Intercommunale

  • Les taxes poubelles vont augmenter

    Intradel demande une plus grande cotisation aux communes qui vont devoir répercuter cette hausse.

    Dès 2020, Intradel, l’intercommunale qui gère le traitement des déchets de 72 communes de la province de Liège, augmentera ses tarifs. Une augmentation qui, sauf miracle, devrait avoir des conséquences sur le portefeuille des citoyens. Mais les communes auront quand même le dernier mot.

    D'une page de GEOFFREY WOLFF à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 4 octobre 2019.

  • Les cinq communes francophones pourraient quitter la société de logement pour rejoindre une autre

    Après la scission de la société Nosbau, les cinq communes francophones qui la com- posent (Thimister-Clermont, Aubel, Plombières, Baelen et Welkenraedt) se retrouvaient sans société de logements. Trois choix se présentaient à 82BA02B5-C090-40E5-9459-DC70BE348057.jpegelle.

    Elles pouvaient rejoindre Logivesdre, la Régionale Visétoise ou bien le Foyer Malmédien. Ces trois sociétés étant mitoyennes d’au moins une commune des communes en question.
    Dernièrement, ces communes avaient affiché leur préférence pour le Foyer malmédien.
    La Société wallonne du logement s’est rangée à cet avis. Elle va dès lundi proposer au ministre un transfert des compétences de Nosbau au Foyer malmédien.
    Un choix qui enchante Lambert Demonceau, le bourgmestre de Thimister-Clermont et actuel président de Nosbau. Les deux foyers sont en effet de taille relativement similaire, alors que Logivesdre est plus imposante. «Dans nos communes, il y a 480 logements, le Foyer malmédien en comporte 400.
    Ensemble nous formerons une structure toujours à taille humaine», avance le bourgmestre, qui précise ne rien avoir contre Logivesdre. Mais on sent que la taille de cette société de près de 3.000 logements l’effraye un peu.
    Avant que les communes fusionnent avec le Foyer malmédien, il reste encore énormément de travail.
    Le ministre doit tout d’abord valider cette décision. Il faut également que les différents intervenants se rencontrent afin de déterminer comment cette fusion va s’opérer.
    BE91E587-F6CE-4358-A247-3BF234EB17F3.jpegLes nouvelles communes veulent également créer un centre à Welkenraedt afin de pouvoir coordonner les efforts dans leur zone. On peut en effet constater que l’espace couvert par cette nouvelle structure est fort étendu. Entre Trois-Ponts et Plombières, il y a près d’une heure de route. D’où l’intérêt de ce nouveau centre à Welkenraedt. « Nous allons tout mettre en œuvre pour qu’il soit opérationnel d’ici janvier, mais ça ne sera pas simple », avance Lambert Demonceau.
    Des entretiens individuels seront bientôt organisés avec les membres du personnel de Nosbau afin de déterminer s’ils vont rejoindre la nouvelle structure ou continuer à travailler avec les communes germanophones.
    Actuellement, Nosbau emploie 26 temps pleins.
    Une fois les francophones complètement séparés des germanophones, il ne leur faudra que six temps plein pour assurer le travail au niveau des nouvelles communes du Foyer.
    UN RAPPROCHEMENT BIEN VU
    Cette probable fusion est accueillie chaudement par l’échevin du Logement de Malmedy Ersel Kaynak. « Elle va nous permettre d’atteindre un stade critique plus intéressant. Il devrait y avoir pas loin de 900 logements, ce qui pour des raisons d’économie d’échelle est plus intéressant financièrement », souligne le Malmédien. « Bien entendu, cette fusion représente un défi en termes de logistique car les communes sont assez éloignées. Mais avec l’installation d’un centre dans le nord, ça devrait aller. »
    La directrice-présidente de la société Isabelle Mathonet, tient à rappeler que rien n’est encore fait dans ce dossier et que le nouveau ministre devra prendre une décision.
    Elle estime tout de même que ce rapprochement a du sens. « Il s’agit du même public en termes socio-économiques. Et nous avons en commun la proximité avec les personnes qui parlent allemand par exemple. Ce serait logique que l’on fusionne », conclut la responsable.
    ADRIEN RENKIN dans LA MEUSE VERVIERS du 20 septembre 2019

  • Surprise : Bruno Gavray devient président du CHR

    Le MR de l’arrondissement de Verviers a choisi Bruno Gavray pour siéger à la présidence du CHR Verviers. Le Theutois reprendra le poste dès le conseil d’administration de fin juin. Le socialiste verviétois Didier Nyssen, qui assumait l’intérim de la présidence depuis le 4 décembre, deviendra vice-président de l’institution hospitalière.

    Les compositions des intercommunales seront fixées en ce mois de juin, conformément à ce qui avait été annoncé au lendemain des élections d’octobre 2018. Si les quatre grandes formations politiques (MR, PS, Ecolo et cdH) se sont mises d’accord sur la répartition en termes de mandats, il restait à connaître les noms proposés par chacune d’entre elles. Elles ont signé un accord ce jeudi matin.

    Alors que la présidence du CHR Verviers East Belgium devait revenir à un réformateur (les libéraux restent la première force politique sur l’arrondissement), une nouvelle fois elle échappe à un Verviétois, faute de score statisfaisant sur la commune aux communales. C’est finalement un Theutois, en la personne de Bruno Gavray qui a en donc été choisi par le MR pour y siéger. Ce dernier est déjà échevin des Travaux, des Marchés publics, de la Mobilité, du Logement et de l’Énergie dans sa commune. Cet ingénieur du génie rural, âgé de 39 ans, gère également sa propre entreprise. Il s’est présenté sur une liste en 2012 pour la première fois. Son nom a été avalisé par les fédérations des autres partis. Nous ne sommes pas parvenu à le joindre.

    À ses côtés au CHR, le désormais unique vice-président sera le socialiste Didier Nyssen. Le Verviétois assure l’intérim de la présidence de l’institution hospitalière verviétoise depuis le 4 décembre – car le Plombimontois Thierry Wimmer, président jusque là, ne s’était pas représenté au scrutin d’octobre 2018 – dernier jusqu’au conseil d’administration de fin juin qui renouvellera les instances.

    Le choix du réseau à rejoindre (CHC ou CHU) ne serait pas non plus étranger à cette décision.

    D'un article d'AURÉLIE FRANSOLET dans LA MEUSE VERVIERS du 7 juin 2019.

  • Nouveau président pour NOSBAU

    Chez Nosbau, la société de logements sociaux active sur l’arrondissement (pour les communes de Welkenraedt, Baelen, Plombières,Capture d’écran 2019-06-07 à 08.12.18.png Aubel et ThimisterClermont), la présidence sera désormais assurée par le maïeur de Thimister, Lambert Demonceau (MR). La vice-présidence sera attribuée à un social-chrétien germanophone, dont le nom n’est pas encore connu.

  • Les communes préparent le démembrement de Nosbau

    L’avenir de la société de logements sociaux, Nosbau, était à l’ordre du jour du conseil communal de Baelen ce lundi soir. Les cinq communes francophones préparent en effet le démembrement de la société de logements qui sera la conséquence du transfert de compétences vers le Communauté germanophone. Un accord de principe est en effet intervenu en ce sens.

    Neuf communes – cinq francophones à savoir Welkenraedt, Baelen, Plombières, Aubel et Thimister et quatre germanophones (Raeren, Lontzen, La Calamine et Eupen) composent actuellement la société de logements sociaux Nosbau. Prochainement, cette dernière devrait être démembrée.

    D'un article de FRANÇOISE PEIFFER à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 16 janvier 2016.

  • Albert Stassen se fâche à propos du sort de NOSBAU

    Le sort fait par la Région Wallonne et la Communauté germanophone à la société d'habitations sociales NOSBAU (exigence d'une scission avant le 20 décembre 2018 sur base linguistique sans quoi la Région décidera à la place de Nosbau) est une infâmie sans nom perpétrée à l'encontre de la région des Trois-Frontières par la Région Wallonne, exactement comme voici 55 ans l'Etat belge a divisé cette région multilingue sans demander l'avis des populations concernées, par le clichage de la frontière linguistique. Notre région n'a que faire de ces frontières linguistiques qui ne correspondent à aucune réalité locale.

  • Wimmer présidera la zone VHP

    Capture d’écran 2018-06-11 à 08.07.53.pngOn le savait bourgmestre de Plombières, président de la zone de police Pays de Herve, président du CHR Verviers. Il sera bientôt également président de la zone de secours Vesdre-Hoëgne & Plateau. Une décision qui doit être avalisée vendredi prochain lors du dernier collège de zone de Philippe Boury, obligé de rendre son poste parce qu’il quitte son mayorat. « Je vais reprendre la présidence six mois, ce sera une expérience supplémentaire. J’espère faire aboutir les projets de caserne à Verviers et Herve ainsi que proposer un bon budget pour 2019 », nous confie l’actuel vice-président. Pour remplacer Philippe Boury au collège, c’est Jean-Luc Nix qui a été désigné.

  • L’intercommunale établie à Spa mène cinq nouveaux projets touristiques majeurs pour notre région

    C’est en 1999 qu’Aqualis, société publique intercommunale, a vu le jour. La société – qui comptait 15 associés à sa création – en compte aujourd’hui 26, dont 18 des 20 communes de l’Arrondissement de Verviers. Sa mission principale est d’assurer la promotion touristique de l’arrondissement de Verviers tout en renforçant l’identité de celui-ci sous la dénomination Ardenne Bleue.

    Cinq projets majeurs concernant plusieurs communes ont été déposés au Commissariat général au tourisme (CGT) récemment. « Cela représente un

    million d’euros d’investissements global », dit Jean-Paul Mawet, le directeur d’Aqualis qui sera pensionné le 1er juin. « Après avoir fait de la signalétique interne à Spa, Dison et Verviers, il y a trois dossiers à l’examen du ministre. Il s’agit des communes de Stavelot, Jalhay et de Waimes. Les projets sont prêts et nous espérons être subsidiés à hauteur de 80 % ou 60 % par le CGT en plus d’une participation de la part des communes. Pour l’intercommunale, cela ne coû

    tera rien mais nous fournirons tout le matériel et la logistique. »

    UNE INTERCOMMUNALE ACTIVE Après les projets de signalétique interne, Aqualis travaille aussi sur deux projets de sentiers de randonnées. « Le premier concerne les sentiers de randonnées de toutes les balades à Spa », explique Jean-Paul Mawet. « Le second est un sentier d’interprétation touristique en partenariat avec la Maison du tourisme. Et nous avons également finalisé une étude à la demande de la commune de Plombières. C’est expérimental car il s’agit d’une commune frontalière avec l’Allemagne, les Pays-Bas, la Flandre et les Cantons de l’Est. Dans la signalisation de leurs promenades, toutes ces entités utilisent le système de points-noeuds. Le bourgmestre nous a demandé de réaliser cette étude et nous sommes prêts à la présenter à ceux qui veulent. »

    D'un article de CHARLES BOURY dans LA MEUSE VERVIERS du 9 mai 2018.

  • SCISSION DE NOSBAU

    Scinder Nosbau est la meilleure chose à faire selon Claude Dispas

    Il y a quelques semaines, les bourgmestres des communes francophones présentes dans la société de logements sociaux Nosbau ont déploré les propos du ministre Antonio Antoniadis dans le cadre du transfert de la compétence « Logement » de la Région wallonne vers la Communauté germanophone. Le secrétaire du Comité des locataires, Claude Dispas, se dit lui favorable à cette scission car les communes francophones de Nosbau ne se bougent pas assez pour implanter de nouveaux logements sociaux aux contraires des communes germanophones.

    Un article de CHARLES BOURY à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 12 avril 2018.

  • On est les meilleurs trieurs européens

    Cocorico régional verviétois pour les déchets ménagers résiduels : parmi les 72 entités affiliées à Intradel, 7 Verviétoises sont en tête du classement.

    Dans l’ordre :

    1. Herve (71 kg de déchets, +2 % en un an),
    2. Aubel (73 kg, +3 %),
    3. Welkenraedt (73 kg, +2 %),
    4. Baelen (74 kg, +8 %),
    5. Olne (75 kg, +8 %),
    6. Dison (77 kg, – 57 %) et
    7. Plombières (77 kg, +5 %).

    Toutes ont les conteneurs à puce, pour les résiduels et les organiques. Bénéficiant du même système, Spa est très loin, avec 114 kg. Pepinster, qui ne propose que le conteneur pour déchets résiduels, affiche 124 kg (-3 %). Restent ceux qui s’obstinent à conserver le sac payant. Dont Thimister (119 kg, inchangé), Jalhay (120 kg, – 1 %), Theux (131 kg, +2 %) et Limbourg (132 kg, 4 %) et Verviers (195 kg, inchangé, bonne dernière).

    D'une page de MARC GÉRARDY ET YVES BASTIN dans LA MEUSE VERVIERS du 31 mars 2018.