. » La police a donc croisé les auteurs qui ont pris la fuite en direction des Pays-Bas. Les malfrats ont immédiatement été pris en chasse par les policiers qui ne sont malheureusement pas parvenus à les intercepter. Le labo de la police judiciaire s'est rendu sur les lieux pour relever les empreintes. Des constatations étaient encore effectuées ce lundi.

    Pour les résidents, ce vol, à l'approche des fêtes de fin d'année, suscite des craintes et de la tristesse d'autant que ce n'est pas la première fois que l'institution est la cible des voleurs. 

    F.P. dans LA MEUSE VERVIERS du 22 novembre 2016

  • Des logements supervisés pour personnes handicapées

    AU CENTRE DE SOINS SAINT-JOSEPH

    Les bâtiments administratifs de l’AIOMS seront transformés

    Capture d’écran 2016-10-22 à 12.16.50.png

    L’année 2018 sera celle des grands projets pour l’AIOMS. Outre la construction de la résidence Léoni à La Calamine, l’intercommunale, qui gère les maisons de repos de Régina à Moresnet et de La Kan à Aubel ainsi que le centre de soins Saint-Joseph à Plombières, s’apprête à proposer des nouveaux services avec des appartements supervisés pour personnes handicapées. Ces logements prendront place dans les anciens bâtiments administratifs de l’intercommunale.

    Nouvelles perspectives pour l’AIOMS. Début de l’année 2018 l’intercommunale proposera des appartements supervisés pour personnes handicapées. « La partie administrative, qui se trouvait sur le site du centre de soins Saint-Joseph a déménagé vers l’ancien presbytère à Moresnet village. L’aile que l’on occupait auparavant est donc libre », explique Benoît Liégeois, le président de l’intercommunale. Ce bâtiment de quatre étages sera transformé en quatre appartements pouvant accueillir chacun trois personnes, jeunes et moins jeunes, présentant un handicap léger. « L’objectif est de permettre à ces personnes de vivre de manière autonome tout en étant encadrées, si nécessaire par le personnel de la maison de repos attenante. En pratique, chaque appartement disposera d’une cuisine, d’une pièce de vie et d’une salle de bain commune mais chaque résident disposera de sa chambre individuelle. Ceux qui le désirent pourront par exemple bénéficier des repas servis à la maison de repos », ajoute Benoît Liégeois. Si les travaux devraient être terminés début de l’année 2018, des réunions d’information ont déjà eu lieu afin de présenter le projet et de trouver de futurs résidents désirant vivre en autonomie. Certaines personnes ont déjà manifesté leur intérêt pour cette nouvelle structure. « La psychologue de la maison se chargera alors de la sélection des candidats mais aussi de l’organisation et des aménagements à réaliser pour que la vie en communauté se passe au mieux ». Les résidents seront prioritairement issus des communes partenaires au sein de l’intercommuale à savoir : Aubel, La Calamine et Plombières. « Mais si nous n’avons pas assez de candidats, on élargira aux communes avoisinantes », assure le président Benoît Liégeois.

    Le montant des travaux devrait avoisiner les 500.000 euros. « Il s’agit de l’aménagement d’un bâtiment déjà existant. Il n’y aura pas de nouvelle construction, par contre un ascenseur sera installé ».

    Avec ces appartements supervisés, l’AIOMS vise un public un peu différent de celui des maisons de repos qu’elle gère. « On ne peut cependant pas parler d’une réorientation complète du public puisque Saint-Joseph prend déjà en charge des per- sonnes souffrant d’un handicap profond », conclut Benoît Liégeois. 

    FRANÇOISE PEIFFER dans LA MEUSE VERVIERS du 22 octobre 2016

     

  • Le calvaire de Moresnet-Chapelle, une histoire à découvrir

    COMMUNIQUE DE LA SOCIÉTÉ D'HISTOIRE ET D'ARCHÉOLOGIE DU PLATEAU DE HERVE

    Lors de la mise sur pied de notre programmation du second semestre, nous avions prévu pour ce samedi 15 octobre la visite du calvaire de Moresnet.

    Malheureusement des circonstances indépendantes de notre volonté nous amènent à SUPPRIMER cette visite et à la REPORTER au printemps prochain. Mais à quelque chose malheur est bon, puisque cela nous permettra de profiter de la luxuriance botanique exceptionnelle de ce lieu...

     

    Lire la suite

  • 2ème Fête d'automne du Centre de soins Saint-Joseph

    Le Centre de soins Saint-Joseph de Moresnet organise, le dimanche 2 octobre, sa deuxième fête d’automne au profit de l’unité de soins palliatifs et des comités de loisirs des résidents de la MRS, suivant le même concept que l'an passé: brocante, marché du terroir et des artisans. Et avec, en prime cette année, 2 concerts gratuits: l'harmonie Ste-Cécile de Gemmenich et le groupe vocal S'nana.

  • Moresnet 3e lieu le plus visité de la province

    Après Banneux et le Monde sauvage. Les quatre cinquièmes des visiteurs viennent d’Allemagne

    Capture d’écran 2016-08-17 à 08.16.50.png

    Avec le 15 août s’ouvre une période de haute fréquentation pour le site de Moresnet-Chapelle. Un des pôles touristiques de la province puisqu’il attire environ 150.000 fidèles et visiteurs l’an. Certes, ici on ne paie pas pour déambuler dans le parc ou s’incliner devant l’ancienne Vierge du 18e siècle dans sa chapelle. N’empêche, les visiteurs convergent encore vers ce site méconnu pour beaucoup, mais qui attire des foules d’habitants du Limbourg néerlandais mais aussi et surtout d’Allemands. « La voie de pèlerinage vers Saint-Jacques de Compostelle venant d’Aix passe aussi par ici », explique le bourgmestre, Thierry Wimmer.

    Avec une fréquentation annuelle estimée à 150.000 pèlerins, Moresnet Chapelle est, selon toute vraisemblance, le troisième site (non sportif) le plus visité de la province. Loin derrière Banneux, où l’on estimait le nombre de visiteurs à un demi-million, voici quatre ans, et le Monde sauvage et les grottes de Remouchamps qui, à deux, comptabilisent 384.000 visiteurs (dont les trois quarts pour le parc animalier). Avec 150.000, Moresnet devance largement Blegny-mine (101.000), l’Aquarium de Liège (92.000), le domaine de Wégimont (91.000), le Musée de la Vie wallonne (72.000) ou le Grand Curtius.

    Cette fréquentation est répartie de manière inégale dans le calendrier. Deux temps forts : mai, que l’Église catholique considère comme le mois de Marie, et septembre. Avec quelques temps forts supplémentaires jalonnant une saison des pèlerinages qui s’échelonne entre mai et le deuxième dimanche d’octobre. Dont ce lundi de la fête de l’Assomption, où l’on a évalué l’affluence à au moins 2.000 personnes, explique Marc Bindels, au secrétariat du pèlerinage.

    Les Allemands sont traditionnellement très présents et pèsent pour environ 80 % des fidèles. Ce qui s’explique historiquement par le fait qu’on est près d’Aix, mais aussi par la présence depuis 1875 de franciscains allemands chassés de leur patrie par le chancelier Bismarck. Un pèlerinage hebdomadaire de 24 kilomètres aller et retour part aussi d’Aix, à travers bois, le mercredi, depuis 1863. « On s’appelle d’ailleurs le pèlerinage des trois frontières, car ici, tout est traduit pour être présenté en trois langues », souligne Marc Bindels. Ce caractère transfrontalier reste bien ancré dans le village. Les franciscains, principalement germanophones, qui se sont succédé sur le site du pèlerinage l’ont quitté en 2005. Mais, l’évêque de Liège, Jean-Pierre Delville, est parvenu à ramener une autre communauté, d’origine germano-néerlandaise, celle « de l’amour crucifié et ressuscité », en 2014. Les visiteurs se rendent à la chapelle, pour y invoquer la Vierge à l’origine du pèlerinage, mais aussi dans le parc voisin de 2,4 hectares, aménagé entre 1901 et 1904. Quatorze grottes y abritent un chemin de croix. Le parcours y est jalonné d’arbres impressionnants, qui attirent même des classes d’écoles d’horticulture. Le roi Baudouin et Fabiola étaient aussi des habitués, mais discrets, des lieux.

    YVES BASTIN dans LA MEUSE VERVIERS du 17 août 2016.

    Lire la suite

  • Tout un quartier a peur

    Mieux vaut le savoir avant d’aller crapahuter dans les bois de Moresnet-Chapelle, les sangliers y sont présents en nombre actuellement. Daniel Hagelstein, un riverain de la rue de l’Espérance a d’ailleurs manqué en faire les frais à deux reprises en une semaine. Une laie et ses 5 petits campent actuellement dans le quartier. « Mon homme est sorti derrière chez nous, derrière la plaine de jeu communale dans le petit bois. Dès que la laie a vu mon compagnon des- cendre avec le chien, elle a chargé. La 1re fois c’était il y a une bonne semaine, quand elle a atterri chez nous. Et puis elle a chargé à nouveau il y a 2 jours, il s’est retrouvé face à elle. Elle s’est arrêtée à 2 mètres de lui, face à notre chien qui aboyait très fort et protégeait son maître. Il y a eu plus de peur que de mal », raconte Nicole Widy, la compagne de Daniel Hagelstein tout de même pas très rassurée.

    « Ici on voit bien que des sangliers ont retourné toute la plaine de jeux, pas spécialement cette laie, il y en a d’autres. Maintenant, il n’y a plus personne qui va dans la plaine de jeux de peur de se faire attaquer. »

    ENFANTS PRÉVENUS

    Les riverains vont même plus loin et se préviennent mutuellement dès qu’ils aperçoivent la laie pour mettre les enfants à l’abri « parce que ça pourrait être très dangereux ».

    Si la Plombimontoise n’a aucune envie que l’on tue la mère de fa- mille, il semble que la situation soit de plus en plus probléma- tique dans le village, comme on nous le confirme du côté des chasseurs. «Il y a beaucoup de problèmes ces temps-ci derrière les maisons. Les sangliers viennent retourner les terres régulièrement, André De Tiège, le président du conseil cynégétique du Pays de Herve. Je suis en train de remplir les documents nécessaires pour en- voyer une demande au DNF afin d’organiser une battue de destruction. On irait dans le bois qui longe la rue d’Aix et celle de la Source à Moresnet Chapelle puis vers la rue de la Sablière en direction de La Calamine. Depuis 2-3 ans les sangliers se sont développés de manière astronomique et vivent dans les petits bois et les jardins où on ne les chasse pas. Des voisins nous ont contactés parce que les sangliers viennent jusque sur leur terrasse et qu’ils ont peur pour les enfants. »

    VICTORIA MARCHE dans LA MEUSE VERVIERS du 19 avril 2016

  • Des animaux à la maison de repos: un mini-zoo à Moresnet

    Un chien pour l’ensemble des pensionnaires à Aubel et un mini-zoo à Moresnet

    Actuellement, l’AIOMS, l’intercommunale qui gère des maisons de repos sur les territoires des communes d’Aubel, Plombières et La Calamine, réalise une série de chantiers pour mieux choyer ses pensionnaires. L’occasion de repenser le bien-être en fonction des locaux, mais aussi de développer le concept du mieux-vivre en compagnie d’animaux.

    Une mini-ménagerie est déjà d’actualité à Régina à Moresnet. Actuellement, on y dénombre des canards, des poules qui procurent des œufs pour la pâtisserie et un coq, qui ne manque pas de réveiller quelques pensionnaires dès potron-minet. Auparavant, il y a aussi eu des paons, des chèvres et des lapins.

    ÇA FAVORISE L’INTÉGRATION

    Marie-Isabelle Hilligsmann, la directrice, souligne que ces animaux favorisent l’intégration, dans la maison. Non seulement parce que des pensionnaires viennent les voir, mais aussi parce que des enfants, du voisinage ou des familles, voient en eux une bonne raison supplémentaire de venir saluer les résidents. Les animaux incitent aussi les aînés à sortir de leur chambre. Des pensionnaires ont aussi intégré Regina avec leur animal de compagnie. Mais la maison a aussi eu sa propre perruche dans un lieu de vie.

    YVES BASTIN dans LA MEUSE VERVIERS du 22 février 2016.

    Lire la suite

  • Décès de Monsieur Jean PIRNAY, veuf de Madame Mariette FASSOTTE

    Jean_Piernay_20040801_020.gifLa famille annonce le décès de Monsieur Jean PIRNAY, veuf de Madame Mariette FASSOTTE, né à Hombourg le 8 octobre 1925 et décédé à Moresnet le 15 février 2016, président de la JAC de Hombourg de 1946 à 1949.

    La liturgie des funérailles cela célébrée ce jeudi 18 février à 10 h.30 en l'église Saint-Heribert de Rémersdael.

  • Programme de Noël du Pèlerinage Marial Moresnet-Chapelle

    Veillée de Noël (jeudi 24 décembre)

    18.00 h. Ste. Messe de Noël

    1. Jour de Noël vendredi 25 décembre)

    10.30 h.: Ste. Messe

    2. Jour de Noël (samedi 26 décembre)

    10.30 h.: Ste. Messe (musique par la Communauté)

    Dimanche, 27 décembre

    10.30 h.: Ste. Messe

    Jeudi, 31 décembre - Saint Sylvestre.

    18.00 h.: Ste. Messe de remerciement pour nos bienfaiteurs

    Vendredi, 1 janvier 2016 Nouvel An

    10.30 h.: Ste. Messe

    Dimanche, 3 janvier Fête des Rois Mages

    10.30 h.: Ste. Messe

    19.00 h.: Ste. Messe (musique par la Communauté)

     

  • L’Année Sainte de la Miséricorde à Moresnet-Chapelle

    Durant L’ANNÉE SAINTE DE LA MISÉRICORDE (du 8 décembre 2015 au 20 novembre 2016) avec le thème suivant :

    «Miséricordieux comme le Père !», nous fêtons la miséricorde de Dieu, surtout en recevant le sacrement de réconciliation. En même temps nous voulons, durant cette année, ouvrir notre cœur à tous ceux qui ont besoin de miséricorde.

    Mgr. J.P.Delville, évêque de Liège, a pris la décision que le sanctuaire de Moresnet-Chapelle ferait partie des églises comportant une « Porte Sainte », c.à.d. qu’on peut obtenir la miséricorde divine par l’indulgence du Jubilé en passant par la « Porte Sainte », en se confessant et en participant à l’eucharistie. En même temps un appel fort devrait se propager de cette église, afin d’encourager les œuvres de miséricorde corporelles et spirituelles.

    L’ANNEE SAINTE DE LA MISERICORDE DIVINE - CELEBRATION D'OUVERTURE DE LA « Porte Sainte »

    (PORTE DE LA MISÉRICORDE) EN NOTRE SANCTUAIRE .

    DIMANCHE 20.12.2015 - 15.00 HRS

    Lire la suite