Dans les environs

  • Kathrin Hilpert est décédée en prison

    Elle avait été condamnée à la perpétuité en septembre

    Kathrin Hilpert, qui avait assassiné Joseph Lenaerts en janvier 2018, est décédée ce mardi à la prison de Lantin. Le 22 septembre dernier, la ressortissante allemande avait été condamnée à la prison à la perpétuité pour l’assassinat de son compagnon calaminois.

    En septembre dernier, Kathrin Hilpert avait été condamnée à la peine la plus lourde, la perpétuité, pour l’assassinat de son compagnon, Juppi Lenaerts. Trois mois après le verdict, la ressortissante allemande est décédée mardi à la prison de Lantin. Son corps sans vie a été retrouvé dans sa cellule, rapportent nos confrères du Grenz-Echo.

    Interrogée par le quotidien germanophone, Catherine Collignon, la porte-parole du parquet de Liège, a indiqué qu’il s’agissait d’une mort naturelle et qu’aucun élément ne laisse penser à une mort suspecte. Déjà lors du procès en septembre dernier, la quinquagénaire avait eu des soucis de santé avec notamment des problèmes de cœur et un cancer auxquels elle devait faire face.Capture d’écran 2020-12-17 à 09.43.08.png

    Pour la famille de la victime, c’est important qu’elle ait pu être jugée pour les faits qui lui étaient reprochés. « Elle a été reconnue coupable de l’assassinat de notre frère, c’était important pour pouvoir faire notre travail de deuil », indique une des sœurs de Juppi Lenaerts ce mercredi.

    Pour rappel, Kathrin Hilpert et son fils, Christian Kartkuth, ont été reconnus coupables de l’assassinat du chauffeur routier calaminois, durant la nuit du 8 au 9 janvier 2018 à Eupen. Cette nuit-là, Christian Kartkuth a assassiné Joseph Lenaerts à coups de hache. La mère et le fils avaient ensuite pris la fuite en abandonnant le corps du Calaminois, qui n’avait été retrouvé que le 3 février par les frères et sœurs de la victime, inquiets de ne plus avoir de ses nouvelles durant plusieurs semaines. 

    F.P. dans LA MEUSE VERVIERS du 17 décembre 2020

  • Pas de crainte de voir les Allemands débarquer en masse

    Dès ce mercredi, l’Allemagne entrera dans une période de confinement plus stricte. Parmi les mesures annoncées ce dimanche par la chancelière Angela Merkel, il y a notamment la fermeture des écoles, des crèches mais aussi des magasins dits non-essentiels. Cette fermeture des commerces pourrait avoir des répercussions sur les communes frontalières.

    Si certains Belges ont pour habitude de traverser la frontière pour faire leurs emplettes, on pourrait imaginer que nos voisins allemands profiteraient de la proximité avec la Belgique pour y faire leurs achats en vue de Noël. Mais du côté des communes frontalières comme à La Calamine, on ne s’inquiète pas de cette situation.

    « UNE BONNE NOUVELLE POUR NOS COMMERCES »Capture d’écran 2020-12-14 à 08.19.02.png 

    « Si certains Allemands décident de venir faire du shopping en Belgique, c’est plutôt une bonne nouvelle pour nos commerçants qui ont particulièrement souffert de la crise sanitaire » indique Luc Frank, le bourgmestre calaminois qui ne s’attend pas à une traversée massive de la frontière.

    « Je penche plutôt pour une importante progression du commerce en ligne. La TVA étant de 16 % en Allemagne, même avec frais de port les prix y sont toujours plus attractifs que chez nous », détaille le bourgmestre. S’il n’est pas en mesure de se prononcer quant au nombre d’Allemands qui franchiront la frontière pour faire leurs achats, Luc Frank ne craint pas une recrudescence de l’épidémie due au commerce transfrontalier. Dès le début du second confinement en Belgique, certains Belges sont allés faire du shopping dans les pays voisins où les boutiques étaient encore accessibles. « Je constate que certaines personnes sont toujours bien coiffées malgré la fermeture des salons de coiffure. Il est évident que des Belges de notre région, ont profité de ces services qui étaient encore accessibles en Allemagne… » Malgré cela, le nombre de contamination n’a pas grimpé en flèche dans les communes frontalières.

     

  • Schreiber occupée par la vaccination

    Alors que l’on évoque la possibilité d’installer des infrastructures permettant d’organiser la vaccination, l’entreprise Schreiber, de Lontzen, se retrouve à nouveau aux avant-postes. Elle avait déjà été sollicitée pour installer dans un délai record un hôpital de campagne sur le site du CHR Verviers. Une infrastructure dont la mise en place avait suscité l’attention de médias internationaux, espagnols notamment, mais aussi de France 2.

    Rebelote avec la vaccination et le testing, qui se développe. Cette fois, Marc Fabry est contacté pour de plus petites structures permettant d’abriter les personnes qui viennent entre autres pour recevoir une des doses susceptibles de les immuniser contre le coronavirus. On veut prendre les devants afin de faire face à une marée humaine désirant recevoir ces injections. Ce ne serait probablement pas sous ces bâches que l’on piquerait. Mais elles seraient nécessaires pour gérer les distances entre personnes venant pour une injection. Et pour éviter aussi que ceux qui voudraient se prémunir du covid ramassent un gros coup de froid qui pourrait leur causer bien du souci…

    C’est par un petit chapiteau de ce type que la ministre Christie Morreale est passée pour accéder au premier village de testing wallon, à Liège Airpport, qu’elle a inauguré ce lundi après-midi.

    Une structure de quelque 100 m2 sous laquelle on devrait pouvoir assurer une distanciation sociale à une soixantaine de personnes, jauge Marc Fabry.

    Le patron de chez Schreiber souligne qu’actuellement, même si les marchés de Noël ont été interdits, il y a une forte demande pour de telles structures, également très prisées dans la logistique et le transport. De nombreux artisans tels que les bouchers et les boulangers réclament aussi des chapiteaux de taille réduite pour permettre aux clients de patienter jusqu’à ce qu’une place se libère dans leurs magasins, sans devoir affronter la pluie et le vent.

    YVES BASTIN dans LA MEUSE VERVIERS du 1er décembre 2020

  • Le cortège du lundi des roses annulé à cause du covid

    On planche sur l’organisation d’un carnaval d’été

    Le coronavirus aura finalement eu raison du carnaval de La Calamine. Comme dans beaucoup d’autres communes, toutes les festivités, même prévues dans plusieurs mois, font l’objet d’annulation. Le traditionnel lundi des roses ne fait pas figure d’exception, au grand dam des amateurs de carnaval.

    D'un article de FRANÇOISE PEIFFER à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 6 novembre 2020

  • Le maïeur fait fermer l’Acte 6 version bar

    Des infractions aux mesures sanitaires constatées.

    La rumeur d’une ouverture de la discothèque l’Acte 6, installée chaussée de Liège à Welkenraedt, en formule bar se répandait sur les réseaux sociaux. Si le bourgmestre, Jean-Luc Nix, avait effectivement autorisé, début juillet, la reprise des activités modifiées de manière à répondre aux normes en vigueur concernant l’horeca, quinze jours plus tard, le bourgmestre faisant fonction a fait fermer l’établissement.

    Explications à lire dans l'article de FRANÇOISE PEIFFER dans LA MEUSE VERVIERS du 3 août 2020.

  • Alerte aux chenilles urticantes sur le Plateau

    Capture d’écran 2020-07-13 à 10.03.11.pngAlerte aux chenilles processionnaires ! Leurs nids se multiplient au Pays de Herve. Et au rythme où elles progressent, elles devraient atteindre Verviers au plus tard en 2022, selon Philippe Wegnez. Avec de gros soucis de santé publique à redouter...

    Alerte, au Pays de Herve, et très probablement aussi d’ici peu à Verviers et alentours : Philippe Wegnez a été appelé pour des nids de chenilles processionnaires en plusieurs endroits du Plateau ou a lui-même repéré certaines colonies sur des chênes. Or, ces bêtes, avant de muer en papillon, peuvent causer de gros soucis de santé pour l’homme et de nombreux animaux, en raison de leurs poils urticants. En ce début d’été, le constat est alarmant : les chenilles processionnaires avancent sur le front du Pays de Herve. Philippe Wegnez, de Herve, est souvent appelé pour éliminer un nid. Récemment, il est intervenu à La Calamine et du côté de Plombières. Mais la tâche est loin d’être finie. Ainsi, un autre chêne colonisé a été repéré à Thimister, où le voisinage a reçu pour consigne de ne plus ouvrir les fenêtres. Et lui-même en a repéré un le long de la route de Maastricht, près d’Enersol et de la Ligne 38, par laquelle transitent cyclistes et piétons. Avec le risque que d’autres arbres longeant cette régionale soient aussi atteints.

    D'un article d'YVES BASTIN à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 13 juillet 2020.

  • Jusque 4 ans de prison pour des plantations

    Les faits remontent à 2017. L’enquête a débuté sur base d’une dénonciation anonyme. Après plusieurs mois d’observations et d’investigation, une perquisition a été menée à La Calamine et 2.360 plants de cannabis y ont été découverts. Dans la foulée, une seconde perquisition était menée, dans un hangar à Seraing. Là, ce sont 1.998 plants qui ont été découverts.

    Dans son réquisitoire, le parquet s’était montré sévère à l’encontre des trois prévenus qu’il estimait être à la tête de l’organisation. L’un d’eux, le seul prévenu présent lors de l’audience, avait contesté avoir joué un tel rôle. La défense avait d’ailleurs plaidé le fait qu’il était complice et pas auteur. Une ligne de défense suivie par le tribunal qui le condamne à 2 ans prison avec sursis pour la moitié de la peine, pour une durée de 3 ans. Les deux autres écopent de peines de 4 ans de prison. Trois autres individus, plutôt des hommes de main, sont, eux condamnés à des peines de 18 mois de prison avec un sursis d’une durée de 3 ans pour la moitié de la peine. Les trois prévenus doivent s’acquitter d’amendes de 24.000 euros tandis que pour les autres, elle est de 8.000 euros.

    Les deux hommes condamnés à 4 ans de prison sont aussi contraints de rembourser le montant des gains illégaux estimé à 136.929 euros tandis que ce montant est de 9.600 euros pour celui qui niait avoir occupé une fonction à la tête de l’organisation.

    Les prévenus sont aussi condamnés à payer, solidairement, les frais de la procédure soit près de 15.000 euros. Le parquet a demandé l’arrestation des deux hommes condamnés à 4 ans de prison mais le tribunal n’a pas fait droit à cette demande. 

    BELGA dans LA MEUSE VERVIERS du 8 juillet 2020

  • Un enfant de maternelle positif au Covid-19 à La Calamine, l’école fermée

    Après l’Athénée Royal Ardenne – Hautes Fagnes de Malmedy, c’est au tour de l’école communale de La Calamine d’être touchée par le coronavirus. En effet, un élève de maternelle a été testé positif au covid-19. Par mesure de précaution, le pouvoir organisateur a décidé de suspendre les cours de l’école communale depuis ce mardi 23 juin 13 heures et ce, jusqu’au 30 juin prochain. Par conséquent, l’école ne rouvrira pas ses portes avant la rentrée scolaire de septembre.

    Le petit garçon, un élève de première maternelle germanophone, ne présentait pas de symptôme important, si ce n’est un petit rhume nous ex-

    plique Luc Frank, le bourgmestre de La Calamine. C’est le médecin de famille qui a directement prévenu l’école qui a à son tour prévenu les personnes concernées lundi.

    22 PERSONNES DE L’ÉCOLE EN QUATORZAINE « Toutes les personnes qui ont été en contact avec le petit garçon sont placées en quatorzaine et seront dépistées », ajoute le bourgmestre qui a rapidement compris à quel point la situation pouvait vite s’aggraver. « C’est à ce moment-là qu’on se rend compte que ça peut très vite se propager. Il y a des bulles, mais elles ne sont pas

    fermées hermétiquement puisque chaque personne peut revoir 10 personnes par semaine », insiste-t-il.

    Partant de ce principe, la commune n’a pas voulu prendre de risque et a décidé de fermer l’école jusqu’en septembre prochain. « Il ne reste même pas une semaine de cours, ça ne valait pas la peine de prendre de nouvelles mesures et de continuer ainsi », conclut-il.

    Au total, ce sont 22 personnes de l’école qui ont été placées en quatorzaine (élèves et membres du personnel). -

    O.G. dans LA MEUSE VERVIERS du 25 juin 2020

  • L’ex-Calaminois Bouli Lanners s’engage dans la lutte contre l’enfouissement des déchets nucléaires

    La question de l’enfouissement des déchets nucléaires en province de Luxembourg, au Pays de Herve ou dans la région de Stavelot a déjà fait couler beaucoup d’encre. L’ONDRAF (Organisme national des déchets nucléaires et des matières fossiles enrichies) a ouvert une enquête publique à ce sujet le 15 avril dernier. Chacun est invité à donner son opinion sur la situation. D’ici une semaine, le samedi 13, il sera trop tard. Bouli Lanners, figure emblématique du cinéma belge, originaire de La Calamine et attaché à ses racines ardennaises, veut mobiliser le citoyen luxembourgeois.

    Un entretien de CLÉMENT GLESNER avec BOULI LANNERS à lire dans LA MEUSE VERVIERS du5  juin 2020

  • Décès de Monsieur Mathieu Kessels, époux de Madame Liliane Laschet

    Capture d’écran 2020-04-17 à 18.04.00.pngLa famille annonce le décès de Monsieur Mathieu Kessels, époux de Madame Liliane Laschet, né le vendredi 16 avril 1954 et décédé à Welkenraedt le jeudi 16 avril 2020 à l'âge de 66 ans.

    Lire la suite