Sippenaeken

  • Ecole de Sippenaeken sauvée

    Tout le petit village de Sippenaeken s’était mobilisé pour éviter une déconvenue pour son école maternelle. Là, on misait tout d’abord sur 14 élèves. Finalement ils ont été 12 à fréquenter régulièrement les bancs de la classe. Suffisamment pour qualifier Sippenaeken d’école en sursis. Elle pouvait donc « se contenter » des 12 durant quelques années avant d’impérativement retrouver 14 élèves au minimum dans un futur proche. Là aussi, il y a une bonne nouvelle en 2020. Non seulement le nombre de 12 sera atteint, mais en plus on pourrait même atteindre les 14. « On ne serait donc plus une école en sursis », déclare Marie Stassen, la bourgmestre, qui veut cependant rester prudente : « On ne sait pas encore si tous les enfants vont fréquenter assidûment les classes. Il faut voir, mais il est possible qu’on arrive à 14. On verra bien si tous les parents qui nous ont promis d’inscrire leur enfant les mettront bien. » Par ailleurs, cette année, le programme sera un peu différent puisque les enfants auront la chance de profiter d’une sortie hebdomadaire afin de voir un peu le monde extérieur. Il s’agira de les éveiller aux joies de la nature.

    D'un article d'ADRIEN RENKIN à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 1er septembre 2020

  • Bienvenue à la kermesse de Sippenaeken!

    Nous sommes heureux de vous accueillir dans le respect des règles en vigueur.
    La Kermesse est organisée dans un espace clos pouvant accueillir maximum 200 personnes à la fois.
    Un sens giratoire  a été mis en place.
    Les heures d'ouverture sont les suivantes:
    - samedi: de 17h00 à 23h00;
    - dimanche: de 15h00 à 23h00;
    - lundi: de 17h00 à 23h00;
    - mardi: de 17h00 à 23h00.
    La friterie n'entre pas dans le champ "kermesse". Les règles de l'horeca devront y être appliquées.
    Des agents seront présents à l'entrée pour vous accueillir et veiller au respect du nombre maximum. Nous les remercions d'ores et déjà pour leur disponibilité.
    Pour les +12 ans, n'oubliez pas de porter votre masque.
    Si vous avez ressenti dans les 14 jours précédents ou ressentez encore des symptômes tels que fièvre, maux de tête, diarrhée, difficultés respiratoires, toux, etc... nous comptons sur votre bon sens : merci de ne pas vous présenter à la kermesse.
    Nous espérons que grâce à ces dispositions, vous pourrez profiter d'un moment agréable en famille, en toute sécurité en ces temps difficiles.

  • Scouts et patros animent les enfants autrement

    Alors que les enfants sont chez eux à se morfondre, les animateurs des mouvements de jeunesses de la région se mobilisent pour les tenir occupés. Chaque semaine, voire chaque jour, des idées de défis et de jeux sont postées sur les réseaux sociaux.

    Pas d’école pendant une durée indéterminée. Le rêve pour beaucoup d’enfants. Sauf qu’à force de rester coincés entre quatre murs, les bambins risquent bien de s’ennuyer. Le week-end, ils devraient pouvoir se défouler, mais avec l’arrêt des mouvements de jeunesse, il ne leur reste plus beaucoup d’opportunités. Mais si les enfants ne peuvent se rendre aux mouvements de jeunesse, alors les mouvements de jeunesses viendront aux enfants. Les animateurs eux aussi s’ennuient et leur imagination continue de fourmiller d’idées de jeux et de défis. Bon nombre d’entre eux ont décidé de continuer de divertir les enfants à distance.Capture d’écran 2020-04-06 à 15.15.41.png

    Avec les réseaux sociaux, rien de plus simple que de partager sur la page Facebook du mouvement des idées de jeux pour occuper les petits. C’est notamment ce qu’ont décidé de faire les louveteaux de Stavelot. Chaque semaine, le samedi, les chefs postent deux défis sur leur page Facebook. « L’idée vient d’une amie de Bruxelles. Beaucoup d’unités réalisent ces défis. On s’est dit qu’on allait faire pareil », nous détaille la cheffe Amélie Albert. « On essaye bien entendu toujours d’inculquer les valeurs du scoutisme. La première semaine, on leur a demandé de construire une cabane. Soit chez eux, soit à l’extérieur. Ils nous ont envoyé les photos. C’est formidable, comme ça, on peut tous voir ce qu’ils font, certains se donnent vraiment à 100 % »

    Lire la suite

  • Décès de Madame Gérardine DEBOUGNOUX, veuve de Monsieur Mathieu FAGOT

    La famille annonce le décès de Madame Gérardine DEBOUGNOUX, veuve de Monsieur Mathieu FAGOT,  née à Capture d’écran 2020-01-28 à 12.10.01.pngSippenaeken le mardi 27 octobre 1931 et décédée à le dimanche 26 janvier 2020 à l'âge de 88 ans.

    La défunte repose au Funérarium HAUSMAN, Rue de la Poste 2 à La Calamine où la famille recevra les visites les mardi 28 et mercredi 29 janvier 2020 de 17 à 19 heures

    La  liturgie des funérailles sera célébrée en l’église Notre-Dame de l'Assomption de La Calamine le jeudi 30 janvier à 10 heures.

    Lire la suite

  • Concert musical à Sippenaeken

    La Royale Fanfare de Sippenaeken annonce son concert musical sous la direction de M. Patrick Sporken.

    Ce concert aura lieu le samedi 1er février 2020 à 20 heures en la Maison du Village de Sippenaeken.

  • Décès de Madame Lydie HANEN, veuve de Monsieur Jacques LAMBRECQ

    La famille annonce le décès de Madame Lydie HANEN, veuve de Monsieur Jacques LAMBRECQ, née à Sippenaeken le samedi 21 mars 1936 et décédée à Romsée le mardi 17 décembre 2019 à l'âge de 83 ans.

    La défunte repose au Funérarium BOTTIN, Avenue des Martyrs 170 à Fléron où les visites sont attendues ce jeudi 19 et vendredi 20 décembre 2019 de 17 à 19 heures.

    La liturgie des funérailles sera célébrée au crématorium de Welkenraedt le samedi 21 décembre à 10 heures.

  • Les 50 ans du Royal Billard Club

    A l’aube de l’automne 1969, quelques sympathisants du « Café Willems » à Sippenaeken et amateurs de billard à bouchons ont décidé de rendre leurs rencontres moins amicales en créant une mini compétition qui se déroule essentiellement en hiver.

    De 1969 à aujourd’hui, près de 80 joueurs ont été à un moment ou l’autre membre du club. Pour certains d’entre eux seulement un an et pour d’autres, plus de 30, 40 voire 45 ans. Lors de la première saison, 8 joueurs ont pris part au championnat. Lors de la saison 2018-2019, nous étions 12. Ce nombre a varié au fil des saisons entre 7 et 16 participants.

    Dès que l’occasion se présente, nous organisons des matchs en aller-retour entre clubs voisins. Ce fût le cas par le passé contre Gemmenich, Plombières, Teuven, Epen, Vijlen et depuis quelques années nous avons le plaisir de rencontrer notre club voisin d’Hombourg.

    SIPP Photo de groupe.JPG

    Dès le début de la prochaine saison, nous aurons le privilège d’avoir le titre de Royal Billard Club de Sippenaeken et nous fêterons cela lors du weekend du 9 et 10 novembre 2019.

    Préventes pour le buffet de pâtes disponibles au 0474/12.70.08

  • L’école est sauvée à Sippenaeken

    Épilogue enfin heureux pour la petite école de Sippenaeken. En effet, ce mardi, la dérogation sollicitée pour maintenir cette implantation a été accordée par la Fédération wallonie-Bruxelles. C’est ce qu’annonçait Michelle Habets, conseillère communale URP, dans un communiqué. Et ce que confirmait le bourgmestre f.f. Joseph Austen. Un courrier a été reçu en ce sens à l’administration communale en fin d’après-midi, soulignait-il.

    Pour Michelle Habets, le conseil communal convoqué en urgence par l’URP et l’activation de relais politiques ont dû jouer un rôle dans l’issue favorable. L’école devrait donc rester ouverte toute l’année scolaire sans que la caisse communale doive intervenir pour cela. Cependant, souligne Michelle Habets, « Le combat n’est pas fini. La recherche de projets pédagogiques porteurs et attractifs est plus que jamais d’actualité. » Pour rappel, l’école avait paru être sauvée, avant que l’on doive déchanter car il manquait une demi-journée de présence à un élève pour qu’il puisse être comptabilisé afin de sauver l’école. La commune avait alors annoncé qu’elle financerait l’implantation elle-même durant l’année scolaire, si la FWB n’accordait pas sa dérogation. Ce qu’elle ne devra finalement pas faire.

    Y.B. dans LA MEUSE VERVIERS du 2 octobre 2019/.

  • Une école OUI mais pour y faire et y apprendre quoi ?

    Après la colère, le dégoût, la révolte, prenons du recul et laissons place à la réflexion. Une école OUI mais pour y B7C392B5-AFE8-483C-ADC3-1AA6BC012E7C.jpegfaire et y apprendre quoi ?
    L’école a pour mission de former les adultes de demain, des citoyens responsables, capables de sens critique qui ne se laissent pas instrumentaliser à des fins idéologiques, politiques ou autres.
    L’école a pour mission de développer le sens de l’écoute, du dialogue, du respect d’autrui, l’empathie.

    Lire la suite

  • La commune propose de financer elle-même l’école

    L’avenir de l’école maternelle de Sippenaeken était le seul point à l’ordre du jour du conseil communal de Plombières, convoqué en urgence.
    L’objectif de cette réunion était de trouver une solution pour maintenir la petite école de village ouverte.

    Pour ce faire, plusieurs solutions sont envisagées. D’abord, la commune compte sur la clémence de la Fédération Wallonie-Bruxelles, qui pourrait octroyer une dérogation au petit établissement qui compte actuellement 12 inscrits, soit le nombre minimum.
    Il ne manque ainsi qu’une seule demi-journée de présence à un élève pour être parfaitement dans les règles et maintenir l’école ouverte, sans discussion.

    Les parents de cet élève sont même rentrés de vacances plus tôt que prévu, en vue d’obtenir le nombre de jours de présence nécessaires. Cependant, c’était sans compter sur le 27 septembre, fête de la Fédération Wallonie-Bruxelles, et jour de congé pour les écoliers.
    « Nous avons obtenu, mercredi en fin d’après-midi, un accord oral pour l’octroi d’une dérogation. Mais en attendant C19BFB97-4CD5-49C3-96CC-CB18A9BB2AF1.jpegune confirmation écrite de cet accord, nous allons organiser l’enseignement sur fonds propres dès le 1er octobre », a indiqué Joseph Austen, le bourgmestre faisant fonction durant le congé de maternité de Marie Stassen.
    Si la Fédération Wallonie-Bruxelles refusait d’octroyer cette dérogation à la commune, les autorités communales se sont engagées à financer, sur fonds propres, l’enseignement à Sippenaeken, jusqu’à la fin de l’année scolaire. Une solution qui permettrait le maintien de l’établissement de village et qui est saluée par tous. L’URP, dans l’opposition, regrette que l’on en soit arrivé là et qu’en fin de parcours, les choses aient dérapé alors que de nombreuses démarches avaient été entreprises dès le mois de février pour assurer le maintien de l’école.
    L’URP, qui est à l’origine de la convocation de ce conseil extraordinaire, dénonce la gestion maladroite et désordonnée du dossier.
    Marc Belleflamme a, entre autres, souligné le suivi insuffisant de la réalisation possible de la condition relative aux demi-jours de présence ou encore le rejet de la responsabilité du pouvoir organisateur communal sur un membre du personnel.
    « Le fait de communiquer mercredi soir une éventuelle solution alors que cette dernière n’a pas encore été confirmée par écrit est l’ultime maladresse. Le conseil communal était convoqué pour ce jeudi soir et nous aurions dû avoir la primeur de l’information », a conclu le conseiller communal.


    FRANÇOISE PEIFFER dans LA MEUSE VERVIERS du 27 septembre 2019.