Police

  • La même somme pour tout le monde

    Depuis des années déjà, Aubel veut renégocier la répartition de la contribution à la zone de police du pays de Herve.Capture d’écran 2020-11-26 à 12.37.20.png En effet, il se trouve que pour l’instant, un Aubelois paye chaque année 110 € alors que chez le voisin de Thimister-Clermont ou de Plombières, on payait moins de 80 €. Une répartition qui ne tombe pas de nulle part mais qui va aller vers plus d’égalité pour tout le monde. D’ici 2030, chaque habitant payera la même chose dans la zone de police: 83,75 €.
    « On a pris en compte beaucoup de critères », assure Marc Drou-guet, bourgmestre de Herve et président de la zone. « Il y avait notamment le revenu cadastral, le nombre d’interventions policières par communes... Mais on s’est rendu compte que l’on pouvait trouver à redire sur tout. C’est pour ça que nous avons décidé de nous baser uniquement sur la population afin que ce soit plus juste pour tout le monde. »
    10 ANS POUR CHANGER
    Vient ensuite la difficulté d’adapter son budget. En effet, si Aubel se trouve dans la situation confortable de diminuer chaque année de 24 € par personne la somme allouée à la police, Thimister-Clermont et Plombières devront faire des efforts sur le long terme afin de pouvoir payer cette somme. « Dans cinq ans, on sera déjà à la moitié et au début d’une nouvelle mandature. On ne va pas tout changer si vite. »
    La répartition de la zone avait été faite en 1999 sur base d’un procédé complexe qui prenait en compte notamment le nombre de banques par commune, ce qui expliquait pourquoi Aubel payait plus. La commune dont le bourgmestre actuel est Freddy Lejeune accueillait également une antenne, ce qui entrait en compte également. Aujourd’hui, l’antenne de la police se trouve à Plombières et les banques se font plus rares. Freddy Lejeune insistait donc pour que la formule soit revue. En février dernier, il nous disait d’ailleurs : « On ne demande pas que tout le monde paye la même chose évidemment. Mais on demande plus d’égalité. On ne demande pas non plus à ce que ce soit fait du jour au lendemain. On peut imaginer que ce soit progressif. » Et finalement tout le monde va bien payer la même chose.
    Cette décision des bourgmestres devra être votée lors des conseils communaux où l’on débattra du budget 2021. En principe en décembre prochain. On suppose que Jean-Claude Meurens, ancien bourgmestre d’Aubel et qui avait lui même bataillé plusieurs fois pour que l’on modifie cette répartition, lèvera la main en signe d’approbation plutôt deux fois qu’une.
    ADRIEN RENKIN dans LA MEUSE VERVIERS du 26 novembre 2020

  • UN COUVRE-FEU BIEN RESPECTÉ

    Capture d’écran 2020-11-06 à 08.29.32.pngL’interdiction de circuler entre 22 heures et 6 heures du matin depuis une dizaineCapture d’écran 2020-11-06 à 08.30.15.png de jours, tout le monde est courant. Ce que l’on sait un peu moins, c’est la réponse répressive de la police en cas de non-respect du couvre-feu. Et autant dire que les méthodes divergent un peu que l’on se trouve dans la région d’Eupen ou… partout ailleurs.

    Dans la zone du Pays de Herve (Herve, Limbourg, Baelen, Welkenraedt, Aubel, Olne, Plombières, Thimister-Clermont) on en est à environ 15 P.-V. dressés sur les deux dernières semaines. Pas grand chose comparé aux collègues d’à côté et pourtant, ce n’est pas faute de contrôler, explique Jacques Maton, commissaire. Sur les 15 P.-V. dressés, 8 se rapportent au non-respect du couvre-feu. De manière générale, les règles sont bien respectées, estime le commissaire. « La plupart des personnes que l’on croise le soir sont sur le chemin du travail et ont le justificatif de leur employeur. »

    D'un article de VICTORIA MARCHE dans LA MEUSE VERVIERS du 6 novembre 2020.

  • Contrôles transport de déchets

    La zone de police du Pays de Herve en collaboration avec l’unité de répression des pollutions du SPW a mené ce 1er juillet des contrôles routiers orientés vers le transport de déchets.

    Ces contrôles ont ciblé les transporteurs de déchets tant privés que professionnels.

    Ainsi, une cinquantaine d’utilitaires ont été contrôlés de manière approfondie et 26 procès-verbaux ont été dressés au total : 20 PV concernaient des infractions de roulage, 5 des infractions liées à l’environnement et 1 PV pour détention d’arme prohibée.

    Des contrôles réguliers en collaboration avec l’URP (l’unité de répression des pollutions) auront encore lieu à l’avenir sur le territoire de la zone de police.

     

  • Sans permis et sans contrôle technique

    Vendredi en début d’après-midi, la police de la zone Vesdre-Gueule a arrêté un drôle de personnage, du côté de La Calamine.

    L’homme, un habitant de Plombières âgé de 36 ans, conduisait un véhicule pour lequel le contrôle technique n’était plus valable depuis plus d’un an.

    Pire, le conducteur est toujours interdit de conduire et circulait donc sans permis.

    La police a dressé plusieurs procès-verbaux à l’encontre du conducteur.

  • Vente du muguet et Covid-19 : suivez les indications de votre zone de police

    Le 1er mai, la tradition veut que nous offrions un brin de muguet aux dames en guise de porte-bonheur.

    En cette période de confinement et conformément aux directives relatives à la crise du coronavirus, sachez que vous pourrez acheter votre traditionnel brin de muguet sous certaines conditions et restrictions :

    • Les activités ambulantes sont interdites : pas question donc de vendre ou d’acheter du muguet en bord de route. Les vendeurs en infraction seront verbalisés et s’acquitteront d’une amende de 750€. En outre la marchandise sera saisie.

    Quels risques pour l’acheteur ? S’il s’avère que l’acheteur est contrôlé au stand d’un commerce ambulant et que son déplacement pour s’y rendre n’entre pas dans les conditions d’un déplacement autorisé*, il se verra infliger un procès-verbal et une amende de 250€.

    • Les fleuristes ne sont pas encore autorisés à rouvrir. Vous trouverez donc porte close dans ces établissements.

    Où trouver du muguet ?
    Si ce n’est dans votre jardin, les commerces d’alimentation et les pépiniéristes vous en proposeront sans doute à la vente. Veillez à toujours bien respecter les mesures de distanciation sociale lors de vos achats.

    Nous vous permettons de vous rappeler que les rassemblements familiaux ne sont toujours pas autorisés.
    Respectez donc les mesures actuellement en vigueur lorsque vous offrirez votre porte-bonheur.
    Il serait dommage que celui-ci finisse par porter malheur…

    Lire la suite

  • Arrêté du gouverneur de la province de Liège

    Rassurant, car la gestion de la crise chez les voisins Hollandais fait peur...

    L'arrêté de police complet est à lire sur le site internet http://gouverneur.provincedeliege.be/fr/evenement/80?nid=7707&from=actu

  • Aubel veut renégocier le budget de la police

    À Aubel la participation se chiffre à plus de 100 € par habitant contre 80 € sur les autres communes

    La commune d’Aubel est celle qui paye le plus par habitant pour la dotation de la zone de police pays de Herve. Une situation héritée du passé et que le bourgmestre actuel aimerait revoir. Des discussions auront lieu entre les communes afin d’avoir une plus juste répartition de l’effort collectif.

    « On prend en compte, dit le bourgmestre d'Aubel, le nombre de banques par exemple. Mais aujourd’hui avec la digitalisation, les banques ne nécessitent plus d’être protégées comme elles l’étaient à l’époque. Et puis on avait aussi le bâtiment de la police chez nous. Il est à Plombières aujourd’hui. » Un argument sur les banques que comprend tout à fait, la bourgmestre de Plombières. En revanche, elle refuse catégoriquement de payer plus parce que la police a déménagé. « Si la police a voulu déménager à Plombières c’est parce qu’elle trouvait ça pertinent. C’est la responsabilité de tous les bourgmestres autour de la table et ce n’est pas à nous de payer pour cette décision. Et puis, ça ne fait pas partie du calcul de la clé de répartition », avance Marie Stassen qui est d’accord d’ouvrir le débat tout en estimant qu’il n’est pas simple du tout.

    D'un article d'ADRIEN RENKIN à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 8 février 2020.

  • Deux radars fixes sur nos routes régionales

    Cette année, la Région wallonne a financé l’installation de 69 radars sur son territoire. L’année prochaine, ce chiffre sera porté à 156. À lui seul, le Hainaut devrait accueillir 68 dispositifs. Boîtiers fixes, radars tronçon, radars feux de signalisation… il y en aura pour tous les goûts. Mais pas seulement  au Hainaut...

    IMG_0390.jpg

    Et même deux dans notre région.

    D'une double page de YANNICK HALLET à lire dans LA MEUSE du 19 décembre 2019.

    Pour rappel, un lidar est placé actuellement à Hombourg, rue du Cheval Blanc.

  • Le lidar installé rue du Cheval Blanc à Hombourg

    Capture d’écran 2019-12-12 à 09.50.51.pngSi vous vous rendez à Hombourg, vous ne pouvez pas le rater. Un lidar a été installé ce mercredi 11 décembre en matinée dans la commune, le long de la rue de Cheval Blanc. Vous êtes en agglomération sur place, la vitesse est donc limitée à 50km/h. Prudence donc et surtout, levez le pied!

    Pour rappel, un autre lidar est installé avenue Reine Astrid, à Spa.

  • Les policiers au vélo électrique

    Soucieuse de la mobilité douce et du contact avec le citoyen, la zone de police Pays de Herve vient d’acquérir trois vélos électriques pour un montant de 10.000 euros. Chaque antenne de la zone, à savoir Herve, Plombières et Welkenraedt, disposera d’un vélo. Ceux-ci serviront principalement aux missions des agents de quartier et aux policiers qui encadreront des événements.

    Si cela fonctionne bien, il n’est pas exclu que la zone achète de nouveaux vélos électriques dans le futur.

    Nouveauté pour la zone de police Pays de Herve. Si la zone dispose déjà de six VTT classiques, dispatchés de manière équilibrée dans chaque antenne de la zone (Herve, Plombières et Welkenraedt), elle vient d’acquérir trois nouveaux vélos électriques. Le tout pour un montant de 10.000 euros.

    Chaque antenne disposera donc en plus de deux VTT d’un vélo électrique. « Dans un premier temps, nos trois antennes auront chacune un vélo électrique », explique Vincent Corman, chef de corps de la zone de police Pays de Herve. « Nous sommes soucieux de la mobilité douce et le vélo est un bon moyen pour intervenir rapidement sur certaines interventions. Ce mode de déplacement est une bonne chose pour faciliter le contact avec le citoyen. Il est plus facile pour celui-ci de pouvoir discuter avec un policier qui circule à vélo plutôt qu’en voiture ou combi. Et puis nous avons une région accidentée. »

    DEUX TYPES DE MISSION

    Avec l’utilisation des vélos électriques, la zone de police a principalement deux types de mission comme objectif. « Ces vélos serviront aux missions des agents de quartier ainsi qu’à l’encadrement d’événements », souligne Vincent Corman. Nous avons déjà procédé de la sorte avec des équipes en VTT lors de la dernière Foire agricole. L’idée est également de permettre à chaque policier de pouvoir prendre ces vélos électriques en fonction de ses besoins. Avec les VTT, l’utilisation était limitée spécifiquement à certains policiers très sportifs. »