Politique

  • 1.500 luminaires LED à placer en 8 ans

    La commune de Plombières s’apprête à modifier tout son éclairage public. Ce sont ainsi pas moins de 1.500 luminaires qui seront renouvelés en vue de passer à du LED, bien moins énergivore que l’éclairage actuel.

    « L’opération devrait s’étaler sur 7ou 8 ans », explique Joseph Austen, le bourgmestre faisant fonction. « Au fil des années, le LED devient de plus en plus performant. Du coup, en étalant les travaux, on aura de l’éclairage de diverses générations », détaille Joseph Austen.

    Selon le site internet d’Ores, 42 nouveaux luminaires ont été installés en 2019. Et en 2020 ils de vraient être 196. « Comme ils sont relativement anciens, c’est toute la structure qui doit être remplacée », ajoute Joseph Austen. Lequel précise que le coût pour la commune devrait être de 81.000 euros par an.

    L’opération devrait cependant permettre de réaliser d’importantes économies d’énergie.

    Ce passage à l’éclairage LED est imposé aux communes par la Région wallonne en vue de se conformer à un arrêté du gouvernement wallon, qui exige que d’ici 2030, l’ensemble de l’éclairage public wallon soit passé au LED, plus blanc et plus ciblé.

    F.P. dans LA MEUSE VERVIERS du 14 décembre 2019

  • Aménagement du territoire: changement pour Plombières

    Le 1er janvier prochain, les compétences de la Région wallonne en matière d’aménagement du territoire seront transférées à la Communauté germanophone. Il a été décidé de conclure à un accord de coopération entre les deux entités fédérées afin de simplifier le régime de délivrance des permis d’urbanismes pour les immeubles se trouvant à cheval sur les deux régions linguistiques. Neuf communes francophones sont directement concernées, dont sept en région verviétoise.

    La situation risque de devenir complexe quand il y aura des demandes pour des permis ou des certificats Capture d’écran 2019-12-12 à 09.56.55.pngd’urbanisme pour des actes et travaux relatifs à un bien immeuble qui se situe à cheval sur les deux régions linguistiques. Neuf communes francophones qui jouxtent directement la région de langue allemande (Baelen, Gouvy, Malmedy, Plombières, Stavelot, Trois-Ponts, Vielsalm, Waimes et Welkenraedt) pourraient se retrouver confrontées à de tels cas. « Ce sont des situations qui a priori devraient être plutôt rares mais pour lesquelles deux législations seront applicables », commente Christine Mauel, députée wallonne MR, qui rappelle que les libéraux soutiennent ce transfert de compétences.

    Pour faire simple, prenons l’exemple d’un terrain se situant à cheval sur les communes de Malmedy et d’Amel. Si la plus grosse partie de la superficie de ce terrain se situe en région germanophone, alors c’est la Communauté germanophone qui aura la compétence pour instruire la demande de permis d’urbanisme et délivrer celui-ci. « Un seul permis sera nécessaire. Tout dépendra donc de l’emprise au sol qui déterminera qui sera compétent », précise la députée.

    L’accord de coopération entre les deux entités fédérées permet de régler quels avis doivent être sollicités de part et d’autre lors de l’instruction de plans, programmes ou de permis.

    UN RÉGIME SIMPLIFIÉ

    Cet accord permet aussi d’établir un échange d’informations entre les administrations concernées. « C’était le but : pouvoir simplifier le régime de la délivrance des permis et les démarches qui y sont liées », dit encore Christine Mauel. L’accord prévoit également la création d’un Comité de suivi pour évaluer l’état de la coopération entre la Wallonie et la Communauté germanophone. Le vote de la proposition de décret portant assentiment à l’accord de coopération a eu lieu ce mercredi lors de la séance plénière au Parlement wallon. 

    D'un article de M. M. à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 12 décembre 2019.

  • Conseil communal du jeudi 12 décembre 2019

    La prochaine séance du Conseil communal se tiendra dans la salle du conseil de la Maison communale de Plombières, Place du 3ème Millénaire 1, le jeudi 12 décembre 2019 à 20h30.

    La séance du Conseil communal sera précédée d'un pré-conseil dédié à la problématique des déchets et du recyclage à 19h00 et d'un conseil conjoint Commune-CPAS à 20h00.

    Ordre du jour.

  • L’école de Moresnet sera agrandie

    Pour l’école de Moresnet, le dossier urbanistique avance aux à grands pas. Ici, on parle d’un agrandissement. L’enquête publique est terminée et on attend l’aval du ministère pour avoir l’aval afin de lancer la procédure

    de marché. La place manquant, on a déjà déménagé les 5 e et 6 e années à Bempt, dans les locaux du patro. On les avait auparavant relocalisés dans un container, mais celui-ci était si vieux qu’il avait fallu le démolir. Pour

    l’agrandissement de Moresnet, l’échevin Austen espère commencer les travaux au printemps et pouvoir intégrer les locaux fin 2020 ou au printemps 2021. Dans ce cas, le coût des travaux est estimé à 900.000 €. Somme que la commune débourserait sur fonds propres. Elle aurait pu envisager de solliciter des subsides, mais il aurait fallu tabler sur un délai de trois ans, alors. Or, ici, il y avait urgence.

    Y.B. dans LA MEUSE VERVIERS du 5 décembre 2019

  • École de Hombourg : permis demandé

    Un dossier de 4,5 millions avec 10 classes, réfectoire, salle de gym…

    On devrait bientôt entrer dans le concret pour la construction de la nouvelle école de Hombourg. Sont prévus : un réfectoire, une salle de gym, 10 classes.

    D'un article d'YVES BASTIN à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 5 décembre 2019

  • SUBSIDES OCTROYÉS PAR LIÈGE EUROPE MÉTROPOLE

    Quatre des cinq projets concernant l’arrondissement de Verviers ont été retenus pour l’octroi de subsides par Liège Europe Métropole, mardi soir. Devraient en profiter les communes de Stoumont, Jalhay, Aubel, Plombières et Welkenraedt ainsi que Malmedy et Waimes, avec un pont suspendu surplombant la Warche qui promet de provoquer un afflux de touristes.

    Avec un accent spécial mis sur la mobilité douce… et des subsides globaux, pour l’arrondissement de Verviers, de 595.000 € pour un total provincial de 2.650.000 €, soit proportionnellement une part du gâteau correspondant au poids démographique verviétois.

    Le quatrième projet retenu concerne l'étude pour une voie lente route du Cimetière américain, à Aubel. Aubel, Plombières et Welkenraedt sont directement intéressés par le troisième projet retenu : celui d’une connexion cyclable et piétonne entre HenriChapelle et Aubel, le long de la route du cimetière américain, sur la crête. Le subside de 50.000 € viserait, dans ce cas, à étudier un projet concret. Néanmoins, Liège Europe Métropole pourrait octroyer d’autres coups de pouce pour la suite du dossier. Dans l’état actuel du dossier, on évoque une dépense de l’ordre de 1.238.000 €. 

    D'un page d'YVES BASTIN à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 28 novembre 2019

  • Deux mois accordés à Nosbau

    Alors que la communauté germanophone aura la compétence du logement social à partir du 1er janvier 2020, la société Nosbau, active dans les Cantons de l’Est et dans plusieurs communes non germanophones de l’arrondissement, doit normalement être scindée en deux nouvelles entités. Un divorce qui se montre compliqué du côté francophone et qui a poussé les ministres wallon et germanophone du logement à accorder un délai supplémentaire à l’entité.

    « Les deux Ministres ont constaté que le transfert de la quasitotalité des domaines sera effectif dans le délai imparti, soit avant la fin de cette année. À partir du 1 er janvier 2020, la

    Communauté germanophone exercera la tutelle sur la Société « Öffentlicher Wohnungsbau Eifel » », indique leur communiqué commun.

    « En ce qui concerne « Nosbau », rappelons que la situation restait compliquée fin octobre », poursuivent-ils. « Les Ministres Dermagne et Antoniadis ont convenu que la société wallonne du logement prolonge l’exercice de la tutelle sur « Nosbau » jusqu’au 29 février 2020 au nom de la Région wallonne et de la Communauté germanophone. Le Ministre Antoniadis communiquera les modalités pratiques en commission du Parlement mercredi lors de sa prochaine séance. »

    J.D. dans LA MEUSE VERVIERS du 23 novembre 2019

  • Nosbau : en retard, les francophones

    Capture d’écran 2019-11-13 à 08.13.16.pngLa députée régionale Christine Mauel (MR-PFF) a interrogé au Parlement wallon ce mardi le Ministre wallon du Logement Pierre-Yves Demargne sur la mise en œuvre de la scission de la société de logement Nosbau. Beaucoup d’inconnues subsistent quant au remembrement de cette société de logements publics basée sur cinq communes francophones et quatre germanophones. La Société wallonne du logement (SWL) a arrêté une proposition de remembrement le 23 septembre. Cette proposition consiste en une scission entre communes francophones et germanophones pour le 1er janvier avant que les francophones rejoignent le Foyer Malmédien d’ici le 30 juin avec maintien d’une antenne à Welkenraedt.

    Pour Christine Mauel, il vaut mieux privilégier l’efficacité que la précipitation. La Raerenoise a également fait part des difficultés des communes francophones de suivre le calendrier imposé par les germanophones. Pour elle, ce calendrier ne sera pas réalisable dans les délais impartis. « À la base, un projet de scission devait être déposé au tribunal de commerce vendredi dernier avec la tenue d’une Assemblée générale en décembre. D’une source interne bien placée, je sais que l’Assemblée générale n’aura lieu qu’en février. » « J’ai pris ce dossier en charge dès mon entrée en fonction », reconnaît le Ministre Pierre-Yves Dermagne. Il est toutefois incapable de garantir une scission effective pour le 1 er janvier : « J’ai donc demandé à la SWL d’analyser les conséquences financières et administratives en termes de tutelle d’un report de quelques semaines, c’est du moins ce que j’espère. » Il reconnaît qu’un accord de coopération semble être impossible à signer d’ici fin 2019. Une scission la plus rapide possible de Nosbau comprenant les garanties juridiques et financières requises est donc la piste privilégiée par le gouvernement wallon. En ce qui concerne la tutelle, la SWL remplira cette mission à titre transitoire pour le début 2020 sur le territoire de langue allemande pour le compte de la Communauté germanophone, jusqu’à une date à déterminer.

    J.D. dans LA MEUSE VERVIERS du 13 novembre 2019

  • On payera plus cher pour les poubelles

    Le conseil communal de Plombières, de ce jeudi soir, était en grande partie consacré à la fiscalité. Si les principales taxes, à savoir l’IPP et les centimes additionnels au précompte restent inchangées avec respectivement 7,3 % et 2.500 centimes additionnels, quelques hausses sont prévues. En voici quelques-unes qui seront modifiées.

    La taxe poubelle reste inchangée mais on payera plus

    Si le montant de la taxe reste inchangé et s’élève toujours à 75 € pour une personne isolée et à 135 €pour un ménage de 4 personnes et plus, le nombre de kilos de déchets résiduels inclus dans la taxe diminue. En 2020, il sera de 35 kilos contre 40 actuellement. Autre nouveauté : les kilos supplémentaires coûteront eux plus chers. De 0,35 € actuellement, ils s’élèveront à 0,45 € l’année prochaine. Pour les déchets verts, on passera de 20 à 25 kilos inclus dans le forfait. Pour les bons trieurs, qui n’auraient pas atteint le quota de déchets résiduels, le solde restant pourra être attribué aux déchets organiques.

    « Intradel a augmenté son coût vérité, ainsi nous devons le répercuter sur les contribuables », explique Davina Houbben, l’échevine f.f. en charge de l’Environnement. Elle explique par ailleurs que les Plombimontois ne sont pas vraiment des champions du tri. « Avec une moyenne de 67 kilos par personne, ce n’est pas terrible… Et même ceux qui respectent leur quota avec 35 kilos peuvent faire mieux ».

    Les taxes sur les par celles non bâties augmentent en 2020

    Les propriétaires de parcelles non bâties seront également davantage taxés en 2020, qu’en 2019. Les montants varient en fonction de la localisation du terrain mais en augmentant ainsi les taxes, la commune espère lutter contre la spéculation. L’épargne ne rapportant plus rien, certaines personnes qui ont un peu d’argent de côté ont tendance à acquérir des terrains dans l’objectif de les revendre plus tard et d’en dégager une plus-value. « Cela met en difficulté les jeunes qui voudraient acheter un terrain et s’installer sur le territoire de notre commune », expliqué Joseph Austen. Du côté de l’URP, dans l’opposition, on déplore cette taxe qui pourrait aussi concerner les familles qui conservent des terrains pour leurs enfants.

    La taxe sur les chevaux et les poneys d’agrément augmente également

    Pour les propriétaires de poney et de chevaux d’agrément, la taxe va aussi augmenter. Alors qu’elle s’élevait à 40 € pour les chevaux et 13 € pour les poneys, elle sera portée à 40 € et 20 €. Joseph Austen, l’échevin en charge de l’Agriculture a notamment indiqué que les chevaux de trait n’étaient pas concernés par cette taxe. « Même si elle ne sera pas dissuasive avec cette taxe on souhaite que de grands manèges avec de nombreux chevaux d’agrément ne viennent pas s’installer sur le territoire de notre commune et y occuper des parcelles qui pourraient être utiles aux agriculteurs qui ont besoin de fourrage pour leur bétail ».

    Taxe de 0,25 € par personne et par nuit pour les mouvements de jeunesse

    Si la taxe concernant les logements non affectés à la résidence principale n’est pas modifiée, notons tout de même qu’à partir de 2021, les mouvements de jeunesses qui séjournent sur le territoire de la commune devront s’acquitter d’une taxe de 0,25 € par jour et par personne. Une nouvelle taxe qui, pour l’opposition, pourrait avoir des répercussions sur les mouvements de jeunesses mais aussi les familles qui n’ont pas toujours les moyens.

    La délivrance d’un passeport coûtera plus cher sur la commune

    Quelques modifications sont à noter au niveau de l’obtention de documents administratifs. La délivrance d’une nouvelle carte électronique sera moins chère pour les moins de 20 ans et les plus de 65 ans. Ce sera 6 euros à la place de 15. Pour les passeports, il faudra débourser un peu plus d’argent : 25 € au lieu de 10 € pour une procédure classique et 30 € au lieu de 12 € lors d’une procédure en urgence.

    Le terrain de golf de Mergelhof devra payer 1.875 € en plus

    La taxe sur les terrains golfs passera de 7.500 € à 9.375 € soit une augmentation de 1.875 €. La commune ne compte qu’un seul terrain de golf, celui de Mergelhof. Répartie sur les adhérents, elle s’élèverait à environ 10 € supplémentaires par personne, selon les calculs de la majorité. Une augmentation qui a fait bondir l’opposition. 

    FRANÇOISE PEIFFER dans LA MEUSE VERVIERS du 9 novembre 2019

  • UN DÉBILE CE HUGO ?

    Ambiance au conseil communal de Plombières… Alors que la guerre est ouverte entre majorité et opposition, Lucien Locht ne s’est pas privé d’envoyer des piques aux membres URP de l’ancienne majorité. C’est finalement un reportage de la RTBF au sujet du coût des distributeurs de billets qui a mis le feu aux poudres. « Puisque tu nous prends pour des débiles, je m’en vais » a lancé Hugo Ladry qui soupçonnait l’ancien directeur financier de fournir de mauvais chiffres. Un comble pour ce spécialiste des finances.

    De la page "GAFFES, INDISCRÉTIONS ET COUPS DE GUEULE" de LA MEUSE VERVIERS du 9 novembre 2019.