Montzen

  • 130 personnes vaccinées en deux heures

    La première maison vaccinée

    Ce mardi les premiers vaccins Pfizer ont été inoculés dans la région verviétoise. La première personne à le recevoir n’est autre que Mme Pasteger de la maison Pannesheydt à Montzen. Il n’a fallu que deux heures pour vacciner 130 personnes (dont 82 résidents).

    D'un article d'ADRIEN RENKIN à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 6 janvier 2021.

  • Vaccinations à Pannesheydt

    Après Josepha, Lucie et Jos, des milliers de résidents de maisons de repos pourront eux aussi se faire vacciner contre le coronavirus dès le 5 janvier. Sudpresse s’est procuré le planning de vaccination. La première semaine, 73 homes wallons et 51 bruxellois sont concernés.

    Le CHR Verviers sera à la Maison Pannesheydt à Montzen le lundi 5 janvier 2021 pour vacciner les résidents volontaires.

    D'une page de SABRINA BERHIN à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 29 décembre 2020.

  • Décès de Monsieur Charles NYSSEN, veuf de Madame Joséphine ENGELS

    Capture d’écran 2020-12-09 à 18.17.25.jpgLa famille annonce le décès de Monsieur Charles NYSSEN, veuf de Madame Joséphine ENGELS, né à La Calamine le vendredi 29 décembre 1933 et décédé à Montzen le mercredi 9 décembre 2020 à l'âge de 86 ans.

    Lire la suite

  • Décès de Monsieur Georges NAEDENOEN, époux de Madame Flora MATTELÉ

    Capture d’écran 2020-12-02 à 15.05.26.pngLa famille annonce le dCapture d’écran 2020-12-02 à 14.47.16.pngécès de Monsieur Georges NAEDENOEN, époux de Madame Flora MATTELÉ, né à Montzen le vendredi 16 septembre 1938 et décédé à Eupen le mardi 1 décembre 2020 à l'âge de 82 ans.

    Lire la suite

  • Olivier Remacle en pleine réflexion sur son avenir

    Pour toute une série de raisons, dont la crise sanitaire qui a bousculé tout le calendrier bien entendu, Olivier Remacle (Montzen) s’est fait rare, très rare même, sur les compétitions de course à pied en cette année 2020. Le spécialiste du trail, trois fois champion de Belgique, est en réalité en pleine réflexion quant à l’orientation qu’il veut donner à sa carrière. «Dois-je m’arrêter ou alors continuer la compétition de haut niveau et du coup, m’y remettre à fond au Capture d’écran 2020-12-02 à 10.29.36.pngniveau de l’entraînement?» Car c’est bien là le nœud du problème: il s’entraîne nettement moins qu’avant. L’une des raisons, c’est son emploi du temps professionnel surchargé, avec une société florissante dans le domaine des parcs et jardins et un carnet de commandes qui ne désemplit pas. «J’ai beaucoup de boulot actuellement. Je suis parti de 6h30 à 18h et après, je m’occupe des papiers, mais je ne m’en plains pas du tout, car j’adore mon travail.»

    LE DÉCÈS DE SON COACH

    Un autre facteur de taille s’est ajouté récemment dans sa réflexion: le décès de Stéphane

    Dmyterko, son emblématique coach hervien, à la fin du mois d’octobre. Une disparition qui a beaucoup affecté l’athlète montzenois. «J’ai vraiment du mal à m’y remettre. En réalité, je m’étais bien entraîné pour le semi-marathon de Herve, qui devait avoir lieu le 24 octobre, mais qui a été annulé juste avant. Or, j’étais vraiment bien à ce moment-là, j’étais en forme et ma motivation en a pris un coup.» Et l’ancien footballeur de poursuivre son raisonnement. «J’avais dit que j’arrêtais la compétition, que je n’allais plus courir pour la gagne, car cela va de pair avec les entraînements. Ce n’est pas encore sûr, je ne ferme pas la porte, mais en tout cas, j’ai levé le pied à fond. Qui plus est, j’ai déjà gagné pas mal de courses et je ne suis pas en manque de victoires.»

    «MON CORPS A DÉJÀ BIEN TRINQUÉ»

    Concrètement, la période fin décembre – début janvier sera cruciale pour son avenir en compétition. Soit il s’y remet à fond à l’entraînement pour mettre toutes les chances de revenir au top de son côté et la machine est relancée, soit il confirme ce pas de côté. «Mais je ferai toujours du sport! Je me fixe la fin du mois de décembre pour me réorienter. Il s’agira de prendre la bonne décision, en tenant compte aussi du fait que, depuis que je cours, mon corps a déjà bien trinqué. J’ai déjà eu pas mal de blessures. D’un autre côté, je n’ai plus mal nulle part actuellement. Tout va bien, si ce n’est que je cours moins. Mais est-ce bien raisonnable de s’entraîner comme un fou, avec le boulot en plus? J’ai du mal à me projeter.»

    D'un article d'OLIVIER DELFINO à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 2 décembre 2020

  • Décès Monsieur Roger GOIN, époux de Madame Jeannine BETTRANG

    Capture d’écran 2020-11-28 à 17.45.38.pngLa famille annonce le décès Monsieur Roger GOIN, époux de Madame Jeannine BETTRANG, né à Montzen  le vendredi 20 novembre 1931 et décédé à Henri-Chapelle le vendredi 27 novembre 2020 à l'âge de 89 ans.

     

     

    Lire la suite

  • Décès de Monsieur François KIRSCHFINK, veuf de Madame Joséphine MEYERS

    Capture d’écran 2020-11-28 à 17.17.18.pngLa famille annonce le décès de Monsieur François KIRSCHFINK, veuf de Madame Joséphine MEYERS, décédé le 22/11/2020.

    La liturgie des funérailles, suivie de l'inhumation dans le caveau familial au cimetière de Montzen, a été célébrée en l'église de Montzen le vendredi 27 novembre 2020 dans l'intimité familiale (maximum 15 personnes).

     

  • Locomotive suisse et IC Ostende - Eupen sur la ligne 24 Montzen-Visé

    Selon une information publiée par "La Dernière Heure" de ce dimanche, depuis le début du mois, des locomotives suisses parcourent le rail belge en tête de lourds trains de marchandises venus d’Italie.
    En 185 ans d’existence, le rail belge n’avait pas encore été l’hôte de locomotives élec-
    triques suisses. S’il y eut bien une locomotive électrique suisse Ae 6/6 statique arrivée par rail et exposée au Pavillon des Transports de l’Exposition Internationale de Bruxelles en 1958, puis quelques automotrices TEE immatriculées en Suisse assurant les prestigieuses dessertes Iris et Edelweiss, jamais une locomotive suisse n’était venue circuler en Belgique, et encore moins de façon quotidienne.
    Désormais, tous les jours, des trains de marchandises chargés de conteneurs intermodaux desservent l’Italie et la Belgique, depuis les terminaux de Candiolo et Gallarate vers celui de Malines-Muizen, pour le compte de la société italienne de transports internationaux Ambrogio.
    Ces trains sont tractés de bout en bout par une des 25 toutes nouvelles locomotives bicourant et poly-tensions de la compagnie suisse du chemin de fer des Alpes bernoises Berne-Lötschberg-Simplon, BLS Cargo, et sont du modèle Vectron d’une puissance de 6400 kW produit par Siemens.
    L’arrivée de ces locomotives helvétiques en Belgique s’explique par le rachat de la compagnie belge Crossrail par BLS en 2019 et leur volonté de tracter les trains de marchandises d’une traite sans changement de locomotives.
    Une autre nouveauté consiste dans le nouvel itinéraire d’accès vers la Belgique de ce train Ambrogio, qui arrive désormais par l’Allemagne et le couloir fret de la ligne 24 Montzen-Hasselt, puis la ligne 35 vers Aarschot, abandonnant le long parcours indirect et trop sinueux par la France, le Luxembourg, l’Athus-Meuse, Namur, Auvelais, Ottignies et Louvain.

    Il s'en passe des choses sur cette ligne. Jusqu'au 15 novembre dernier, c'était aussi le lieu de passage du train Ostende-Eupen, dévié à cause de travaux à Trooz.

    Joseph Laurent a filmé deux trains IC Ostende - Eupen détournés via la ligne 24 se croisant à Warsage.

  • Décès de Madame Irmgard LANDGRAF, veuve de Monsieur Franz ROMBERG

    La famille annonce le décès de Madame Irmgard LANDGRAF, veuve de Monsieur Franz ROMBERG, née le 4 juillet 1926 et décédée le 20 novembre 2020.

    Pas de visites souhaitées

    Un recueillement, suivi de l'incinération, aura lieu au crématorium Neomansio à Welkenreadt, le samedi 28 novembre 2020 à 10 heures 15.

    La mise en columbarium de l'urne au cimetière de Montzen aura lieu dans l'intimité.

  • Décès de Madame Berthe HICK, veuve de Monsieur Louis ROUFOSSE

    La famille annonce le décès de Madame Berthe HICK, veuve de Monsieur Louis ROUFOSSE, née à Montzen le 10 février 1938 et décédée le 7 novembre 2020 à Aubel.

    Lire la suite