Economie

  • Les entrepreneurs redémarrent

    La commune de Plombières se dit aussi heureuse que le chantier de voirie redémarre à Gemmenich, rue des Écoles, dès le mercredi 15 avril. Un nouveau départ avec équipe réduite et qui consistera en du terrassement dans un premier temps.

    D'une page d'YVES BASTIN à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 11 avril 2020.

  • Les brasseries tournent au ralenti

    Dans le secteur brassicole, on souffre. Notamment à Val-Dieu, où l’on venait d’entamer de gros travaux restructurant l’espace. La fermeture de l’horeca a provoqué l’arrêt de toute la production au fût. De nombreuses commandes ont Capture d’écran 2020-03-24 à 08.23.10.pngété annulées ou reportées, explique Alain Pinckaers, l’administrateur délégué : « On refait donc notre stock ». Ce lundi, une dizaine des 19 personnes du personnel étaient encore au boulot pour la production. Alain Pinckaers pensait avoir encore du boulot cette semaine, et peut-être la suivante. Ensuite, la brasserie sera probablement à l’arrêt. Quant au chantier de transformation de la brasserie (nouvelle brasserie, salle de dégustation, magasin), il est à l’arrêt depuis une semaine, entre autres parce que du matériel doit venir d’Italie. En attendant, les installations actuelles demeurent opérationnelles.

    Au Grain d’orge, à Hombourg, on tourne aussi au ralenti. « On ne livre presque plus rien. », explique Viviane Johnen. On produit environ la moitié de la normale, avec un personnel qui vient en alternance, ce qui permet de respecter plus facilement la distanciation sociale.

  • Une nouvelle prime à l’isolation de 1.000 €

    Du côté de Plombières, 51 % des logements sont antérieurs aux années 70. Un quart de ceux-ci datent même d’avant 1900. Ces habitations sont un cauchemar à chauffer. Les bâtiments d’un âge vénérable n’ont en effet pas été pensés avec les mêmes normes d’isolation qu’aujourd’hui. Il est donc important de changer la donne dans le but de diminuer l’emprunte carbone de la commune.

    CONTRER LE COÛT DE L’AUDIT

    Afin de lutter contre le réchauffement climatique, la commune propose désormais une nouvelle prime à l’isolation. Elle donnera 1.000 euros à tout qui demandera un audit énergétique afin de faire isoler son domicile. « Pour recevoir des primes de la Région wallonne, il faut demander un audit. Or, cet audit est payant. Il peut coûter facilement 5 ou 600 euros », assure l’échevin de l’Énergie, Joseph Austen. Une somme qui peut donc en dissuader plus d’un. Désormais, en cas d’audit, la commune donnera donc 1.000 euros au demandeur. Une prime qui lui permettra de payer pour ce fameux audit et dont il pourra se servir pour commencer l’un ou l’autre travaux.

    GROS PROBLÈME DE TOITURES

    « On veut vraiment sensibiliser les personnes, c’est très important d’isoler son domicile. Chez nous un des gros soucis, c’est notamment dans les toitures. Très peu de toits sont correctement isolés dans notre commune », déplore l’échevin. « Mais il y a aussi des choses à faire au niveau des sols, et des murs. On encourage vraiment les Plombimontois à mieux s’isoler », martèle l’échevin qui estime qu’il s’agit d’un principe de base pour faire des économies d’énergie, plus encore que d’installer des panneaux photovoltaïques. Une initiative qui fait partie du fameux plan POLLEC de la commune de Marie Stassen. Rappelons que les bâtiments consomment une part immense de l’énergie en Wallonie. Pas loin de 40 % en 2014. Nul doute que l’on va moins consommer à Plombières dans les prochaines années.

    A.R. dans LA MEUSE VERVIERS du 20 février 2020

     

  • Cinq centres de distribution bPost iront à Lontzen

    Welkenraedt, Plombières, Baelen, Limbourg et Jalhay sont concernés par ce déménagement

    Nouveau jeu de dominos chez bPost. Avec un regroupement en vue dans l’East Belgium Park, sur le territoire de Lontzen, qui devrait être entamé en juin, avec la venue des postiers d’Eupen et Raeren dans de nouveaux bâtiments du centre de distribution implantés sur une parcelle que bPost a acquise. D’autres devraient suivre au même endroit dans le courant de l’année.

    Sont concernés Welkenraedt, Plombières, Baelen, Limbourg et Jalhay. Dans le cas de ce bureau, selon Michel Reiter, permanent CGSP, 8 agents seraient concernés par un déménagement vers Lontzen.

    Par ailleurs, précise-t-on chez bPost, un service Masspost sera proposé aux grands déposants (plus de vingt colis) sur le site de l’East Belgium Park.

    D'un article d'YVES BASTIN à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 11 février 2020.

  • Les défis de la transition énergétique

    Conférence de Damien Ernst

    Au Cercle de Montzen  (Rue Hubert Denis 24 - 4850 Montzen)

    Damien Ernst, le spécialiste de l’énergie est originaire de Montzen. Professeur à l’Université de Liège et affilié à l’Unité de Recherche Monteflore, il nous parlera notamment des enjeux et des nouveaux défis engendrés par la transition énergétique sur les plans technique, financier, humain et bien évidemment écologique. Il resituera également le contexte géopolitique dans lequel cette transition aura lieu. Pour finir, nous aborderons les leviers politiques qui pourraient être susceptibles de donner à l’Europe les moyens de tirer parti du paysage énergétique actuel.

    Entrée gratuite

     

  • Économies dans l’éclairage public

    led.pngEn 2018, la Commune de Plombières possède environ 1450 luminaires pour une puissance nominale de 134 kW représentant une consommation réelle de 463.669 kWh/an.

    Le remplacement des luminaires d’une moyenne d’âge de 16 ans par la technologie LED permettrait, entre autres, de :

    • Réduire la consommation d’électricité de 70% en moyenne sur l’ensemble des luminaires remplacés ;
    • De réduire les émissions de CO2 sur le territoire ;
    • D’éclairer plus efficacement le domaine public ;
    • De « dimmer » (faire varier l’intensité lumineuse) des luminaires, donc de réduire encore la facture énergétique ;
    • D’allonger la durée de vie des luminaires.

    En collaboration avec ORES, la Commune de Plombières fera remplacer par phases l’ensemble des luminaires de l’éclairage public à l’horizon 2030. Un phasage précis est proposé de manière cohérente dans les quartiers.

    Un travail sur la réduction de la pollution lumineuse sera également mené.

    Actuellement, ce sont des ampoules d’une puissance de 90 W avec des auxiliaires qui éclairent nos routes communales. Celles-ci seront remplacées par des lampes LED dimmables d’une puissance moyenne de 18 W.

    Grâce à cette opération, la Commune de Plombières réalisera une réduction de la consommation électrique d’au moins 70% (par rapport aux données de 2006) sur l’éclairage public, soit une économie d’environ 324.000 kWh/an ou 90 tCO2/an !

    Par la même occasion, la diminution de la facture annuelle de notre consommation d’électricité pour l’éclairage public permettra de financer le coût de cette amélioration technologique.

  • 1.500 luminaires LED à placer en 8 ans

    La commune de Plombières s’apprête à modifier tout son éclairage public. Ce sont ainsi pas moins de 1.500 luminaires qui seront renouvelés en vue de passer à du LED, bien moins énergivore que l’éclairage actuel.

    « L’opération devrait s’étaler sur 7ou 8 ans », explique Joseph Austen, le bourgmestre faisant fonction. « Au fil des années, le LED devient de plus en plus performant. Du coup, en étalant les travaux, on aura de l’éclairage de diverses générations », détaille Joseph Austen.

    Selon le site internet d’Ores, 42 nouveaux luminaires ont été installés en 2019. Et en 2020 ils de vraient être 196. « Comme ils sont relativement anciens, c’est toute la structure qui doit être remplacée », ajoute Joseph Austen. Lequel précise que le coût pour la commune devrait être de 81.000 euros par an.

    L’opération devrait cependant permettre de réaliser d’importantes économies d’énergie.

    Ce passage à l’éclairage LED est imposé aux communes par la Région wallonne en vue de se conformer à un arrêté du gouvernement wallon, qui exige que d’ici 2030, l’ensemble de l’éclairage public wallon soit passé au LED, plus blanc et plus ciblé.

    F.P. dans LA MEUSE VERVIERS du 14 décembre 2019

  • L’utilisation de langes lavables

    L’utilisation de langes lavables présente de nombreux avantages tant sur le plan économique et environnemental mais également pour la santé de nos bambins. Ces couches ont beaucoup évolué depuis ceux de nos grands-parents et sont devenues plus pratiques et confortables. Il existe pourtant encore bon nombre de préjugés sur leur utilisation. 

    Afin de démystifier les langes lavables, la commune organise une séance d'information à destination des citoyens et de ses milieux d'accueils le lundi 16 septembre 2019 à 19h30.

    La commune de Plombières  octroie également deux primes à l’utilisation de langes lavables: une prime pour les particuliers et une autre spécifique aux milieux d’accueils. 

    Invitation cordiale à toutes mais aussi tous !

     

    Lundi 16 septembre 2019 – 19h30

    Les langes lavables à la maison et en milieux d’accueils: un geste économique, environnemental et sanitaire.

    Ordre du jour :

    -présentation du système « langes lavables »;

    -témoignages d'accueillant(e)s d'enfants et de parents;

    -les primes communales à l’achat de langes lavables;

    -séance de questions-réponses.

    Lieu : Maison communale – salle du Conseil communal - Place du 3ème Millénaire, 1 à 4850 Plombières.

  • Trois pils produites à Hombourg

    Grain d’orge, à Hombourg, produit désormais aussi trois bières du type lager, mais à façon, pour des clients. Toutes avec une variété de levure bien précise et une fermentation à basse température. Deux vont sortir, tandis que la troisième est produite depuis un mois.

    Les clients qui achètent chez Grain d’orge sont une Allemande, qui met au point ses propres recettes avant de commander une fabrication à une certaine échelle à Hombourg, une firme néerlandaise qui veut offrir un bac avant les congés aux membres de son personnel et un cafetier belge germanophone, qui n’opte que pour les fûts.

    Avec celle de Bellevaux, les pils de Hombourg sont les premières de ce type dans notre région, depuis le grand retour des brasseries artisanales sur le marché. À la différence d’une pils industrielle, nos régionales sont moins claires. Elles sont un zeste troubles.

    D'une page d'YVES BASTIN à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 9 mai 2019.

  • Nouveau bras de fer entre Codéart et le ministre De Croo

    La bataille qui oppose, depuis 2 ans, l’État fédéral et Codéart, une ASBL plombimontoise spécialisée dans la conception de machines adaptées et simples à utiliser pour les paysans des pays en voie de développement, n’est pas encore terminée. Si l’ASBL, plus que trentenaire, n’obtient pas rapidement son agrément d’Organisation Non-Gouvernementale (ONG), elle risque de disparaître. Son avenir devrait être scellé d’ici une dizaine de jours après l’introduction d’une demande de suspension en extrême urgence devant le Conseil d’État.

    Un article de FRANÇOISE PEIFFER à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 13 avril 2019