Faits divers

  • 3.000 fichiers saisis chez un trentenaire plombimontois

    Un trentenaire, habitant Plombières, a comparu mercredi devant le tribunal correctionnel d’Eupen pour la détention et le partage de fichiers à caractère pédopornographique.
    C’est une dénonciation, par une entreprise américaine spécialisée dans la lutte contre la pédo-pornographie qui est à l’origine du dossier.
    «Cette entreprise a découvert que certains fichiers étaient partagés via une adresse IP belge et c’est suite à cela qu’une perquisition a été menée, à La Calamine où il était domicilié », a indiqué la substitut du procureur du Roi. Lors de cette perquisition, le matériel informatique du prévenu a été saisi et 3.000 fichiers mettant en scène des enfants, parfois très jeunes, ont été retrouvés.

    Pour ces faits, le parquet a requis une peine de 18 mois de prison sans toutefois s’opposer à un sursis partiel probatoire. L’avocat de la défense s’est dit favorable à un sursis probatoire estimant que la prison ne serait pas adaptée à la situation du prévenu, au risque de le déclasser socialement.
    Jugement le 13 novembre.

    (D’un article BELGA à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 10 octobre 2019)

  • Relogés après un incendie

    Deux Plombimontois ont dû être relogés suite à un incendie qui s’est déclaré, vendredi matin, dans un immeuble à appartements de la rue de la Chapelle.

    « L’occupant de l’appartement où le feu a pris, a été admis à l’hôpital d’Eupen pour y soigner de faibles brûlures », explique Lucien Locht, le président du CPAS.

    « La personne qui occupait l’appartement situé juste en dessous du logement sinistré a, elle aussi, été évacuée pour des raisons de sécurité », poursuit le président qui précise qu’elle a immédiatement bénéficié d’un logement d’urgence qui a été mis à sa disposition par le CPAS de Plombières.

    L’origine du sinistre, qui avait mobilisé d’importants moyens, n’est pas encore connue. -

    F.P. dans LA MEUSE VERVIERS du 30 septembre 2019.

  • Un appartement ravagé par un incendie à Plombières

    Un malheureux incendie s’est déclaré, vendredi à l’aube, dans un appartement situé rue de la Chapelle à Plombières, a indiqué la zone de secours 4, Vesdre Hoëgne et Plateau. D’après la zone de secours, qui était en intervention sur le coup de 6 heures du matin, l’appartement du pre- mier étage est complètement sinistré mais il n’y aurait pas de victime à dénombrer. Deux autopompes et un camion-citerne sont notamment mobilisés, indiquent les hommes du feu. L’origine du sinistre est inconnue.

  • Le club rendra hommage à Mathieu

    7A004602-5E87-4181-9A49-A2BD96BC1F62.jpegC’est avec une grande tristesse que le club de Hombourg a appris le décès de l’un des siens ce dimanche en début d’après-midi. Alors qu’il quittait ses amis de la réserve dont il est le délégué, le jeune Mathieu Crutzen, 22 ans seulement, a perdu le contrôle de son véhicule dans un virage alors qu’il se rendait au patro. « Je ne sais pas si c’est un moment d’inattention ou autre chose. En tout cas, il n’avait pas bu », rapporte Henri Stassen, le président d’Hombourg qui, à l’image de tout le club, est évidemment bouleversé par la perte du jeune. « Un malheur comme celui-là ne peut laisser personne indifférent. Mathieu n’était là que depuis 2/3 ans, il avait suivi ses amis de la réserve et en était devenu le délégué. Il avait pas mal d’amis dans le club », expose Henri Stassen.
    Le club de Hombourg a d’ailleurs décidé de rendre hommage à Mathieu Crutzen dans les prochains jours. Tout d’abord, le club se rendra à la veillée organisée par la famille ce jeudi. « Il y aura les joueurs de la réserve mais on a lancé le message pour qu’un maximum de joueurs s’y rendent », an- nonce le président qui tient également à ce que toutes les équipes du club fassent une minute de silence lors des rencontres de ce week-end. Une façon pour Hombourg de rendre un dernier hommage à ce jeune. « On essayera également de porter haut les couleurs du club lors des rencontres. Pour lui », conclut Henri Stassen.

    LOÏC MANGUETTE dans LA MEUSE VERVIERS du 25 septembre 2019

  • Mathieu perd la vie en allant au patro

    Les pompiers de la zone Vesdre, Hoëgne & Plateau ont été appelés ce dimanche vers 14 heures pour un accident grave : une voiture avait percuté un arbre. Le crash s’est déroulé sur la RN608, la rue d’Aubel à Hombourg, sur la commune de Plombières. En plus des pompiers, les ambulances de Welkenraedt et la Calamine étaient sur place, ainsi que l’hélicoptère médicalisé de Bra-sur-Lienne.

    Le conducteur du véhicule, seul en cause, était annoncé comme grièvement blessé en milieu d’après-midi. Mais en fin d’après midi, le parquet a annoncé que le conducteur est malheureusement décédé. Il s’agit d’un jeune de la région de 22 ans.

    On ne connaît pas encore les circonstances exactes de l’accident. Tout juste sait-on que la voiture bleue descendait la rue et qu’elle a terminé sa course de l’autre côté, dans un fossé.

    La rue est restée fermée jusqu’en début de soirée pour permettre d’abord aux secours puis aux experts du parquet de travailler.

    Le malheureux conducteur n’est autre que Mathieu Crutzen. Le jeune homme avait vécu toute sa vie à Hombourg, avant de déménager il y a peu à Welkenraedt. Il se rendait à une réunion du patro de son village natal, duquel il était animateur.

    « Il s’agissait d’un jeune homme très apprécié dans la région. Tout le monde le connaissait dans le village », s’émeut le bourgmestre faisant fonction Joseph Austen, qui évoque un garçon gentil et serviable.

    Au patro, l’émotion est grande. Les activités se sont tenues normalement de 14 heures à 16 h 30. À l’issue des jeux, c’est un responsable qui a annoncé la terrible nouvelle aux enfants dont les yeux se sont vite remplis de larmes.

    LE PRINCE DU TIR

    Mathieu était également connu dans la région car il était un champion de tir. Il était membre de la société de tir Saint-Brice, toujours dans son village de Hombourg. Le 10 juillet dernier, il avait même été sacré Prince du tir. Un titre des plus prestigieux qui couronnait son habilité. Cette compétition est accessible aux jeunes dès leur douzième année et ce jusqu’à la première année de travail. Tout le village d’Hombourg est sous le choc, surtout que ce n’est pas le premier drame qui survient sur cette rue d’Aubel. -

    ADRIEN RENKIN & BRUNO BECKERS dans LA MEUSE VERVIERS du 23 septembre 2019

  • Parmi les dossiers de la rentrée qui seront jugés au tribunal à Verviers

    Un auteur d’escroquerie informatique usurpe l’identité de femmes

    Le 30 septembre, c’est un Plombimontois de 26 ans, déjà poursuivi en 2017 pour le même type de faits, qui devra répondre de la création de faux profils Badoo et Tinder sur base d’identités usurpées à de jeunes femmes victimes de cette escroquerie informatique. Le prévenu risquait à l’époque un an de prison mais des devoirs complémentaires avaient été sollicités. Entre-temps, de nouveaux faits ont été dénoncés.

  • Crash entre une auto et un camion

    Les pompiers de la zone Vesdre, Hoëgne et Plateau sont intervenus, ce vendredi soir, pour une collision entre une voiture et un camion à Volkerich (Plombières). Une personne, coincée dans la voiture, a du être désincarcérée. Aux alentours de 22h30 ce vendredi, les pompiers de la zone de secours Vesdre, Hoëgne et Plateau se sont rendus en intervention à Volkerich, sur la commune de Plombières. Un accident entre un camion et une voiture venait de se produire et une personne était coincée dans son auto.

    « L’ambulance de La Calamine et le SMUR d’Eupen sont intervenus sur place », indique le commandant de la zone de secours, Quentin Grégoire.

    Le conducteur du véhicule a été légèrement blessé et emmené vers l’hôpital d’Eupen. 

    V.M. dans LA MEUSE VERVIERS du 26 août 2019.

  • Deux blessés dont un pour qui les jours sont en danger

    Alors qu’ils venaient de la route Charlemagne et qu’ils traversaient la place du Village à Henri-Chapelle, deux motards ont été Capture d’écran 2019-08-22 à 07.55.45.pngviolemment percutés par une voiture qui sortait de la rue Nishaye, ce mercredi vers 15h30. Le conducteur, âgé d’une vingtaine d’années, n’aurait pas vu la moto surgir. Cette dernière s’est encastrée au niveau de l’aile avant gauche du véhicule, une Peugeot 2008 blanche. Les deux motards, un homme et une femme, ont été projetés au sol par le choc. La dame a été transférée vers l’hôpital le plus proche en ambulance. L’état de l’homme est plus préoccupant.

    D'un article de SARAH MORAN GARCIA à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 22 août 2019.

  • Un an après le drame de Moresnet, José ressasse le drame qui a coûté la vie à sa fille et sa femme

    Le petit village de Moresnet se souviendra longtemps des événements tragiques qui se sont déroulés il y a tout juste un an, dans la rue de la Clinique. Un triste anniversaire qui fait encore beaucoup souffrir José Leisten, père de Valérie Leisten, et Lucie Brandt. Mère et fille sont toutes les deux décédées suite à l’assaut, à l’arme blanche, de l’ancien compagnon de Valérie, Michel Gijsens, au Ramier, le restaurant familial. C’était le 22 août 2018.

    « On savait que ça allait arriver un jour. Pas forcément comme ça, mais que quelque chose de grave allait se produire. On a porté plainte et c’est monté très haut, jusqu’au procureur du Roi, mais personne n’a rien fait. La police a réagi beaucoup trop tard, quand les faits se sont produits et que ma femme et ma fille sont mortes à cause de ce type », fustige l’homme, que nous avons

    Rappel des faits

    rencontré sur place ce mercredi. Cet événement, que l’on ne souhaiterait pas à son pire ennemi, le hante jour et nuit. « J’y pense tous les jours. Je vais régulièrement voir un médecin pour m’aider avec ma tête », nous confie-til. José Leisten n’habite d’ailleurs plus le village, c’est trop difficile pour lui. Mais il rend toujours visite à ses amis, comme son ancienne voisine ou le coiffeur qui se situe en face du restaurant et qui a aidé à mettre hors d’état de nuire Michel Gijsens.

    José garde donc toujours des attaches, mais souhaite mettre un terme au Ramier. « Je pense à vendre. C’est beaucoup trop dur pour moi de revenir dans le restaurant. Je ne veux plus rien avoir à faire avec lui. Les acheteurs en feront ce que bon leur semble, je ne veux rien savoir », explique-t-il, toujours très meurtri. Toutefois, la belle bâtisse située au numéro 6 de la rue de la Clinique n’est pas encore officiellement à vendre.

    D'une page de SARAH MORAN GARCIA à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 22 août 2019.

  • On a cambriolé des maisons

    Mauvaise surprise pour deux familles de Moresnet Chapelle, rue de la Chapelle, au retour des vacances : on avait visité leur domicile en passant par l’arrière. Dans un des demeures, on a dérobé tout le matériel électrique facilement déplaçable (télé, compresseur...). Dans une autre maison de la rue, on aurait volé des outils.

    (LA MEUSE VERVIERS du 22 juillet 2019)