Enseignement

  • Un directeur surpris, fier et heureux!

    Capture d’écran 2019-06-08 à 17.33.01.pngJean-Pierre Lambiet, directeur de l’école fondamentale libre de Maria-Hilf à Gemmenich, a réagi à notre article annonçant que son école était l'une des lauréates des 34 projets numériques primés.

    D'abord il a été surpris car c'est grâce à ce blog et à l'article de VICTORIA MARCHE dans LA MEUSE VERVIERS du 7 juin 2019 qu'il a appris la bonne nouvelle.

    "Là, je me remets un peu de mes émotions car cette nouvelle est plutôt bouleversante. C'est un de mes premiers projets au sein de ma nouvelle équipe; il a mobilisé une délégation de 4 ou 5 enseignants en interne. Nous avons participé à des réunions en extérieur et je dois t'avouer que je suis heureux d'être lauréat mais surtout fier de l'investissement fait par ces personnes. C'est l'aboutissement de plusieurs heures de travail... Bien sûr, ce projet ne se concrétisera que l'an prochain. Aujourd'hui nous apprenons la bonne nouvelle, mais il faudra encore nous former et apprivoiser cet outillage qui nous sera livré dans le premier trimestre de l'année scolaire prochaine."

  • 34 projets numériques primés dans nos écoles

    En voilà une bonne nouvelle pour de nombreuses écoles. 34 projets numériques, portés par des écoles de la région verviétoise, vont être soutenus d’un point de vue matériel par la Région wallonne.

    Il y a 1.000 et 1 manières d’utiliser les outils numériques dans l’enseignement. Les 34 projets « École numérique » primés dans notre région en sont la preuve.

    L’école fondamentale libre de Maria-Hilf à Gemmenich bénéficiera de cette subvention.

    D'un article de VICTORIA MARCHE à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 7 juin 2019.

  • Du néerlandais pour tenter de sauver la petite école du village

    Une épée de Damoclès menace l’école maternelle de Sippenaeken. Pour que la petite école de village puisse rouvrir ses portes en septembre, il faut qu’elle compte douze élèves. Ils sont actuellement quatorze, mais huit d’entre eux vont rejoindre l’école primaire. La commune et les parents se mobilisent pour sauver l’établissement.

    L’école maternelle de Sippenaeken est en sursis. Si d’ici la fin du mois de septembre, elle ne compte pas douze enfants inscrits, elle devra fermer ses portes. Ils sont actuellement quatorze, mais huit d’entre eux vont rejoindre l’école primaire. Ils ne seront donc plus que six. Aucun enfant n’étant né en 2016 dans le village, c’est vers les contrées voisines que la commune se tourne pour tenter de séduire de nouvelles familles.

    ATTIRER DES NÉERLANDAIS

    « Nous avons des contacts avec le village d’Epen, de l’autre côté de la frontière aux Pays-Bas. Là-bas, les enfants ne peuvent entrer à l’école qu’à l’âge de 4 ans. Nous avons donc trouvé un accord avec eux pour les parents qui souhaitent les scolariser plus tôt. En pratique, leurs enfants peuvent venir à l’école à Sippenaeken dès 3 ans et ils peuvent quitter l’école et rejoindre leur pays à 4 ans », explique la bourgmestre, Marie Stassen.

    De la publicité a également été faite dans les villages voisins qui ne disposent pas d’école afin que certains parents inscrivent leurs enfants à Sippenaeken, ce qui permettrait de sauver l’école si on atteignait le quota d’élèves inscrits. « Normalement, il faut un minimum de quatorze élèves, mais avec douze, on peut la maintenir ouverte », ajoute la bourgmestre. Pour séduire d’éventuels nouveaux arrivants, la commune entend miser sur l’apprentissage des langues, et plus particulièrement du néerlandais. « Certains élèves sont néerlandophones et une institutrice parle aussi le néerlandais. On aimerait donc mettre en place un enseignement bilingue comme ce qui se fait à l’Athénée César Franck à La Calamine », ajoute la bourgmestre, qui espère un accord de la Fédération Wallonie Bruxelles pour lancer le projet.

    D'un article de FRANÇOISE PEIFFER à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 4 juin 2019.

  • Il y a encore de places dans les écoles secondaires de la région

    C’est le 1er mars dernier que s’est clôturée la première phase du décret inscriptions en première année commune de l’enseignement secondaire, en Fédération Wallonie-Bruxelles. Au niveau de l’arrondissement de Verviers, quatre de nos écoles sont déjà complètes. Il s’agit de l’Institut Notre-Dame à Heusy, du Collège Providence de Herve, de l’Institut Saint-Roch Theux et de l’Athénée Verdi à Verviers.

  • Plombières n'est pas dans le top 5 des meilleurs trieurs

    Le tri des déchets continue à mobiliser dans l’arrondissement verviétois. Selon les chiffres d’Intradel, en 2018, 4 communes verviétoises font parties des 5 meilleurs trieurs.

    Présentation annuelle des résultats d’Intradel, l’Intercommunale de traitement des déchets de Liège et environs qui regroupe 72 communes, ce vendredi. Avec une bonne nouvelle pour les communes verviétoises. En effet, dans le top 10 des communes qui produisent le moins de déchets par an, on retrouve 6 communes de l’arrondissement verviétois.

    D'un article de LOÏC MANGUETTE à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 30 mars 2019.

  • Pas de subside pour l’extension de l'école de Moresnet

    Le budget 2019 a fait l’objet de discussions jeudi soir, lors du conseil communal de Plombières. Parmi les projets à l’extraordinaire figurent notamment la rénovation de la salle Culture et loisirs de Montzen, l’aménagement du site minier ou encore réalisation d’une extension à l’école de Moresnet.

    Si pour l’école de Moresnet la majorité espérait obtenir des subsides du FRIC, il n’en est finalement rien.

    « Malheureusement, ces travaux ne pourront pas être subsidiés par le FRIC (Fonds régional pour les investissements communaux)», a indiqué la bourgmestre, Marie Stassen. Un budget, d’un million d’euros en fonds propres, est donc prévu au budget à cet effet. Une décision qui ne plaît pas à l’opposition URP qui aurait préféré que des mesures provisoires soient prises, dans l’attente de l’obtention de subsides PPT (Programme Prioritaire de Travaux).

  • Hombourg aura sa nouvelle école

    Une solution a enfin été trouvée en vue de la construction d’une nouvelle école à Hombourg. Alors que le dossier était sur les rails et qu’une promesse de subsides avait été obtenue, un problème subsistait : l’acquisition du terrain, rue de Sippenaeken, où doit être construit le bâtiment. Alors qu’une procédure d’expropriation avait été lancée, un accord pour une acquisition de gré à gré est finalement intervenu entre les propriétaires de la parcelle et la commune de Plombières.

    Lire la suite

  • Construite en 2002 à Moresnet, l’extension ne convient plus

    Alors qu’une extension avait été construite à l’école de Moresnet (Plombières) en 2002, cette partie du bâtiment n’est déjà plus adaptée. Un nouveau bâtiment sera donc construit à l’arrière de l’établissement. Les travaux devraient coûter entre 500.000 et un million d’euros.

    Un article de FRANÇOISE PEIFFER à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 12 janvier 2019.

  • Record d’élèves pour la future rentrée au Collège à Herve

    PLUS DE 500 ÉLÈVES EN PREMIÈRE AU CPH

    Du côté du Collège de la Providence de Herve, on est en tension démographique ce qui permet à l’établissement, qui n’accueille que des élèves du premier cycle, de pouvoir ouvrir une classe supplémentaire l’an prochain, soit 21 en première. « On revient à la même situation qu’il y a deux ans. On avait eu un peu moins d’élèves en première l’an dernier, mais on en a à nouveau beaucoup cette année. Il y aura plus de 500 élèves en première », informe Bernard Servais, l’un des deux directeurs du CPH.

    Un nombre d’élèves impressionnant, c’est d’ailleurs la première fois que l’établissement hervien en aura autant. « On tourne chaque année autour de 1.000 sur les deux cycles et on veut d’ailleurs se maintenir autour de ce chiffre. L’objectif n’est pas de grandir », conclut Bernard Servais.

    Il reste des places presque partout

    Qu’en est-il des autres établissements de la région ? Il reste de la place dans les deux écoles welkenraedtoises (Athénée royal et Institut Saint-Joseph), au Collège Notre-Dame à Gemmenich, au Collège Saint-Hadelin Visé (mais il y une liste d'attente à l'Athénée Royal de Visé), à l’Athénée de Pepinster ainsi qu’à l’institut provincial d’enseignement agronomique de La Reid. Il reste par contre moins de 10 places à l’école d’hôtellerie de Spa.

    Sur base d'un article de LOÏC MANGUETTE dans LA MEUSE VERVIERS du 25 avril 2018.

  • Des élèves eupenois acteurs de la COP 23

    Capture d’écran 2017-11-07 à 07.54.33.pngLa COP 23, grand-messe du futur durable de la planète, est un brassage d’idées dont on espère qu’il débouchera sur des initiatives concrètes, des gouvernements et de tous les pans de la société. Dans ce mouvement, en pointe, on trouvera une dizaine d’élèves et des profs de quatre écoles belges : le Robert Schuman Institut (RSI) d’Eupen, St-Barthélemy et Ste-Véronique à Liège et le Collège Pie X de Châtelineau. « Nous participons depuis deux ans à un collectif des écoles en développement durable », l’Alliance pour une Éducation à la Citoyenneté Planétaire, l’AECP, explique le Plombimontois Jean-Michel Lex, qui coordonne les activités nationales et internationales impliquant les écoles belges.

    Un article d'YVES BASTIN à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 7 novembre 2017.