Economie

  • Reprise du Moulin Meyers

    La société "Les Moulins du Val-Dieu" annonce la reprise du Moulin de Hombourg (Moulin Meyers) par une toute nouvelle société baptisée "Les Moulins du Val Dieu". A la tête de cette aventure, quatre passionnés par l’agriculture et l’alimentation qui sont aussi meuniers : Philippe Van Lathem, Benoit Tyberghein, Christian Hick et Benoit Brouwers. Ensemble, ils ont décidé de développer un des derniers moulins artisanal de Wallonie en produisant une farine hautement qualitative, en circuits courts, issue de l'agriculture raisonnée. 

    Un article DE FRANÇOISE PEIFFER à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 23 novembre 2020

  • Le GAL Pays de Herve en sursis

    Le GAL Pays de Herve va-t-il bientôt s’arrêter ? On peut se poser la question, alors qu’un tas de projets sont en route et que le Pays de Herve a pris une tout autre dimension depuis la création du GAL, en 2016.

    « Les échos sont très bons au niveau des fonctionnaires wallons », souligne le président, Gaston Schreurs. Selon les informations qu’il a pu recueillir, il y aurait de bonnes chances pour qu’un prolongement de deux ans soit accordé avant fin 2020, avant d’espérer quatre ans de supplément. Mais la Région wallonne n’est pas le seul intervenant au niveau politique. L’Europe a aussi son mot à dire. Pour les deux ans, il s’agirait d’une jonction temporaire, avec programmation. Mais dans l’attente d’un écrit la confirmant, le président se veut prudent comme un Sioux : « Notre GAL est bien coté. Mais on voudrait bien obtenir des garanties pour payer notre personnel. »

    Le GAL emploie sept personnes qui multiplient les initiatives pour valoriser le plateau bocager. Notamment pour mieux définir l’identité du Plateau, en termes d’aménagement du territoire. Des réunions sont prévues à ce sujet en novembre. Le GAL a notamment planché sur la création d’un Parc naturel et d’une maison du paysage, deux dossiers encore dans les cartons. Des partenariats s’ébauchent aussi avec Liège Europe Métropole.

    D'un article d'YVES BASTIN à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 2 novembre 2020

  • Un projet inédit de permaculture

    L’OCP et le groupe @ctions, aux commandes à Plombières n’ont jamais caché leur volonté de faire de la commune une contrée plus verte où la consommation durable et la réduction des déchets seraient des priorités. Ils le prouvent une fois encore avec un projet inédit en matière de maraîchage.

    10.000M2 en PRÊT

    La commune de Plombières va prochainement lancer un appel à candidatures. Elle est à la recherche de personnes intéressées par un vaste projet de maraîchage. En pratique, les autorités ont décidé de mettre à disposition, à titre de prêt, une parcelle d’environ 10.000m2 qui se situe à l’arrière de l’école de Montzen. « Nous avons trouvé un système de contrat de prêt d’une durée de 9 ans, ce qui nous permet d’éviter le bail à ferme qui est plus contraignant », explique l’échevin Joseph Austen. Ce prêt ne se fera évidemment pas sans condition. La parcelle devra par exemple être cultivée en permaculture et devra avoir une vocation éducative pour les élèves de l’école qui se trouve juste à côté. Pour permettre à l’exploitant de la parcelle de s’y retrouver financièrement, la commune envisage la création d’un petit marché où seraient vendus les fruits et légumes produits.

    VENTE À LA SORTIE DE L’ÉCOLE

    « La vente de produits frais, récoltés sur cette parcelle, pourrait ainsi être organisée à la sortie de l’école ou durant le week-end », détaille Joseph Austen, qui espère que des candidats se manifesteront.

    F.P. dans LA MEUSE VERVIERS du 27 juin 2020

     

  • « Sans jamais la science, on n’arrivera à gagner la guerre du climat »

    C’est le projet fou de trois chercheurs de l’Université de Liège qui lancent une expédition sur le terrain

    Trois chercheurs de l’Université de Liège ont repéré sur la pointe sud du Groenland des vents en continu de 100 km/h de moyenne. «Si on y installait des milliers d’éoliennes, affirmentils, on pourrait assurer de l’énergie verte pour l’Europe entière.»`

    Une page de LUC GOCHEL à lire dans LA MEUSE du 27 janvier 2020

  • Les entrepreneurs redémarrent

    La commune de Plombières se dit aussi heureuse que le chantier de voirie redémarre à Gemmenich, rue des Écoles, dès le mercredi 15 avril. Un nouveau départ avec équipe réduite et qui consistera en du terrassement dans un premier temps.

    D'une page d'YVES BASTIN à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 11 avril 2020.

  • Les brasseries tournent au ralenti

    Dans le secteur brassicole, on souffre. Notamment à Val-Dieu, où l’on venait d’entamer de gros travaux restructurant l’espace. La fermeture de l’horeca a provoqué l’arrêt de toute la production au fût. De nombreuses commandes ont Capture d’écran 2020-03-24 à 08.23.10.pngété annulées ou reportées, explique Alain Pinckaers, l’administrateur délégué : « On refait donc notre stock ». Ce lundi, une dizaine des 19 personnes du personnel étaient encore au boulot pour la production. Alain Pinckaers pensait avoir encore du boulot cette semaine, et peut-être la suivante. Ensuite, la brasserie sera probablement à l’arrêt. Quant au chantier de transformation de la brasserie (nouvelle brasserie, salle de dégustation, magasin), il est à l’arrêt depuis une semaine, entre autres parce que du matériel doit venir d’Italie. En attendant, les installations actuelles demeurent opérationnelles.

    Au Grain d’orge, à Hombourg, on tourne aussi au ralenti. « On ne livre presque plus rien. », explique Viviane Johnen. On produit environ la moitié de la normale, avec un personnel qui vient en alternance, ce qui permet de respecter plus facilement la distanciation sociale.

  • Une nouvelle prime à l’isolation de 1.000 €

    Du côté de Plombières, 51 % des logements sont antérieurs aux années 70. Un quart de ceux-ci datent même d’avant 1900. Ces habitations sont un cauchemar à chauffer. Les bâtiments d’un âge vénérable n’ont en effet pas été pensés avec les mêmes normes d’isolation qu’aujourd’hui. Il est donc important de changer la donne dans le but de diminuer l’emprunte carbone de la commune.

    CONTRER LE COÛT DE L’AUDIT

    Afin de lutter contre le réchauffement climatique, la commune propose désormais une nouvelle prime à l’isolation. Elle donnera 1.000 euros à tout qui demandera un audit énergétique afin de faire isoler son domicile. « Pour recevoir des primes de la Région wallonne, il faut demander un audit. Or, cet audit est payant. Il peut coûter facilement 5 ou 600 euros », assure l’échevin de l’Énergie, Joseph Austen. Une somme qui peut donc en dissuader plus d’un. Désormais, en cas d’audit, la commune donnera donc 1.000 euros au demandeur. Une prime qui lui permettra de payer pour ce fameux audit et dont il pourra se servir pour commencer l’un ou l’autre travaux.

    GROS PROBLÈME DE TOITURES

    « On veut vraiment sensibiliser les personnes, c’est très important d’isoler son domicile. Chez nous un des gros soucis, c’est notamment dans les toitures. Très peu de toits sont correctement isolés dans notre commune », déplore l’échevin. « Mais il y a aussi des choses à faire au niveau des sols, et des murs. On encourage vraiment les Plombimontois à mieux s’isoler », martèle l’échevin qui estime qu’il s’agit d’un principe de base pour faire des économies d’énergie, plus encore que d’installer des panneaux photovoltaïques. Une initiative qui fait partie du fameux plan POLLEC de la commune de Marie Stassen. Rappelons que les bâtiments consomment une part immense de l’énergie en Wallonie. Pas loin de 40 % en 2014. Nul doute que l’on va moins consommer à Plombières dans les prochaines années.

    A.R. dans LA MEUSE VERVIERS du 20 février 2020

     

  • Cinq centres de distribution bPost iront à Lontzen

    Welkenraedt, Plombières, Baelen, Limbourg et Jalhay sont concernés par ce déménagement

    Nouveau jeu de dominos chez bPost. Avec un regroupement en vue dans l’East Belgium Park, sur le territoire de Lontzen, qui devrait être entamé en juin, avec la venue des postiers d’Eupen et Raeren dans de nouveaux bâtiments du centre de distribution implantés sur une parcelle que bPost a acquise. D’autres devraient suivre au même endroit dans le courant de l’année.

    Sont concernés Welkenraedt, Plombières, Baelen, Limbourg et Jalhay. Dans le cas de ce bureau, selon Michel Reiter, permanent CGSP, 8 agents seraient concernés par un déménagement vers Lontzen.

    Par ailleurs, précise-t-on chez bPost, un service Masspost sera proposé aux grands déposants (plus de vingt colis) sur le site de l’East Belgium Park.

    D'un article d'YVES BASTIN à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 11 février 2020.

  • Les défis de la transition énergétique

    Conférence de Damien Ernst

    Au Cercle de Montzen  (Rue Hubert Denis 24 - 4850 Montzen)

    Damien Ernst, le spécialiste de l’énergie est originaire de Montzen. Professeur à l’Université de Liège et affilié à l’Unité de Recherche Monteflore, il nous parlera notamment des enjeux et des nouveaux défis engendrés par la transition énergétique sur les plans technique, financier, humain et bien évidemment écologique. Il resituera également le contexte géopolitique dans lequel cette transition aura lieu. Pour finir, nous aborderons les leviers politiques qui pourraient être susceptibles de donner à l’Europe les moyens de tirer parti du paysage énergétique actuel.

    Entrée gratuite

     

  • Économies dans l’éclairage public

    led.pngEn 2018, la Commune de Plombières possède environ 1450 luminaires pour une puissance nominale de 134 kW représentant une consommation réelle de 463.669 kWh/an.

    Le remplacement des luminaires d’une moyenne d’âge de 16 ans par la technologie LED permettrait, entre autres, de :

    • Réduire la consommation d’électricité de 70% en moyenne sur l’ensemble des luminaires remplacés ;
    • De réduire les émissions de CO2 sur le territoire ;
    • D’éclairer plus efficacement le domaine public ;
    • De « dimmer » (faire varier l’intensité lumineuse) des luminaires, donc de réduire encore la facture énergétique ;
    • D’allonger la durée de vie des luminaires.

    En collaboration avec ORES, la Commune de Plombières fera remplacer par phases l’ensemble des luminaires de l’éclairage public à l’horizon 2030. Un phasage précis est proposé de manière cohérente dans les quartiers.

    Un travail sur la réduction de la pollution lumineuse sera également mené.

    Actuellement, ce sont des ampoules d’une puissance de 90 W avec des auxiliaires qui éclairent nos routes communales. Celles-ci seront remplacées par des lampes LED dimmables d’une puissance moyenne de 18 W.

    Grâce à cette opération, la Commune de Plombières réalisera une réduction de la consommation électrique d’au moins 70% (par rapport aux données de 2006) sur l’éclairage public, soit une économie d’environ 324.000 kWh/an ou 90 tCO2/an !

    Par la même occasion, la diminution de la facture annuelle de notre consommation d’électricité pour l’éclairage public permettra de financer le coût de cette amélioration technologique.