Commerce

  • Plombières veut favoriser le commerce local

    Soucieuse de sensibiliser sa population aux commerces locaux, la commune de Plombières va lancer sa monnaie citoyenne avec l’arrivée du Val’heureux sur son territoire. S’il ne circule pas encore au niveau de la commune – les premiers seront lancés à partir du vendredi 9 octobre et de manière plus générale le 1er janvier -, l’objectif est de soutenir l’économie réelle tout en valorisant et en soutenant les commerces locaux via l’introduction de cette monnaie.

    D'un article de C.B. à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 7 octobre 2020

  • Les Belges peuvent quand même aller en Allemagne

    La durée du séjour sera toutefois limitée à 24 heures

    Les Belges pourraient quand même franchir la frontière allemande, a-t-on finalement appris ce vendredi. Mais avec deux gros bémols : ce ne serait valable que pour les Länder voisins et pour pas plus de 24 heures.

    Tous les Belges sont ainsi autorisés par la Rhénanie du Nord - Westphalie et la Rhénanie - Palatinat de passer la frontière, dès ce samedi, mais pour un délai maximal de 24 heures et sans restriction (ce qui autorise donc les emplettes de l’autre côté de la frontière). Une mesure à laquelle le ministre-président Armin Laschet, à la tête du plus gros Land allemand, est particulièrement sensible, puisqu’il provient d’Aix et a des origines familiales en Belgique.

    D'un article d'YVES BASTIN à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 3 octobre 2020

  • Bientôt une épicerie dans le centre

    Une nouvelle épicerie devrait prochainement voir le jour au centre du village de Plombières et plus précisément rueCapture d’écran 2020-10-03 à 09.11.26.png Hack 6. C’est en tout cas le souhait de la majorité qui a proposé, lors du conseil communal de ce jeudi, de mettre à disposition un bâtiment dont elle est propriétaire. « En proposant ce service, la commune poursuit un objectif d'intérêt général. Son ambition est double : assurer une activité commerciale au cœur du village de Plombières et donc favoriser et créer de l'emploi dans la commune, mais aussi de répondre aux besoins d’un monde en transition écologique et durable », a indiqué Joseph Austen le 1er échevin.

    Le projet devra répondre à certaines conditions. L'épicerie devra en effet favoriser l'émergence des circuits courts et des partenariats avec les producteurs locaux devront être envisa-gés. Le recours à la production locale ainsi que la commercialisation de produits sains et de qualité sont les principaux critères d'attribution de cette concession. L'épicerie devra également faire des efforts en matière de réduction des déchets, avec une gestion qui minimalisera les gaspillages et qui incitera la clientèle à utiliser ses propres contenants. 

    F.P. dans LA MEUSE VERVIERS du 3 octobre 2020

     

  • GRAIN D’ORGE AU TOP

    Le samedi 26 septembre dernier, les lauréats des concours de ferme au lait cru, de bières et de vins, organisés par la province de Liège, ont été désignés au château de Harzé.

    La brasserie hombourgeoise Grain d’orge a remporté trois catégories, la brasserie waimeraise les Mûriers deux et la brasserie Peak Beer Belgium de Sourbrodt une.

    Quand on effectue le bilan de cette 2e édition du concours de bières de la province de Liège, on peut se réjouir des résultats pour nos brasseries régionales.

    La Brasserie hombourgeoise Grain d’orge a raflé trois médailles d’or, une d’argent et deux en bronze. Un bilan tout simplement exceptionnel.

    D'un article de CHARLES BOURYà lire dans LA MEUSE VERVIERS du 2 octobre 2020

  • Plus question de traverser la frontière pour des raisons non essentielles comme aller faire du shopping

    Mauvaise nouvelle pour les habitants des communes frontalières de l’Allemagne. Ce mercredi soir, nos voisins ont classé la Belgique en zone rouge en raison des chiffres de l’épidémie du coronavirus. Plus question donc pour nos compatriotes de traverser la frontière pour des raisons non essentielles.

    Si le centre de crise d’Aix-la-Chapelle a déjà indiqué qu’il ne procéderait pas à des contrôles aux frontières, les resquilleurs sont prévenus de cette interdiction… « Ils prennent évidemment des risques puisqu’ils s’exposent à un contrôle une fois la frontière franchie », conclut Oliver Paasch. Et au paiement d’une amende.

    Dérogation pour les Germanos

    Ce jeudi soir, Olivier Paasch a annoncé qu’une dérogation de 24h était autorisée pour aller en Rhénanie-Palatinat et en Rhénanie-du-Nord-Westphalie. Cela ne vaut que pour les habitants de la Communauté germanophone. 

    D'un article de FRANÇOISE PEIFFER dans LA MEUSE VERVIERS du 2 octobre 2020

  • Des Val’heureux distribués à la place de chèques cadeaux

    On adopte la monnaie citoyenne pour favoriser le commerce local

    Bientôt, les chèques communaux offerts aux habitants de Plombières à l’occasion de naissances, noces d’or ou autres événements seront remplacés par des Val’heureux. Une monnaie locale qui circule déjà ailleurs dans l’arrondissement. Mais avec quel succès ?

    Né en 2014 du côté de Liège, le Val’heureux a pour vocation de favoriser l’économie locale en introduisant une monnaie valable uniquement dans certains endroits. Rapidement, le projet a pris de l’essor au point de sortir des frontières de la Cité ardente pour s’implanter un peu partout dans la province. L’arrondissement de Verviers n’est pas en reste, puisque les Val’heureux peuvent être utilisés dans 57 commerces répartis sur 13 communes. Theux et Spa sont les deux communes avec le plus de commerces participants, puisque chacune des communes en compte 11. Le podium est complété par Plombières, avec 8 commerces situés à Gemmenich, Montzen et Moresnet.

    D'un article de JULIEN DENOËL à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 1er octobre 2020

     

  • Déjà un calendrier de l'Avent

    Actuellement, la brasserie hombourgeoise turbine à plein régime pour réapprovisionner les commerces avec ses propres bières, après un arrêt dû au confinement et aux incertitudes quant au redémarrage de l’horeca. Elle vient de sortir son calendrier de l’avent, constitué de 12 bières sous marque propre à Grain d’orge et d’autant de bières à façon. En la matière, il est vrai que le Grain d’orge a l’embarras du choix : on y produit plus de 80 bières pour des clients, selon des recettes différentes. Ce calendrier se trouvera dans le commerce au prix de 59,9 €.

    D'un article d'YVES BASTIN à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 15 septembre 2020

  • Une bière brassée contre le racisme

    « Black is beautiful », le nom de cette bière noire.Capture d’écran 2020-09-15 à 12.26.12.png

    Les réactions musclées et même sanglantes de policiers américains en intervention face à des citoyens de couleur ont soulevé l’indignation un peu partout dans le monde. Et notamment dans une brasserie américaine, qui a encouragé des confrères à brasser une bière très noire, la « Black is beautiful », dont les bénéfices iront à des mouvements antiracistes. Un appel auquel Grain d’orge a répondu comme plus de 1.100 autres entreprises brassicoles.

    Grain d’orge a fait de cette bière US un one-shot. Le brasseur et son épouse avaient été émus par la mort de George Floyd, le quadragénaire noir asphyxié à Minneapolis le 25 mai par un policier blanc. Sa mort avait déclenché des manifestations antiracistes à travers les États-Unis et le monde. Le brassin de « Black is beautiful » représente 1.000 litres, répartis en 2.000 bouteilles de 50 cl. La bouteille sera en vente au prix de 5 €, au MRAX ou au Grain d’orge, mais aussi au Pub au centre du village de Hombourg ainsi que dans des commerces spécialisés de la région.

    D'un article d'YVES BASTIN à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 15 septembre 2020

  • La boucherie Amarelles, à la ferme et familiale

    Installée à proximité du château de Graaf, du côté de Montzen, ça fait une dizaine d’années que la famille Roebroeks Capture d’écran 2020-08-17 à 08.42.42.pnga lancé la boucherie Amarelles, qui propose de la viande issue directement de l’élevage familial. À la base, le papa de Muriel élevait des porcs et les vendait par ailleurs. Quant à sa sœur, elle trayait des vaches. « Mais elle en a eu marre et c’est là qu’on a eu l’idée de lancer la boucherie à la ferme », rapporte Muriel Roebroeks.

    Aujourd’hui, le papa s’occupe toujours des porcs et de quelques vaches. Quant aux deux sœurs Roebroeks elles s’occupent, elles, de la boucherie. « Ça nous permet de mettre en avant nos produits. On est sur des circuits fermés. Mis à part l’abattage, tout se fait à la boucherie », expose-t-elle. La découpe des porcs et des bœufs, mais également la transformation de ceux-ci en préparations bouchères ou en charcuterie.

    Et ça plaît aux consommateurs ! La famille Roebroeks remarque une augmentation croissante de sa clientèle depuis quelques années, si bien qu’un agrandissement est prévu prochainement. « On propose des produits frais, sans conservateurs. Comme tout est sous-vide, ça permet une meilleure conservation des aliments », nous explique Muriel Roebroeks.

  • Une Cadillac placée sur la façade du bar

    Une voiture qui semble sortir d’une façade rue de l’église à Plombières ? Non non, vous ne rêvez pas ! C’est bien une Cadillac qui décore la façade du bar vintage M&T.

    Si vous êtes récemment passés rue de l’Église à Plombières, soyez rassurés vous n’avez pas halluciné… Il y a bien une voiture et plus précisément une Cadillac Eldorado de 1973 accrochée à la façade du bar M&T.

    Le moins que l’on puisse dire, c’est que les patrons, Sabrina Réga et Benoît Hogge, sont parvenus à attirer les regards vers leur établissement dédié au vintage, ouvert depuis un peu moins de 2 ans. « Le bar et la salle s’inscrivent dans l’univers vintage. Dans un coin du bar on a d’ailleurs une vieille pompe à essence en décoration. La voiture vintage, c’était donc la cerise sur le gâteau », se réjouit Benoît Hogge.

    Lire la suite