Plombières - Page 5

  • Décès de Madame Simone BRAUERS, épouse de Monsieur André NICOLAIJE

    Capture d’écran 2020-11-28 à 17.38.30.pngLa famille annonce le décès de Madame Simone BRAUERS, épouse de Monsieur André NICOLAIJE, née le 7 décembre 1942 à Sippenaeken et décédée le 27 novembre 2020 à Gemmenich.

    Lire la suite

  • Décès de Monsieur François KIRSCHFINK, veuf de Madame Joséphine MEYERS

    Capture d’écran 2020-11-28 à 17.17.18.pngLa famille annonce le décès de Monsieur François KIRSCHFINK, veuf de Madame Joséphine MEYERS, décédé le 22/11/2020.

    La liturgie des funérailles, suivie de l'inhumation dans le caveau familial au cimetière de Montzen, a été célébrée en l'église de Montzen le vendredi 27 novembre 2020 dans l'intimité familiale (maximum 15 personnes).

     

  • Décès de Monsieur Louis CORMAN, compagnon de Madame Anne-Marie GERON

    Capture d’écran 2020-11-27 à 11.30.34.pngLa famille annonce le décès de Monsieur Louis CORMAN, compagnon de Madame Anne-Marie GERON, né à Welkenraedt le mardi 5 septembre 1950 et décédé à Eupen le jeudi 26 novembre 2020 à l'âge de 70 ans.

    Lire la suite

  • Décès de Madame Hubertine KOCH, veuve de Monsieur Joseph ROMPEN

    Capture d’écran 2020-11-27 à 10.42.14.pngLa famille annonce le décès de Madame Hubertine KOCH, veuve de Monsieur Joseph ROMPEN, née le 30 septembre 1934 et décédée le 26 novembre 2020.

    La famille recevra les visites samedi et dimanche de 17 à 18 heures au funérarium Radermecker-Spronck à Welkenraedt.

    La liturgie des funérailles, suivie de l’inhumation au cimetière de Plombières, sera célébrée en l’église Notre-Dame de l’Assomption à Plombières le lundi 30 novembre 2020 à 10 heures 30.

  • Locomotive suisse et IC Ostende - Eupen sur la ligne 24 Montzen-Visé

    Selon une information publiée par "La Dernière Heure" de ce dimanche, depuis le début du mois, des locomotives suisses parcourent le rail belge en tête de lourds trains de marchandises venus d’Italie.
    En 185 ans d’existence, le rail belge n’avait pas encore été l’hôte de locomotives élec-
    triques suisses. S’il y eut bien une locomotive électrique suisse Ae 6/6 statique arrivée par rail et exposée au Pavillon des Transports de l’Exposition Internationale de Bruxelles en 1958, puis quelques automotrices TEE immatriculées en Suisse assurant les prestigieuses dessertes Iris et Edelweiss, jamais une locomotive suisse n’était venue circuler en Belgique, et encore moins de façon quotidienne.
    Désormais, tous les jours, des trains de marchandises chargés de conteneurs intermodaux desservent l’Italie et la Belgique, depuis les terminaux de Candiolo et Gallarate vers celui de Malines-Muizen, pour le compte de la société italienne de transports internationaux Ambrogio.
    Ces trains sont tractés de bout en bout par une des 25 toutes nouvelles locomotives bicourant et poly-tensions de la compagnie suisse du chemin de fer des Alpes bernoises Berne-Lötschberg-Simplon, BLS Cargo, et sont du modèle Vectron d’une puissance de 6400 kW produit par Siemens.
    L’arrivée de ces locomotives helvétiques en Belgique s’explique par le rachat de la compagnie belge Crossrail par BLS en 2019 et leur volonté de tracter les trains de marchandises d’une traite sans changement de locomotives.
    Une autre nouveauté consiste dans le nouvel itinéraire d’accès vers la Belgique de ce train Ambrogio, qui arrive désormais par l’Allemagne et le couloir fret de la ligne 24 Montzen-Hasselt, puis la ligne 35 vers Aarschot, abandonnant le long parcours indirect et trop sinueux par la France, le Luxembourg, l’Athus-Meuse, Namur, Auvelais, Ottignies et Louvain.

    Il s'en passe des choses sur cette ligne. Jusqu'au 15 novembre dernier, c'était aussi le lieu de passage du train Ostende-Eupen, dévié à cause de travaux à Trooz.

    Joseph Laurent a filmé deux trains IC Ostende - Eupen détournés via la ligne 24 se croisant à Warsage.

  • La même somme pour tout le monde

    Depuis des années déjà, Aubel veut renégocier la répartition de la contribution à la zone de police du pays de Herve.Capture d’écran 2020-11-26 à 12.37.20.png En effet, il se trouve que pour l’instant, un Aubelois paye chaque année 110 € alors que chez le voisin de Thimister-Clermont ou de Plombières, on payait moins de 80 €. Une répartition qui ne tombe pas de nulle part mais qui va aller vers plus d’égalité pour tout le monde. D’ici 2030, chaque habitant payera la même chose dans la zone de police: 83,75 €.
    « On a pris en compte beaucoup de critères », assure Marc Drou-guet, bourgmestre de Herve et président de la zone. « Il y avait notamment le revenu cadastral, le nombre d’interventions policières par communes... Mais on s’est rendu compte que l’on pouvait trouver à redire sur tout. C’est pour ça que nous avons décidé de nous baser uniquement sur la population afin que ce soit plus juste pour tout le monde. »
    10 ANS POUR CHANGER
    Vient ensuite la difficulté d’adapter son budget. En effet, si Aubel se trouve dans la situation confortable de diminuer chaque année de 24 € par personne la somme allouée à la police, Thimister-Clermont et Plombières devront faire des efforts sur le long terme afin de pouvoir payer cette somme. « Dans cinq ans, on sera déjà à la moitié et au début d’une nouvelle mandature. On ne va pas tout changer si vite. »
    La répartition de la zone avait été faite en 1999 sur base d’un procédé complexe qui prenait en compte notamment le nombre de banques par commune, ce qui expliquait pourquoi Aubel payait plus. La commune dont le bourgmestre actuel est Freddy Lejeune accueillait également une antenne, ce qui entrait en compte également. Aujourd’hui, l’antenne de la police se trouve à Plombières et les banques se font plus rares. Freddy Lejeune insistait donc pour que la formule soit revue. En février dernier, il nous disait d’ailleurs : « On ne demande pas que tout le monde paye la même chose évidemment. Mais on demande plus d’égalité. On ne demande pas non plus à ce que ce soit fait du jour au lendemain. On peut imaginer que ce soit progressif. » Et finalement tout le monde va bien payer la même chose.
    Cette décision des bourgmestres devra être votée lors des conseils communaux où l’on débattra du budget 2021. En principe en décembre prochain. On suppose que Jean-Claude Meurens, ancien bourgmestre d’Aubel et qui avait lui même bataillé plusieurs fois pour que l’on modifie cette répartition, lèvera la main en signe d’approbation plutôt deux fois qu’une.
    ADRIEN RENKIN dans LA MEUSE VERVIERS du 26 novembre 2020

  • Le PTB rend hommage à Ghislaine Thissen

    Vous n’aurez certainement pas pu passer à côté, nombreux sont les personnes en ce 25 novembre qui ont affiché, par une photo, une main mauve sur les réseaux sociaux. Cette main, elle renvoie à Mirabal, une association d’une centaine d’organisations désireuses de lutter contre la violence faite aux femmes.Capture d’écran 2020-11-26 à 12.33.43.png
    En cette journée internationale de cette lutte primordiale, le PTB Venders a tenu à investir l’espace public. Réunis sur la place du Martyr, dans le centre-ville de Verviers, les élus du parti communiste ont posé avec la main mauve devant la statue de Chapuis. Ils ont également interpellé et fait poser les Verviétois qui le souhaitaient au même endroit.
    « C’est une manière pour nous de rendre hommage à toutes ces femmes victimes de violence conjugale et notamment Ghislaine Thissen. Elle est la 21e victime de féminicide cette année », insiste Andrea Cotrena, pour le PTB. Elle fait ici référence au meurtre de la Plombimontoise, retrouvée morte dans une cuve à lait Pour rappel, son mari, en détention provisoire, et dépeint comme un homme violent, est accusé d’avoir tué Ghislaine
    Thissen. Un dernier hommage lui était d’ailleurs rendu ce mercredi 25 novembre.
    Par cette action, le PTB Verviers espère également interpeller les pouvoirs publics. «La politique menée sur la question n’est pas assez active à notre sens, d’autant plus avec le confinement. On remarque une exacerbation de la violence faite envers les femmes. Pour preuve, quatre féminicides ont eu lieu en novembre. C’est une réalité », insiste Pélue verviétoise qui conclut : « derrière les statistiques, il y a des personnes. C’est à elles que l’on pense aujourd’hui ».
    L.M. dans LA MEUSE VERVIERS du 26 novembre 2020

  • Décès de Monsieur Jules CHARLIER, veuf de Madame Monique BECKER

    Capture d’écran 2020-11-25 à 08.19.25.pngLa famille annonce le décès de Monsieur Jules CHARLIER, veuf de Madame Monique BECKER, né à Battice le jeudi 24 mai 1928 et décédé à Verviers le lundi 23 novembre 2020 à l'âge de 92 ans.

    Lire la suite

  • Mandat d’arrêt confirmé pour le mari

    Jacques Roemers, le mari de Ghislaine Thissen, suspecté de lui avoir donné la mort, reste sous les verrous. « La chambre du conseil a décidé de son maintien en détention pour un mois », a confirmé le procureur de division, Gilles de Villers Grand Champs. Le dossier étant à l’instruction, il s’est refusé à davantage de commentaires. Interpellé par la police et mis sous mandat d’arrêt jeudi, Jacques Roemers niait les faits qui lui sont reprochés. Il est poursuivi pour homicide volontaire à l’encontre de son épouse.

    La dame âgée de 63 ans, que tout le monde décrit comme charmante, aimable et dévouée, a été retrouvée dans la cuve à lait de la ferme qu’elle entretenait quasiment seule. D’après les constatations du médecin légiste, la sexagénaire plombimontoise est morte par asphyxie. Mardi soir, son mari a prétendu aux policiers qu’il l’avait retrouvée morte dans la cuve à lait.

    Les funérailles de la dame auront lieu ce mercredi, dans l’intimité familiale.

  • L’Aubel Pure primée à l’international

    C’est une nouvelle belle récompense que vient d’obtenir la brasserie Grain d’Orge, installée à Hombourg. Après avoir reçu six médailles lors du concours provincial de bières spéciales voici un gros mois, c’est ici lors d’un concours international que la brasserie s’est fait remarquer.
    L’Aubel Pure, déjà décorée d’une médaille d’or en octobre dernier au concours provincial, décroche cette fois-ci la breloque de bronze dans la catégorie « Bitter» au Brussel Beer Challenge. « C’est l’un des concours les plus relevés qui existe. Le concours reçoit des bières de partout dans le monde. Nous, on n’y participe pas chaque année. Seulement lorsqu’on a des nouveautés intéressantes à présenter», explique Thomas Pleyers, commercial pour la brasserie.
    BIÈRE 100% BELGE
    Cette année, ils avaient l’Immortelle, pour qui les résultats ne sont pas encore connus, et l’Aubel Pure donc, deux de leurs dernières créations. «Recevoir une récompense, ça montre qu’on est sur la bonne voie. C’est une bière qui plaît énormément aux clients depuis qu’on la met en avant. Mais elle plaît aussi dans les concours donc. On en est fiers », insiste Thomas Pleyers. L’Aubel Pure est l’une des dernières venues dans la gamme de Grain d’Orge. « Mais il fallait lui laisser le temps de mûrir un peu. C’est une bière blonde très légère (5%), de type saison,
    avec une belle amertume et une belle sécheresse en bouche », expose Thomas Pleyers. La bière est par ailleurs brassée sans épices, simplement avec des malts et des houblons belges. D’où son nom de «pure». «C’est intéressant de ne travailler qu’avec des produits belges», conclut Thomas Pleyers, qui espère annoncer encore une bonne nouvelle dans les prochains jours lorsque les résultats tomberont pour l’Immortelle.


    LOÏC MANGUETTE dans LA MEUSE VERVIERS du 25 novembre 2020