Religion

  • Inauguration de la féérie lumineuse des crèches

    COORDONNÉES

    Eglise Notre Dame de l'Assomption Plombières

    Place de l'Eglise
    4850 Plombières
    Le : 07 décembre 2019 19:30

    Verre de l'amitié après la messe de 19h

    Organisation : ASBL Vieux Couvent et les concepteurs de la crèche de l'église

  • Jubilé d’or sacerdotal de l’Abbé Leo Rixen : Rendez-vous le 22 juin à Gemmenich

    Leo Rixen a été ordonné prêtre à Liège en juin 1969... ça fait donc 50 ans !

    Son apostolat tout au long de ces 50 années s’est déroulé principalement et presqu’exclusivement dans la région des Trois-Frontières...

    Ainsi, quasi tous les Plombimontois l’ont croisé au moins une fois, que ce soit lors de messes dominicales, lors de célébrations de baptêmes, de communions, de confirmations pour nous-mêmes ou pour nos enfants, lors de funérailles,  lors des retraites de Profession de Foi, dans le cadre du mouvement « Foi et Lumière », lors des célébrations de quartiers, lors des brevets Patro, ... et cette liste n’est pas exhaustive.

    Ses homélies, ses paroles concrètes et interpellantes, ses exemples d’actualité, son souci d’unité, sa simplicité, sa proximité et sa profondeur, ... le caractérisent et touchent tout un chacun.

    A l’occasion de son jubilé, la population souhaite lui rendre hommage et le remercier...  àl’eucharistie festive du samedi 22 juin à 17h30 à Gemmenich. Soyez tous les bienvenus !

    Concrètement, à la fin de l’Eucharistie, la possibilité sera donnée à tous ceux qui le souhaitent d’exprimer un merci ou d’évoquer un souvenir, que ce soit par un discours, un chant ou d’autres formes de supports... Petite demande : afin de coordonner les différentes interventions, nous aimerions que les personnes concernées prennent contact avec Gaby Pinckers (087/78 82 44) avant le 18 juin.

    Après l’Eucharistie, un verre de l’amitié permettra à tous d’être dans la rencontre des uns et des autres... dans la simplicité et la convivialité !

  • Alain Dubois, futur curé de Welkenraedt

    Troisième changement de doyen en quelques mois dans l’arrondissement : après Vital Nlandu devenu doyen de l’Ardenne, à Malmedy, en octobre, et Stanis Kanda, à Verviers et pour le sillon de la Vesdre, voici que Fabrice de Saint-Moulin se prépare à être le doyen en charge du reste des paroisses de l’arrondissement de Verviers, soit celles du Pays de Herve. IL remplacera ainsi Guy Balaes, le curé de Welkenraedt, tout en officiant à Herve.

    Alain Dubois, le futur curé de Welkenraedt, lui, provient de Gemmenich. En déposant ses valises ici, il se rapprochera des Trois bornes. « Ce sera aussi l’occasion de reparler un peu le plat », le dialecte de la région, sourit-il. Il résidera temporairement dans un appartement à Welkenraedt, dans l’attente de la réfection du presbytère.

    D'un article d'YVES BASTIN à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 3 mai 2019/

  • Interview de Tommy Scholtès: « Faute de prêtres, on restructure »

    Tommy Scholtès, porte-parole de la Conférence épiscopale, a participé à la rédaction de ce rapport et répond à nos questions.

    Peut-on dire qu’il y a de moins en moins de catholiques pratiquants en Belgique ?Capture d’écran 2018-11-26 à 08.20.51.png

    « Il y a eu une légère baisse, une érosion aujourd’hui stabilisée autour des 9 %, ce qui représente un million de personnes qui vont donc régulièrement à la messe le dimanche. Cela reste un chiffre intéressant. Ils ne vont pas tous les dimanches à l’église, mais s’y rendent régulièrement ».

    Pourquoi cette érosion ?

    « Parce que la société a changé. À l’époque de nos grands-parents, les valeurs chrétiennes étaient la référence principale. L’église y tenait un grand rôle social et communautaire. Aujourd’hui, il y a internet, les loisirs, une plus grande mobilité, on fait des marches Adeps le dimanche, on va à des bourses d’antiquité… Ce n’est pas une concurrence mais ce sont d’autres façons de vivre. Et puis, il y a eu la crise de la pédophilie au sein de l’Église. Une partie de la population a fait le lien et a décidé de ne plus se rendre à l’église.

    Aujourd’hui, tout cela est apaisé ».

    Est-ce raisonnable, pour les pouvoirs publics, d’entretenir 4.296 églises alors que le nombre de pratiquants diminue ?

    « Les autoroutes, les théâtres, les stades de foot sont aussi entretenus, et les stades de foot ne sont pas remplis non plus. L’État doit garantir la pratique du culte. Cela dit, on n’est pas dans l’immobilisme. On restructure les paroisses et on fermera encore des églises, car leur restauration coûtera trop cher. Mais on ne calcule pas cela à la hache ! Des projets de nouvelles églises existent d’ailleurs. À Etterbeek par exemple, on va en construire une ».

    On ne compte que 212 candidats prêtres. Comment allezvous faire pour recruter ?

    « Ils ne seront pas assez nombreux pour remplacer tous les prêtres partis à la pension. Et non, on ne va pas lancer une campagne publicitaire de recrutement ! Il y a en effet de moins en moins de vocations. Il y aura des restructurations, on va réorganiser les paroisses ».

    Pourquoi avoir rédigé ce rapport ?

    « Pour montrer notre pertinence sociale. Pour ne pas enfermer l’Église catholique dans les sacristies, et pour montrer toutes les actions sur le côté auprès des jeunes, auprès des malades, auprès des plus démunis, etc. ».

    Vous ne publiez aucun chiffre sur les pédophiles au sein de l’église.

    « On sortira un rapport à la mi-janvier, avec des chiffres à ce sujet, et aussi sur tout ce que l’Église a fait et comment elle a vécu cette crise ». 

    F. DE H. dans LA MEUSE VERVIERS du 16 novembre 2018 dans le cadre de la publication du rapport annuel de l'Église catholique de Belgique.

    « L’Église catholique en Belgique: rapport annuel 2018 ». Téléchargeable sur le site catho.be

  • Marche de nuit Hombourg-Banneux

    Samedi 31 mars.

    Départ à 3h du matin à l'église St-Brice.

    Une organisation du Groupe Messe des Familles.

  • Procession Slenaken - Moresnet

    C'est le samedi 9 septembre que la procession annuelle de Slenaken vers Moresnet aura lieu pour la 149ème fois.

    Le départ est fixé à 7 heures à l'église de Slenaken. Cette procession est une tradition en l'honneur de la naissance de Marie. Un groupe de musiciens interprétera régulièrement des chants martiaux pendant la procession. Il y aura aussi un "camion balai" pour les bagages et les abandons.

    L'itinéraire passe par Teuven et Sippenaeken où le curé Rick van de Berg donnera la bénédiction à l'église. Ensuite, la procession se dirigera vers Moresnet via Gemmenich. Elle arrivera à Moresnet vers 11 heures, où la messe sera célébrée par le curé van de Berg, après un parcours d'une quinzaine de kilomètres. 

    Après le déjeuner, les participants visiteront le calvaire vers 14 heures.

  • Un W-E de concerts d’orgue à Hombourg

    L’Eglise St-Brice de Hombourg ouvre ses portes dans le cadre de « Wallonie Week-Ends Bienvenue » les samedi 20 mai de 10h à 18h et dimanche 21 mai de 11h30 à 18h. Plusieurs activités y sont proposées :

    • Toutes les heures un concert d’orgue dont voici le détail.
      • Hans van Dijk le samedi à 11h, 13h, 14h, 15h, 17h et le dimanche à 13h, 15h, 16h et 17h.
      • Les professeurs et élèves de l’académie de Welkenraedt le samedi à 16h et dimanche à 14h
      • Xavier Schins (style rock) le dimanche à 11h30 avec apéro surprise.
    • Visite guidée de l’église St-Brice, du jubé et de la tour, toutes les heures.
    • Exposition sur les objets de procession durant tout le W-E.
    • Projection de films (1983, 2008, 2012) des grandes processions de Hombourg toutes les heures.

    L’entrée est gratuite. Bienvenue à tous.

    La Fabrique d’Eglise de Hombourg. Info (087 788846).

    HBG Enfants 6.JPG

  • La Communauté de Base de Gemmenich se présente

    La Communauté de Base de Gemmenich fait partie des Communautés de Base de Wallonie-Bruxelles. Celles-ci ne sont pas une autre Église, mais une Église AUTRE, où les femmes, les hommes, les prêtres sont au même niveau. Celles-ci se réfèrent à Jésus de Nazareth. Lui qui s'est engagé pour une société plus juste et solidaire, en est la figure centrale. Il n'a pas fondé l'Église, mais il a parlé d'un Dieu de justice et de tendresse et non pas un Dieu de gloire, de toute puissance qui juge, devant lequel il faut s'incliner, s'agenouiller et baisser la tête. Il ne s'agit pas là d'un Dieu que l'on doit adorer, invoquer, supplier ou même implorer. Notre Communauté et les autres sont des lieux d'Église qui tissent des liens entre elles et qui explorent de nouvelles pistes.

    « Communauté de Gemmenich ? Mais d'où ça vient ? »

             Tout simplement parce qu'elle a été fondée à Gemmenich-même en 1988. Toutefois, ses membres sont issus des quatre coins du Pays de Herve. Elle se réunit le dernier dimanche de chaque mois à 10h15 dans la maison   du membre, qui prépare. Dans les maisons comme les premiers chrétiens ! 

             Nous lisons un texte d'Évangile et, en général, un texte du 1er Testament ou un texte profane à titre de commentaire, suivi par  un long moment de partage où chacun peut prendre la parole. Lors de nos partages, nous relions toujours Bible et actualité. Partager ensemble, nous inspirer de l'Évangile, reprendre du Souffle, pour continuer à nous engager afin de construire une société autre, une Église autre. Célébrer ensemble, ce n'est pas  seulement prendre la parole, mais c'est aussi chanter, partager le pain et le vin et ensuite prendre le verre de l'amitié. En général, nous nous quittons vers 13 heures.  

    Notre Communauté est ouverte à celles et ceux qui veulent célébrer dans un langage libérateur et actuel ainsi qu'à ceux et celles qui sont en quête de sens. 

    Intéressé(e) ? Envie de renouveau ou d'aller plus loin ?

    Venez voir vous-même !

    Vous pouvez nous rejoindre sans engagement, le 27 novembre à 10h15 chez Guy Vandegaart, afin de tenter l'expérience. Un petit mot est attendu par mail (vdgaart@skynet.be) ou par téléphone (087/78 59 22).

    Intéressé(e), mais pas libre le 27 ? N'hésitez pas à prendre contact avec moi ! 

    Au plaisir de faire peut-être un bout de chemin ensemble... 

    Voici les membres actuels de notre Communauté :

    Denis Jean-Pierre, Lamine Catherine, Mayer Claire & Herbert, Pirard Joseph, Piron Anne, Teller Francine, Teller Marie & Philippe, Toussaint Jeanine, Vandegaart Madeleine & Guy. 

    Adresse de contact:
    Guy Vandegaart
    Rue de Moresnet 260,
    4851 Gemmenich.

  • Moresnet 3e lieu le plus visité de la province

    Après Banneux et le Monde sauvage. Les quatre cinquièmes des visiteurs viennent d’Allemagne

    Capture d’écran 2016-08-17 à 08.16.50.png

    Avec le 15 août s’ouvre une période de haute fréquentation pour le site de Moresnet-Chapelle. Un des pôles touristiques de la province puisqu’il attire environ 150.000 fidèles et visiteurs l’an. Certes, ici on ne paie pas pour déambuler dans le parc ou s’incliner devant l’ancienne Vierge du 18e siècle dans sa chapelle. N’empêche, les visiteurs convergent encore vers ce site méconnu pour beaucoup, mais qui attire des foules d’habitants du Limbourg néerlandais mais aussi et surtout d’Allemands. « La voie de pèlerinage vers Saint-Jacques de Compostelle venant d’Aix passe aussi par ici », explique le bourgmestre, Thierry Wimmer.

    Avec une fréquentation annuelle estimée à 150.000 pèlerins, Moresnet Chapelle est, selon toute vraisemblance, le troisième site (non sportif) le plus visité de la province. Loin derrière Banneux, où l’on estimait le nombre de visiteurs à un demi-million, voici quatre ans, et le Monde sauvage et les grottes de Remouchamps qui, à deux, comptabilisent 384.000 visiteurs (dont les trois quarts pour le parc animalier). Avec 150.000, Moresnet devance largement Blegny-mine (101.000), l’Aquarium de Liège (92.000), le domaine de Wégimont (91.000), le Musée de la Vie wallonne (72.000) ou le Grand Curtius.

    Cette fréquentation est répartie de manière inégale dans le calendrier. Deux temps forts : mai, que l’Église catholique considère comme le mois de Marie, et septembre. Avec quelques temps forts supplémentaires jalonnant une saison des pèlerinages qui s’échelonne entre mai et le deuxième dimanche d’octobre. Dont ce lundi de la fête de l’Assomption, où l’on a évalué l’affluence à au moins 2.000 personnes, explique Marc Bindels, au secrétariat du pèlerinage.

    Les Allemands sont traditionnellement très présents et pèsent pour environ 80 % des fidèles. Ce qui s’explique historiquement par le fait qu’on est près d’Aix, mais aussi par la présence depuis 1875 de franciscains allemands chassés de leur patrie par le chancelier Bismarck. Un pèlerinage hebdomadaire de 24 kilomètres aller et retour part aussi d’Aix, à travers bois, le mercredi, depuis 1863. « On s’appelle d’ailleurs le pèlerinage des trois frontières, car ici, tout est traduit pour être présenté en trois langues », souligne Marc Bindels. Ce caractère transfrontalier reste bien ancré dans le village. Les franciscains, principalement germanophones, qui se sont succédé sur le site du pèlerinage l’ont quitté en 2005. Mais, l’évêque de Liège, Jean-Pierre Delville, est parvenu à ramener une autre communauté, d’origine germano-néerlandaise, celle « de l’amour crucifié et ressuscité », en 2014. Les visiteurs se rendent à la chapelle, pour y invoquer la Vierge à l’origine du pèlerinage, mais aussi dans le parc voisin de 2,4 hectares, aménagé entre 1901 et 1904. Quatorze grottes y abritent un chemin de croix. Le parcours y est jalonné d’arbres impressionnants, qui attirent même des classes d’écoles d’horticulture. Le roi Baudouin et Fabiola étaient aussi des habitués, mais discrets, des lieux.

    YVES BASTIN dans LA MEUSE VERVIERS du 17 août 2016.

    Lire la suite

  • Les 150 ans de la paroisse de Plombières

    Le 10 août 1866, à la suite de l’essor pris par l’agglomération de Plombières, Mgr de Montpellier, évêque de Liège, promulgua un mandement disant : « En conséquence, nous avons décidé de procéder à l’érection de l’endroit nommé Plombières en nouvelle paroisse". 
    Le centenaire de cette érection a été célébré avec faste en 1966 et, à cette occasion, F.S. avait publié l'histoire de la paroisse de Plombières dans "Le Journal d'Aubel" du 7 mai 1966.

    Lire la suite